SUJETS TABOUS

Xipbsoqbhqnk 1

IMPORTANT

Le caractère de cette rubrique est totalement conçu pour une certaine approche de ce sujet tabou qu'est la sexualité.

Sans aucune prétention, nous essayerons de lever le voile sur cet aspect afin de mieux comprendre

notre intimité humaine à partir de données scientifiques et l'expérience vécue.

Si vous voulez y participer cela nous rendra énormément service et l'on pourra échanger sur ce sujet beaucoup.

Je tiens à demander à tous de se respecter et ne pas aller au delà du sujet.

Merci. 

 

Images 21

La Puberté chez les filles et les garçons

Le sperme -La Semence Masculine.mp4

Symptômes des premières règles : ce que les filles veulent savoir sur le cycle menstruel

RENCONTRE DE L'OVULE ET DES SPERMATOZOÏDES

Parlons peu, parlons sexe - La premiere fois

Comment se passe la première fois

Quand faire l'amour permet de rajeunir !

Faire l'amour au moins trois fois par semaine permettrait de rajeunir de 10 ans. Tel est le résultat d'une enquête réalisée par un psychologue écossais auprès de 3 500 personnes qui ne faisaient pas leur âge. 

Pourquoi, dans les réunions d'anciens élèves, certaines personnes ont l'air d'avoir dix ans de moins que les autres ?

C'est la question que s'est posée le Dr David Weeks, psychologue au Royal Edimburgh Hospital, en Ecosse. Pour tenter d'y répondre, le scientifique a passé une petite annonce dans le journal  New Scientist en 1988 ; qui lui a permis de contacter environ 3 500 personnes, âgées de 18 à 102 ans. Celles-ci avaient toutes pour particularité de paraître plusieurs années de moins que ce qu'annonçait leur état civil. Le Dr Weeks leur a alors soumis un questionnaire, afin de déterminer leurs habitudes de vie. Il a rassemblé les résultats de son étude dans un livre "Secrets of the Superyoung", littéralement les secrets des "superjeunes".

Bien sûr, le scientifique a pris soin d'éliminer de sa sélection les personnes ayant eu recours à des artifices chirurgicaux.

Trois fois par semaine pour dix ans de moins

Dans cet ouvrage, il souligne que pour paraître plus jeune, nul n'est besoin de vivre comme un moine. Au contraire, le sexe serait même l'une des composantes essentielles pour paraître environ dix ans de moins. Les personnes interrogées avaient en effet trois relations sexuelles minimum par semaine. Ces effets bénéfiques ont d'ailleurs été confirmés par de nombreuses études. Bien sûr, faire l'amour est finalement un exercice comme un autre, qui permettrait d'entretenir son corps. Et des relations sexuelles harmonieuses peuvent être le synonyme d'une vie heureuse. Or les gens heureux ont certainement l'air plus jeunes…

Une question de taille…

L'auteur met en avant de nombreuses autres habitudes qui semblent corrélées avec le fait de paraître plus jeune. Ainsi, les "superyoung" sont majoritairement non-fumeurs. Ils surveillent également leur alimentation et sont peu stressés. Néanmoins, l'auteur souligne qu'une partie non négligeable d'entre eux sont de bons vivants. Un autre fait important serait l'absence de descendance : 15 % des personnes n'avaient pas d'enfant. Il ajoute que le style de vie ne fait pas tout : beaucoup ont une taille inférieure à la moyenne, ce qui ne permettrait pas d'estimer leur âge avec précision.

Le Dr Weeks précise que paraître plus jeune n'est pas forcément un avantage. Selon lui, ces jeunes éternels sont moins pris au sérieux, notamment dans la vie professionnelle. De plus, ils pourraient souffrir de problèmes relationnels avec leurs enfants.

Vive les excentriques !

Le docteur Weeks n'en est pas à son coup d'essai. En 1995, il avait déjà publié un livre "Eccentric : A study of sanity and strangeness". Dans cet ouvrage, il avait interviewé plus de 1 000 personnes excentriques sur leurs habitudes. Pour lui, les excentriques sont des gens non-conformistes, curieux, idéaliste, créatifs et souvent obsédés par un ou plusieurs violons d'Ingres. Ils ont souvent dans l'idée de sauver le monde ou en tout cas de l'améliorer.

Et ses conclusions étaient qu'être excentrique, c'est bon pour la santé ! Selon lui, ces "hurluberlus" consultent un médecin une fois tous les huit ans en moyenne et vivent cinq à dix ans de plus. Cela s'expliquerait par le fait qu'ils sont notamment moins stressés que la plupart des gens.

Or certaines informations contenues dans ce livre semblent en contradiction avec celles de son autre ouvrage. En effet, le Dr Weeks constate que la plupart des excentriques sont des célibataires endurcis. Même s'ils peuvent tomber éperdument amoureux, ils éprouveraient quelques difficultés à être intimes avec quelqu'un et à maintenir une relation durable. De là à dire que la solitude conserve, il n'y a qu'un pas…

Alors, devrons-nous choisir entre deux styles de vies : avoir l'air jeune en faisant l'amour régulièrement ou vivre vieux en célibataire excentrique ?  

Les tendances sexuelles mâles selon le signe astrologique 

Chaud devant ! Comme l'animal en question, le Bélier est un fonceur. Rangez les bougies parfumées et les dessous en dentelle : au moment crucial, cet impulsif risque même de sauter la case préliminaires... « Il profite avant tout de l'instant présent et refuse de perdre son temps », résume Marc Angel, astrologue. Mais attention : bien que fougueux, le Bélier ne recherche pas non plus une partenaire soumise à tous ses caprices. Pour rendre vos ébats encore plus torrides, opposez-lui donc (un peu) de résistance...

Le conseil de l'astrologue : Le missionnaire classique du samedi soir, très peu pour lui ! Le Bélier s'épanouit plutôt dans le quickie, ou « coup rapide » et aime le changement, l’imprévu. A vous la banquette arrière de la voiture, la cabine d'ascenseur ou même la porte cochère...

 Gouverné par Vénus, la planète de l'amour, le Taureau est le signe le plus sensuel du zodiaque. « Il est gourmet et gourmand ! » affirme Marc Angel, astrologue. Pour lui, pas question d'expédier les choses à toute vitesse : l'amour, le Taureau ne le conçoit que lentement et en savoure chaque étape. Généreux, il sait prendre mais aussi donner du plaisir ! Mais attention, ne vous fiez pas aux apparences : bien que tendre, le Taureau est aussi insatiable, et risque bien de vous tenir éveillée jusqu'au petit jour...

Le conseil de l'astrologue : Adepte du slow sex, ou « amour lent », le Taureau a aussi besoin d'un environnement confortable, où il pourra jouer de ses cinq sens. L'idéal ? Le bon vieux lit conjugal... ou, pourquoi pas, un câlin romantique au clair de lune.

« Un éternel adolescent ! » s'amuse Marc Angel, astrologue. Pour lui, les câlins, c'est surtout l'occasion de s'amuser avec sa partenaire. Joueur, il tourne sa maladresse en dérision et ne se prend jamais au sérieux. Sa partenaire idéale ? Une bonne copine, avec laquelle il pourra tisser une relation complice et tenter de nouvelles expériences. Car le Gémeaux, c'est aussi un aventurier : il préfère mille fois faire l'amour sur une plage de sable blanc ou au sommet d'une montagne que dans le canapé...

Le conseil de l'astrologue : Sex-toys, positions acrobatiques, jeux érotiques... Avec le Gémeaux, c'est le moment de vous lâcher ! Curieux, il sera tout à fait partant pour tester vos nouveaux gadgets coquins...

Vous rêvez de câlins torrides, de parties de jambes en l'air animales et de caresses enflammées ? Avec le Cancer, vous faites fausse route... « L'homme né sous le signe du Cancer n'est pas un grand intrépide. Au contraire, il a toujours besoin d'être rassuré, explique Marc Angel, astrologue. Pendant l'amour, il cherche avant tout à être câliné et protégé par sa partenaire. » Pas facile de le faire sortir du lit conjugal : le Cancer ne se sent bien que dans la chaleur de son nid douillet...

Le conseil de l'astrologue : Le Cancer a besoin de tendresse : jouez donc la carte des mots doux et des caresses pour l'attendrir ! Côté kamasutra, misez plutôt sur des positions où vous serez serrés l'un contre l'autre et face à face. A force de patience, le Cancer, ce signe pourtant si réservé, pourrait même finir par vous livrer ses secrets sur l'oreiller...

Au travail comme au lit, le Lion est un dominateur ! Fougueux, lorsqu'il fait l'amour, c'est lui qui tient les rênes. Position, rythme... Il ne laisse rien au hasard, et refuse catégoriquement de perdre le contrôle. « De plus, le Lion a plutôt tendance à faire l'amour avec panache », ajoute Marc Angel, astrologue. Chambres d'hôtel grand luxe, draps de soie... Rien n'est trop beau pour ce conquérant ultra charismatique.

Le conseil de l'astrologue : Parfois adepte du SM soft (à vous les menottes !), le Lion aime surtout les jeux érotiques où il peut avoir le dessus sur sa partenaire. Position du lotus, du missionnaire ou de la levrette, pas question pour lui de se laisser chevaucher ! « Il est également très sensible aux compliments », complète Marc Angel. Alors n’hésitez pas à flatter la bête.

L'homme Vierge, c'est un peu le gendre idéal. Ultra prévisible, il s'applique à faire l'amour méthodiquement... mais sans passion. « Il est comme un élève qui veut rendre une bonne copie », analyse Marc Angel, astrologue. Préliminaires, caresses, positions : l'homme Vierge connaît toute la théorie sur le bout des doigts, mais se révèle un peu trop bien élevé en pratique... Sa partenaire idéale ? Une femme audacieuse et entreprenante, pour l'aider à (enfin) se lâcher et s'épanouir !

Le conseil de l'astrologue : Attention à ne pas le brusquer ! Pour révéler ce grand timide, misez plutôt sur de petites touches de fantaisie de temps en temps... « Lui qui aime lire, pourquoi ne pas l'initier à la littérature érotique ? » propose également Marc Angel.

Gestes subtils, sourires enjôleurs, tenues élégantes... Le Balance est décidément un homme à femmes ! « Normal : il est sous l'influence directe de Vénus », analyse Marc Angel, astrologue. Pourtant, même s'il prend grand soin de son apparence, l'homme Balance est généreux et sait se montrer à l'écoute de sa partenaire. Grand seigneur, il fait même passer le plaisir de celle-ci avant le sien...

Le conseil de l'astrologue : « La principale caractéristique de l'homme Balance, c'est d'être élégant », affirme Marc Angel. Pour faire monter la température sous la couette, jouez donc la carte de l'ambiance raffinée : bougies parfumées, huiles de massage, dessous sexy... Tous les moyens sont bons pour faire tomber ce dandy dans vos filets !

Le Scorpion, il a tout pour lui : curieux, passionné, endurant... « C'est sûr, il est l'un des meilleurs amants du zodiaque ! » affirme même Marc Angel, astrologue. Pour lui, faire l'amour c'est avant tout une histoire de fusion : le Scorpion cherche à ne faire plus qu'un avec sa partenaire ! Petit bémol : il est très possessif... et attend d'elle qu'elle s'abandonne entièrement à lui.

Le conseil de l'astrologue : En amour, c'est avec son corps que le Scorpion s'exprime : hors de question de lui demander de parler au moment crucial ! « Il aime aussi l'exotisme et les nouvelles expériences », ajoute Marc Angel. Positions acrobatiques, lieux insolites, sodomie ou même échangisme... Le Scorpion peut aussi être adepte des pratiques les plus originales ! Alors n’hésitez pas à lui faire part de vos fantasmes.

La plus grande crainte du Sagittaire ? Se retrouver enfermé dans une relation, au sens propre comme au figuré ! L'amour, pour ce grand baroudeur, c'est une expérience qui se vit partout... sauf dans un lit ! Sur la plage, à la montagne, dans un avion, dans un train... L'homme Sagittaire aime par dessus tout faire des galipettes dans des lieux insolites. Bien qu'il reste un amant attentionné, « il n'est pas très délicat », ajoute Marc Angel.

Le conseil de l'astrologue : Le Sagittaire a besoin d'une partenaire sans tabous ni complexes, qui se sente aussi libre que lui. « Avec lui, soyez prête à faire l'amour à n'importe quel moment et, surtout, n'importe où ! » conseille Marc Angel.

 Ne vous fiez pas à son air rigide et réservé : le Capricorne peut se révéler excellent amant ! Mais, avec lui, difficile de se montrer créative sous la couette... « C'est sûr, il n'est pas très extravagant, résume Marc Angel, astrologue. Il cultive sa petite routine. » Câlins à heures fixes, préliminaires chronométrés, positions classiques... Non, décidément, le Capricorne, même s'il est plutôt attentionné, n'est pas un modèle d'originalité.

Le conseil de l'astrologue : Pour réveiller ses instincts, le Capricorne a surtout besoin que sa partenaire lui tienne tête ! « Il s'épanouira avec une femme qui a du style et, surtout, du caractère », ajoute Marc Angel. Attention : très susceptible, le Capricorne a tout de même du mal à accepter la critique...

 Autant le dire tout de suite : pour le Verseau, les câlins, c'est secondaire ! Plus cérébral que sensuel, il préfère de loin les discussions passionnées aux jeux érotiques torrides... « C'est un grand distrait, explique Marc Angel, astrologue. Si, par bonheur, vous parvenez à l'attirer au lit, vérifiez bien que son portable est éteint et que la télécommande est hors de portée... »

Le conseil de l'astrologue : Pour le dérider un peu, misez plutôt sur des positions où vous serez face à face, comme l'Andromaque ou le Missionnaire. En effet, le Verseau n'aime rien tant que de communiquer avec sa partenaire... « L'ambiance est également cruciale pour focaliser son attention », ajoute Marc Angel. Inutile cependant de sortir les bougies et les dessous sexy : le Verseau risquerait de se sentir brusqué...

 L'expert en préliminaires, c'est lui ! Véritable artiste de l'amour, le Poisson sait jouer de ses cinq sens pour enflammer sa partenaire. « Il aime prendre son temps pour faire monter le désir », analyse Marc Angel, astrologue. « Et il apprécie tout particulièrement que sa partenaire s'abandonne à ses mains expertes ! » Mais si le Poisson est capable de sortir le grand jeu au moment des préliminaires, il se montre souvent décevant par la suite, car trop expéditif... Dommage.

Le conseil de l'astrologue : Cunnilingus, 69... Avec le Poisson, plaisir garanti ! « Pour s'épanouir, il a aussi besoin d'une atmosphère feutrée », ajoute Marc Angel. Lumière tamisée, musique douce, parfums subtils... A vous de jouer pour créer une ambiance propice aux caresses...

 

Humour bebe pipi img

Les téléphones portables

à l'origine de troubles de l'érection ?

jeudi 10 avril 2014

 Existe-il un lien fondé entre une utilisation intensive du portable et les problèmes d'érection ? Une récente étude étude scientifique ose faire le rapprochement... mais les résultats restent très discutables.

 

Les portables peuvent-ils favoriser les troubles de l'érection ?

Le portable allumé favoriserait les pannes sexuelles

On accuse le téléphone portable de nombreux maux, dont celui d'être à l'origine de tumeurs cérébrales. L'étude publiée dans le Central European Journal of Urology et menée par des équipes médicales d'Autriche et d'Egypte pourrait bien l'accabler encore plus ! En effet, ses conclusions révèlent qu'une utilisation quotidienne trop intense pourrait provoquer des troubles de l'érection.

Pour aboutir à de tels résultats, les scientifiques ont analysé et comparé pendant six ans les données issues de deux groupes :

- Le premier, composé de 20 hommes souffrant de troubles de l'érection ;

- Le second, de 10 hommes ne présentant aucun problème à caractère sexuel.

Chaque volontaire avait préalablement rempli un questionnaire lié à son utilisation quotidienne du portable.

Aucune différence notoire liée à l'âge, au poids, à la taille, la consommation de tabac ou encore au taux de testostérone n'a pu être constatée. Par contre, les hommes souffrant de troubles de l'érection passaient en moyenne 4,4 heures par jour avec leur téléphone allumé, contre 1,8 heure quotidienne pour les autres.

Des résultats très discutables

Toutefois, cette étude est à prendre avec des pincettes (faiblesse de l'échantillon, absence d'explication de cause à effet en dehors de l'hypothèse des ondes électromagnétiques émises depuis la poche du pantalon...). En effet, les scientifiques eux-mêmes soulignent que des données supplémentaires sont nécessaires avant de pouvoir valider leurs conclusions. Ouf... pas encore besoin de laisser cet accessoire auquel on est devenu accro aux oubliettes !

Orgasme

Beaucoup d'hommes et de femmes se posent cette question : certaines femmes seraient-elles clitoridiennes et d'autres vaginales ? L'orgasme ne pourrait se déclencher que par la stimulation du clitoris pour certaines ou par le rapport sexuel pour d'autres ?

C'est oublier que la fonction érotique est le fruit d'un apprentissage, tous les chemins du plaisir peuvent s'apprendre. Encore faut-il savoir qu'ils existent.

A la différence de l'homme qui concentre la plus grande partie de sa sensibilité au niveau du gland du pénis, il semble que pour la femme le plaisir, l'orgasme peut résulter de stimulations de zones différentes :

  • Le clitoris est une des parties les plus sensibles du corps de la femme, son rôle est exclusivement sexuel. Des capteurs sensoriels spécifiques de la volupté y sont en grand nombre. Il peut être stimulé directement par des caresses manuelles ou buccales, ou indirectement lors du rapport sexuel par l'intermédiaire des petites lèvres.
  • Certaines zones du vagin et en particulier la paroi antérieure du vagin avec le point G ou zone de Gräfenberg. La stimulation peut être manuelle ou par le coït , l'homme étant derrière la femme.
  • Le col de l'utérus qui est stimulé par les mouvements de poussée effectués par le pénis lors du coït.

A partir de la stimulation de ces zones, de manière isolée ou simultanée, l'orgasme peut se déclencher.

Rappelons ici que l'orgasme est un phénomène psychophysiologique qui se déclenche dans le cerveau et s'accompagne de manifestations physiques en particulier les contractions rythmées du périnée et de l'utérus (ces contractions ne sont pas toujours perceptibles) et de la chute de la tension sexuelle.

Ces orgasmes provoqués par des voies différentes ont parfois un vécu subjectif qui leur est propre :

  • L'orgasme déclenché par la stimulation du clitoris est jugé par certaines femmes comme plus intense,
  • Celui déclenché par le coït,par la stimulation de la paroi antérieure du vagin dans certaines positions et par la stimulation du col de l'utérus, apparaît comme plus interne, plus profond mais moins intense et plus subtil. Il s'accompagne d'halètements, la femme retient sa respiration et parfois lors de l'orgasme un cri est émis.
  • La stimulation de ces différentes zones simultanément associe des sensations intenses et internes

Chaque femme découvre les chemins de l'orgasme qui lui sont propres, par les stimulations et les positions qu'elle préfère, mais rien n'est donné d'emblée et au fil des expériences la sexualité évolue, s'enrichit.

Nous sommes loin de l'époque où l'on attribuait une supériorité morale ou affective à un type d'orgasme... Actuellement seule la qualité du plaisir entre deux adultes consentants a son importance qu'importe le moyen de l'obtenir.

2313

Les chemins de la jouissance féminine

Sensations de plénitude, de satiété, de liberté intérieure... L'atteinte du septième ciel a autant de définitions qu'il y a de femmes. Il n'y a pas obligation d'orgasme, les plaisirs sont multiples et tous sources de bien-être. Découvrez notre petit manuel du plaisir à l'usage des couples.

Orgasme, aboutissement de la rencontre sexuelle ? Oui, mais tous les plaisirs ressentis en amont ne sont pas à négliger. Les caresses, les échanges mutuels, la parole qui exprime désir et plaisir, sont autant d'éléments permettant d'être libre et en confiance pour accéder au lâcher prise, à l'orgasme.

Comment savoir si j'ai un orgasme ?

L'orgasme correspond à un plaisir d'intensité variable pour chaque rapport, on le reconnaît entre autre car il donne une sensation de plénitude et pour un temps variable le sentiment d'être comblé.

Pourquoi ne se déclenche-t-il pas ?

Il y a du désir, du plaisir lors des préliminaires, une montée du plaisir sexuel, puis un arrêt, comme un passage qui ne se fait pas. La montée du plaisir peut être associée à une sensation de douleur qui vient interrompre le bien être. Que faire ? Ce phénomène est souvent la conséquence d'un besoin de maîtriser les situations, de ne pas se laisser déborder, une peur devant la perte de contrôle à la fois au niveau du corps et au niveau mental et parfois une crainte du regard de l'autre. Accepter de se laisser aller est indispensable, la confiance en soi et en son partenaire sont essentielles.

Qu'importe ce qui le déclenche, pourvu que l'orgasme existe

Voilà ce que l'on peut répondre à la question : quel est le vrai orgasme, clitoridien ou vaginal ? L'organe spécifique de jouissance chez la femme est le clitoris, il n'a d'ailleurs que cette fonction. Une femme qui accède à l'orgasme clitoridien et ne ressent pas grand chose au cours de la pénétration n'est pas anorgasmique et à fortiori pas frigide.

Le vagin ne contient pas d'organe individualisé de la jouissance comme le clitoris. Lors de la pénétration, la relation à l'autre est autant en jeu que la stimulation du vagin. Les mouvements du coït font monter du plaisir par vagues, avec une sensation de complétude avec le partenaire. Pour certaines femmes les coups de boutoir du pénis sur le col de l'utérus donnent des sensations de plaisir. Lors de la pénétration le plaisir est augmenté par la stimulation du clitoris, soit manuellement soit par les stimulations du coït, variables suivant les positions.

A la découverte de l'orgasme ?

La masturbation facilite l'accès à l'orgasme. La stimulation d'autres zones érogènes comme les seins est parfois nécessaire. Explorez le plaisir, sans pudeur. Cette recherche prend parfois du temps. Ne pas se presser et s'autoriser à essayer les caresses les plus diverses. Parfois le plaisir pourrait venir mais le blocage ne peut être levé que par la persistance de la stimulation. Après cette découverte en solo, il sera plus facile de guider son partenaire et refaire le chemin de la montée du plaisir à deux. Lors de la pénétration vaginale la recherche de plaisir est subtile, elle s'enrichit avec le temps.

Taille du pénis

L'homme s'inquiète souvent de la taille de son pénis, partie importante de son corps et de son identité d'homme. Il se soucie de la taille de son sexe pour lui même pour sa fierté d'homme, mais également il redoute de ne pouvoir faire jouir sa partenaire si son sexe lui paraît de dimension modeste.Pourtant, beaucoup d'arguments montrent qu'il n'y a pas de corrélation entre la taille du pénis et la satisfaction sexuelle de la partenaire. La relation de confiance, l'expérience sexuelle et l'attention à l'autre comptent beaucoup plus que la dimension de l'organe.Des enquêtes ont montré que les femmes s'intéressent moins à la taille du pénis que les hommes le croient. Certaines ont peur d'un gros pénis avec l'idée que "ça ne passera pas", qu'elles auront mal. D'autres en revanche sont excités par la vision d'un pénis de taille importante.

Le plaisir lors du coït

Puisque la pénétration vaginale est pour l'homme le moment du plaisir le plus intense (son pénis est son organe sexuel le plus sensible), il s'imagine qu'il en est de même pour sa partenaire et que le vagin est également la zone sensible la plus importante de la femme. C'est mal connaître l'anatomie féminine et les ressorts de sa jouissance. Les parois du vagin (surtout les deux tiers internes) ont peu de récepteurs du toucher et de la pression, seule la paroi antérieure et le point G en possèdent. La taille de la verge en érection intervient donc peu dans la satisfaction sexuelle de la femme lors du coït. De fait, pour une femme le plaisir vient de la stimulation de plusieurs zones érogènes (le clitoris en particulier).

(Voir pour cela les fiches orgasme clitoridien - orgasme vaginal , le point Gles préliminaires amoureux).

On peut également noter que des études ont démontré la capacité du vagin à s'adapter à la taille du pénis, dans une certaine mesure.

La variété des pénis

Notre mode de vie, toujours couvert, nous empêche de découvrir la variété des anatomies génitales. Les formes et tailles du nez, des mains, des pieds, des seins, sont variables celles des pénis le sont également. Aucune corrélation n'a pu être établie entre la taille de la verge et d'autres parties du corps : la longueur du nez, la taille des mains, la hauteur de l'individu, etc.

La taille du pénis au repos est différente de la taille en érection, et il n'y pas de correspondance entre les deux. Un petit pénis au repos s'allonge souvent plus en érection, par contre un pénis déjà long au repos s'allongera peu ou pas en érection.

Les hommes ont parfois l'occasion de comparer leur propre sexe à ceux des autres, par exemple sous les douches après le sport. Or pour certains, l'activité physique intense rétracte encore plus la verge, cette comparaison n'a donc aucune signification puisqu'elle ne peut indiquer la différence de taille des verges en érection.

Une autre circonstance où l'homme peut comparer la taille de son sexe, cette fois en érection, avec celui d'un autre, c'est lors du visionnage de films pornographiques. Il faut avoir à l'esprit que ces acteurs ne sont pas dans la moyenne, ils sont choisis justement pour la taille avantageuse de leur organe, ils font partie de la minorité qui se trouve à l'extrême. Pour prendre une analogie, dans le cas de pointure de chaussures ils feraient du 54 !

Des chiffres

La verge doit être mesurée de la base du pénis contre l'os pubien à son extrémité. S'il y a un surpoids, la verge ne peut se montrer dans toute sa longueur ; une perte de poids permettra de la " voir s'agrandir " par la perte du tissus adipeux situé à la racine de la verge.

734533 825892197424966 362635131 n

Votre enfant se masturbe, et alors ?

Alors que la masturbation a été fustigée comme mère de tous les vices et de nombreux handicaps physiques ou moraux ; la psychiatrie et la psychanalyse montrent aujourd'hui combien le phénomène est banal, présent dès la petite enfance, et générateur d'un plaisir sans contradiction aucune avec la santé.

 Présence ou absence signifiante, la masturbation chez l'enfant et l'adolescent est digne d'être considérée par les parents, à sa juste place, s'il y a lieu.

Les âges de la masturbation

Les enfants se masturbent dès le plus jeune âge, avant même d'apprendre à marcher. Chez le jeune enfant, la masturbation est une activité normale. C'est une manière pour lui de découvrir son corps et de comprendre comment en réagissent les différentes régions. C'est aussi une façon de tester celles qui donnent du plaisir. De 15 à 19 mois, les enfants se masturbent le plus souvent en public. Après deux ans, 85 % donnent à cette activité un caractère exclusivement privé. Néanmoins, celle-ci continue pendant toute l'adolescence, et bien sûr, pendant toute la vie : aux Etats-Unis, 55 % des jeunes - filles ou garçons - de 13 ans disent se masturber. A 15 ans, ce chiffre monte à 80 %, et pour les adultes, il est de 65 % pour les femmes et de 90 % pour les hommes.

Parents : ne pas s'inquiéter, réagir dans la sérénité

Le rôle de la masturbation, comme celui de tous les comportements humains, change, on l'a vu, avec l'âge, mais aussi avec la situation de l'individu. Si un jeune a peur des MST ou d'une grossesse inopportune, cette pratique peut apporter pendant un temps une solution apaisante à ses pulsions sexuelles.

Si un tout-petit se masturbe en public, les avis des psychiatres sont partagés, mais tous s'accordent pour dire que rien ne vaut d'en faire un drame. Les uns soutiennent l'idée que la meilleure solution est de ne pas en tenir compte, et que, dans la grande majorité des cas ce comportement disparaîtra de lui même. Ils soulignent, en outre, qu'en parler serait contre-productif et dangereux, risquant d'impliquer l'idée que certaines parties du corps sont sales et honteuses. D'autres, au contraire, estiment que dire simplement à un enfant que la masturbation est un acte privé, est une meilleure solution. Cette méthode peut s'amorcer par le fait que les parents apprennent à leurs enfants les noms anatomiques corrects de leurs parties génitales, pour ensuite entamer des discussions sur les comportements sexuels, et, le cas échéant, sur les valeurs qu'ils y greffent.

Canstock8332599

عيوب وفوائد العادة السرية عند الرجال والشباب

LA MASTURBATION MASCULINE

Messieurs, prenez votre plaisir en main

Les hommes reconnaissent massivement s'être masturbés pendant leur adolescence, mais sont plus réticents à reconnaître y avoir recours à l'âge adulte. Et si la technique de base est stéréotypée, il existe beaucoup de variantes pour parvenir au plaisir ou apprendre à maîtriser son orgasme.

 

La quasi-totalité des hommes ont une manipulation manuelle de leur verge. Habituellement, ils caressent l'ensemble du pénis en faisant glisser la peau dans un mouvement de va-et-vient. La plupart du temps le geste n'entraîne pas le décalottage complet du gland. Ce qui est très variable d'un homme à l'autre, c'est la rapidité et le rythme du mouvement, l'étendue de la partie tenue (la verge pouvant être maniée du minimum, entre deux doigts, au maximum, à pleine main), ainsi que la force du serrage. Mais certains préfèrent un rythme de pression à un rythme de mouvement. D'autres caressent une partie seulement de la verge, notamment la surface ventrale près du frein ou dessous. D'autres encore se limitent à la stimulation du gland. Les caresses et les manipulations des testicules accompagnent souvent les manipulations péniennes. Pour mieux comprimer les testicules, certains serrent entre les jambes leur pyjama en boule, ou un tee-shirt.

Découvrir d'autres zones érogènes

De nombreux hommes, en même temps que les caresses de la verge, ont une pénétration anale, avec un doigt ou plusieurs, ou avec un godemiché. D'autres se massent parfois la prostate : l'excitation et l'orgasme s'en trouvent particulièrement renforcés. Mais peu d'hommes explorent les caresses sur le reste du corps, le ventre, l'intérieur des cuisses, les seins, la bouche et les lèvres, ou s'embrassent les épaules…

À côté de la manipulation manuelle, on trouve aussi le frottement, couché sur le ventre, contre les draps du lit, le tapis, un oreiller, ou encore le bras ramené sous le ventre. Le vibromasseur appuyé sur la verge ou le jet d'eau sont d'autres sources possibles de stimulation.

Apprendre à maîtriser son excitation

Les techniques utilisées par un homme pour se masturber ont des répercussions directes sur ce qu'il pourra vivre dans le rapport sexuel. Par exemple, celui qui serre très fort sa verge aura des difficultés pour éjaculer dans un vagin, puisque celui-ci, une fois bien lubrifié, ne lui offrira pas la même constriction. Mais, surtout, l'habitude d'exercer dès le début de l'excitation des mouvements rapides afin de faire monter toujours plus cette excitation ne permet pas de savoir durer ni de s'adapter au rythme de l'autre.

24665756 concept de forme de coeur de symbole de sexe masculin et feminin isole sur blanc

ممارسة العادة السريه عند البنات والسيدات

L'art de la masturbation féminine

Les femmes aiment se donner du plaisir. Le rapport de la célèbre sexologue américaine Shere Hite, qui, dans les années 1970, a effectué une enquête auprès des femmes sur tout le territoire des Etats-Unis, l'a montré. Comment s'adonnent-elles au plaisir solitaire, c'est aussi ce que cette étude a cherché à savoir. Résultats et témoignages extraits du "rapport Hite".

 

Des 3 000 femmes ayant répondu, anonymement, à ce questionnaire qui faisait le tour de la sexualité féminine (orgasme, coït, clitoris, masturbation…), 82 % déclaraient qu'elles se masturbaient, et, parmi elles, 95 % parvenaient sans peine à l'orgasme chaque fois qu'elles le voulaient. Ce qui, d'après la sexologue, contredisait l'idée couramment admise que les femmes sont "lentes à démarrer", et qu'elles ont du mal à parvenir à l'orgasme. Pratiquement, l'enquête a permis de distinguer six types de masturbation (avec quelques variantes).

Dans la très grande majorité des cas (73 %),

la femme excite manuellement la région clitoridienne

et/ou vulvaire en étant couchée sur le dos.

"Je m'excite toujours de la même façon : mon doigt caresse mon clitoris et parfois j'enfonce en même temps un autre doigt dans mon vagin. Je ne caresse que ma zone génitale" ; "Je me masturbe en massant latéralement mon clitoris, doucement d'abord, puis en augmentant l'intensité de la pression. Je me sers de l'index (une seule main)" ; "mes doigts caressent mon clitoris et, de ma main libre, je gratte, tire, pince le bout de mes seins. Je me caresse alternativement de haut en bas et en rond. Mes jambes sont tantôt jointes, tantôt écartées. Je trouve particulièrement excitant d'immobiliser ma main et de continuer la friction en remuant mon sexe contre mon doigt".

La femme peut aussi se coucher sur le ventre (5,5 %).

"Je suis couchée sur le ventre, les jambes légèrement écartées et je me sers des deux mains, la droite appuyée sur le clitoris, la gauche serrée contre elle pour augmenter la pression. En remuant le bassin de haut en bas, modérément vite, j'obtiens la friction que je désire sur la région de mon clitoris" ; "Je me masturbe sur le ventre, les jambes jointes en pressant mon clitoris avec l'index et le médius des deux mains, l'une sur l'autre. Parfois je me caresse les seins ou les fesses d'une main, ou je glisse mes doigts dans mon vagin" ; "Je débute par une caresse circulaire du clitoris et de temps en temps je frotte de haut en bas, le clitoris serré entre deux doigts.

De la main droite je vérifie que mon vagin est bien mouillé et je me livre à un fantasme. Je continue de stimuler mon clitoris et je glisse deux doigts dans mon vagin" ; "Je maintiens sous moi le vibromasseur, plus ou moins fermement, en remuant mon corps sur lui".

Certaines femmes se frottent à un objet doux (4 %).

"Je fais avec le drap une petite boule à peu près de la taille d'un poing (je me servais de la tête de mon pauvre ours en peluche, mais depuis que j'ai passé l'âge de dormir avec un ours, je me contente d'une poignée de drap). Je me couche sur le lit, la boule appuyée sur mon clitoris. Puis je remue les hanches avec un mouvement circulaire jusqu'à ce que je jouisse" ; "Je ne me masturbe pas vraiment, je me frotte à peine contre le drap, pas plus…" ; "Je me masturbe d'habitude sur le coin d'une chaise, je me frotte, les jambes serrées. J'ai découvert cette méthode par hasard quand j'avais 4 ans" ; "Je me frotte lentement contre mon lavabo, en appuyant très fort mon pubis, la fraîcheur de la céramique m'excite beaucoup".

D'autres serrent leurs cuisses en cadence, de façon répétée (3 %).

"Je suis assise sur un fauteuil ou dans mon lit, et je me sers des muscles de la partie interne de mes cuisses. Je me concentre avec toute mon énergie sur la région de mon sexe" ; "Je frotte mes cuisses l'une contre l'autre, en général couchée, mais je le fais aussi en étant assise (au bureau, dans l'autobus, etc.). Le frottement exerce une pression délicate sur le clitoris".

32658

Comment faire une fellation ?

Pratique sexuelle qui consiste à sucer, lécher, introduire dans sa bouche le sexe en érection de son partenaire et effectuer des mouvements de va et vient simulant le rapport sexuel. 

Rappel : le terme fellation, souvent écrit "felation", s'orthographie avec deux "l". Souvenez-vous qu'il faut habituellement être deux pour pouvoir la pratiquer.

Comment bien faire une fellation ?

La diffusion de la sexualité orale depuis les années 1970 a contribué à "démocratiser" la fellation. Selon le dernier rapport sur la sexualité en France, plus de 80 % des femmes déclarent avoir expérimenté ces pratiques. Entre 25 et 49 ans, 70 % des Français pratiquent cette activité souvent ou parfois. De là à dire qu'elle est sur toutes les lèvres…
Néanmoins, la fellation n'est pas pour autant un acte sexuel banal et stéréotypé. Il est donc bien difficile d'en donner un mode d'emploi en trois étapes. Quelques conseils de base peuvent néanmoins vous éviter certaines déconvenues. Primo, pas besoin de jouer les avaleuses de sabre en essayant d'ingérer le plus profondément le pénis de votre partenaire. Ce n'est pas forcément ce qu'il va préférer et cela risque de déclencher des réflexes nauséeux peu compatibles avec une relation sensuelle. Secundo, privilégiez la douceur. A ce titre, évitez d'inviter vos dents à cette partie de plaisir… Si des mordillages peuvent être tentés, la version "râpe sur incisives" est à proscrire. Tertio, la technique qui vise à mimer une pénétration vaginale en prenant le pénis avec votre bouche n'est pas à privilégier… Au-delà du risque de torticolis, rappelez-vous que le sexe oral vous offre d'infinies possibilités. Lécher, sucer, souffler, presser, mordiller, utiliser des aliments, alterner le chaud et le froid… Laissez courir votre imagination en privilégiant amour, douceur et plaisir ! Vous saurez sans aucun doute inventer les délices qui raviront votre amant.

Enfin, pour celles qui veulent devenir des expertes, certains spécialistes se sont penchés sur la question et offre des conseils très utiles. Ainsi, le sexologue Gérard Leleu nous invite à découvrir "l'art de la fellation". Autre ouvrage, la docteur américaine en sexologie Sonia Borg nous promet de découvrir "La caresse qu'il n'oubliera jamais". Enfin, les fans de littérature pourront se passionner pour une "Anthologie littéraire de la fellation".

Termes familiers : faire un pompier, une pipe

Cette pratique provoque pour l'homme des sensations érotiques intenses pouvant mener à l'orgasme, l'éjaculation pouvant se faire dans la bouche du partenaire ou en dehors. Le sperme pouvant être avalé sans crainte si l'homme n'est pas infecté par le SIDA ou autre maladies sexuellement transmissibles. En dehors d'une infection réelle, le sperme est stérile mais bien sûr il peut également être recraché.

Certaines personnes éprouvent un dégoût pour cette pratique, au fil des expériences sexuelles cette répulsion peut disparaître ou se confirmer. La sexualité est avant tout un jeu pour un plaisir partagé, elle ne peut se vivre dans la contrainte et le dégoût ;chacun doit savoir affirmer ses besoins et ses limites. Le pénis est aussi le lieu d'excrétion (les urines) . Cette proximité est souvent l'origine de la répulsion. Une hygiène intime quotidienne est nécessaire et suffisante pour permettre l'expression des émotions sans provoquer le dégoût du partenaire. Les odeurs des sécrétions sexuelles sont particulières et parfois fortes, elles sont pour certains source d'excitation sexuelle.

Fellation et infections sexuellement transmissibles

Cette pratique peut transmettre des maladies infectieuses en particulier le SIDA, il est donc recommandé d'utiliser un préservatif pour la fellation. Le risque est faible mais non quantifiable, et quelques cas de contamination ont été rapportés. Le risque augmente si le sperme est éjaculé dans la bouche, si la bouche comporte des ulcérations, une inflammation.

Le préservatif doit être mis avant toute intromission, en effet le liquide des glandes de Cowper est présent sur le gland lors de l'érection et ce liquide est infecté en cas de SIDA.

Les rapports oro-génitaux (fellation, cunnilingus) sont souvent pratiqués comme caresses préliminaires au rapport sexuel (voir les préliminaires amoureux). Les partenaires se stimulent l'un après l'autre préférant se concentrer sur un seul plaisir ou la stimulation est simultanée, le couple se positionne alors tête bêche, cette position est communément appelée 69.

23825402 aucun signe de sexe jusqu 39 a ce que le bon moment et le lieu

Les films X, source d'inspiration pour la moitié des spectateurs lors de leurs ébats

mercredi 16 avril 2014 

Près de la moitié (47 %) des Français qui ont déjà regardé un film pornographique ont tenté de rejouer les scènes avec leur partenaire, révèle une étude Ifop/Tukif.com. Et les hommes ne seraient pas les seuls à avoir cette envie : 38% des femmes ont déjà reproduit des positions qu'elles ont découvertes dans un film X. 
 

 

Les films érotiques inspirent les Français qui les visionnent.

Le visionnage d'un film pornographique n'est plus aussi tabou qu'il l'était il y a encore quelques années. Aujourd'hui, 60 % des Français ont déjà surfé sur un site internet pornographique, quand ils étaient 39 % en 2009 et 17 % en 2005. Regarder un film X ne serait même plus une occasion ponctuelle, puisque 24 % des personnes interrogées déclarent en regarder chaque semaine, et 39 % au moins une fois par mois. 

Autre nouveauté, qui balaye les clichés : les femmes aussi regardent ces long-métrages coquins. 41 % en ont déjà vu. C'est dix fois plus qu'en 2005.

Ce goût décomplexé pour les films pornographiques n'est pas sans conséquence sur la vie intime des Français, du moins de ceux qui les regardent. Ainsi, 47 % des spectateurs ont déjà eu envie de reproduire les positions des acteurs. Une réalité qui se confirme chez les moins de 25 ans, qu'il s'agisse des filles (53 %) ou des garçons (64 %).Certains ont poussé l'envie jusqu'à plus loin, en filmant leurs ébats (11 %).

44

Porno : la nouvelle "éducation sentimentale" ?

Fin de l'hypocrisie ou trop plein d'images pornographiques ? Comme toujours les avis sur le sujet sont partagés. Alors que le X sort de sa marginalité, sa banalisation ne risque-t-elle pas d'induire de nouveaux comportements chez les plus jeunes ? Sont-ils à même de distinguer fiction et réalité ? Des raisons qui poussent le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) à vouloir faire disparaître des écrans les films hot.

 

D'après les calculs du CSA, chaînes hertziennes, câblées et par satellites proposent chaque mois 840 diffusions de films X, en totale infraction avec Télévision sans frontières, destinée à harmoniser les législations des pays de l'Union européenne. Cette directive stipule que les chaînes ne doivent présenter aucun programme susceptible de nuire gravement aux mineurs, notamment des scènes comportant des scènes de pornographie. Or l'instance française de régulation a constaté un "accroissement important de la diffusion de ces programmes et (…) à travers les mesures d'audience, qu'un nombre non négligeable de mineurs y sont exposés". Le CSA a voulu marquer le volontarisme de sa démarche en préconisant dans un communiqué "la suppression des programmes pornographiques dans les services de télévision français" en modifiant l'article 15 de la "loi Léotard" du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication1.

La vague porno

En ce début de siècle, le porno est partout, il n'est plus réservé aux ghettos des sex-shops et des salles spécialisées. Depuis l'arrivée massive des cassettes vidéo dans les années 80, du minitel rose et enfin de l'Internet, il n'est désormais plus honteux d'aimer le porno et de le dire. Et ce ne sont plus seulement les adultes qui se divertissent mais également les ados, voire les pré-ados qui "s'instruisent"… Selon Denise Stagnara, auteur d'ouvrage d'éducation sexuelle intervenant dans les écoles, la moitié des enfants de 10-11 ans ont déjà vu un film porno. Si ces chiffres peuvent laisser sceptiques, il est vrai que les "hardeuses" sont aujourd'hui invitées sur les plateaux de télévisions dans des émissions grand public, aux côtés des vedettes du showbiz et de la dernière des Miss France.

Une étude Médiamétrie commandée par le CSA indique que 11 % des enfants de 4-12 ans des foyers abonnés à Canal + ont été en contact pendant au moins 1 minute avec un film X, pourtant diffusé entre minuit et 6h00. Le Collectif interassociatif enfance et médias2 (CIEM) soulignait pour sa part en avril 2002 que les enfants passent énormément de temps devant la télévision sans accompagnement.

Son rapport "L'environnement médiatique des jeunes de 0 à 18 ans : que transmettons-nous à nos enfants ?" met notamment en évidence les "incohérences entre le droit pénal, la législation sur le cinéma, la législation sur la télévision". Un film interdit lors de sa sortie en salles aux moins de 12 ans, peut ainsi être acheté ou loué sans aucune restriction…

Quand la fiction rejoint la réalité ?

Lors des récents procès de mineurs impliqués pour viols en réunion, les confrontations entre victimes et accusés ont montré qu'outre l'effet d'entraînement du groupe, la représentation de la sexualité dans les films pornographiques avait biaisé leur perception de la sexualité. Au cours des "tournantes", aussi appelés "plans pétasses" par certains jeunes, toute une bande abuse de la copine de l'un d'entre eux.

Les adolescentes sont ensuite accusées d'être des filles faciles, voire aguicheuses, et d'être consentantes. Il est difficile d'affirmer qu'ils agissent sous l'influence des images qu'ils ont vues, faute d'évaluation chiffrée suffisamment nombreuses sur le sujet, mais psychologues, psychiatres, assistantes sociales et infirmières scolaires aux contacts des ados disent percevoir cette porosité. Une enquête menée en 2001 par Marie Choquet de l'INSERM1 dans 21 établissements de Gironde fait apparaître que 12 % des filles et 3 % des garçons consultants à l'infirmerie ont été victimes de violences sexuelles.

Un imaginaire sexuel et amoureux tronqué

Les films porno entretiennent la confusion en faisant mine d'être une représentation de la réalité. Les ados les prennent comme tels, tout en se doutant que les choses ne se passent pas exactement comme cela. "Il faut avouer que c'est un monde burlesque : le livreur de pizza arrive. La maîtresse de maison est en peignoir, se retourne pour prendre de l'argent, et c'est parti. Sur ces entrefaites son mari arrive et rejoint le duo dans ses activités sans sourciller !" ironisait Patrick Baudry, professeur de sociologie à l'université de Bordeaux, en juin 2002 lors du colloque "Pornographie, société et langage". "Cela pourrait être désérotisant, mais c'est notre regard qui réinvestit la scène d'érotisme". Patrick Baudry voit pourtant un aspect positif à ces films, en ce qu'ils cautionnent la liberté sexuelle. Il leur reconnaît aussi le mérite d'être plus proches de la réalité que l'éducation sexuelle "à la papa" faite en observant la reproduction chez les végétaux et les animaux.

Savoir mettre le holà

Le danger vient de la restriction de la sexualité à cette vision de l'acte sexuel comme une pure performance physique, réduisant l'amour à l'état d'objet de consommation courante. "Nous ne sommes pas que des machines désirantes" souligne Michela Marzano, philosophe et organisatrice du colloque. La pornographie nous prive de la rencontre avec l'autre en zappant ces moments pour n'aller qu'aux moments clefs du film. Visionnées à l'adolescence, ces seules images participent à une construction tronquée de l'imaginaire sexuel et amoureux. "Au lieu d'être libérateurs, ces films peuvent créer un blocage chez certains adolescents, car ils craignent de ne pas être à la hauteur et d'être incapables de reproduire ce qu'ils ont vu, ou de se soumettre à de tels exercices". Les mesures de protection par cryptage des films et l'harmonisation des différentes législations paraissent nécessaires pour protéger les mineurs des images trop crues. Mais il est certainement tout aussi urgent que les parents instaurent un dialogue avec leurs enfants, pour faire appel à leur intelligence et les accompagner dans la découverte d'une sexualité épanouie.

L'origine des fantasmes érotiques

S'il est besoin d'une preuve pour affirmer l'enracinement de la sexualité humaine dans le psychisme, les fantasmes érotiques en sont une. Fantasmer est chose habituelle, nous nous imaginons devant des mets fabuleux, sur une plage paradisiaque au soleil. Cette activité imaginaire pourra selon le cas, exciter notre palais, nous détendre… mais elle est rarement une fin en soi… Dans le domaine des fantasmes sexuels tout est différent. Le fantasme érotique a un pouvoir merveilleux. Accompagné de stimulations physiques ou non, il peut provoquer la jouissance sexuelle..On l'oublie parfois, mais le mot fantasme a été mis au goût du jour par la psychanalyse. En allemand le terme phantasie qu'utilise Freud désigne l'imagination, le monde imaginaire et ses contenus.

Les fantaisies de l'étymologie

En Français avant les découvertes de la psychanalyse deux mots existaient : phantasme, synonyme d'hallucinations, et fantaisie qui signifiait entre autre la capacité à imaginer.Les premiers traducteurs de Freud on choisit de traduire le mot allemand phantasie par un mélange de ces deux termes : fantasme. Ce terme est donc chargé de résonances psychanalytiques.

Alors qu'appelle-t-on fantasme ?

C'est  "un scénario imaginaire où le sujet est présent et qui figure, de façon plus ou moins déformée par les processus défensifs, l'accomplissement d'un désir et, en dernier ressort, d'un désir inconscient".1

Le fantasme érotique relève bien aussi de cette définition psychanalytique.

Fantasmes clairs ou obscurs

Comme les rêves, nos fantasmes sexuels peuvent nous paraître clairs ou obscurs. Quand ils sont directement en lien avec nos envies, ils nous paraissent limpides. C'est le cas, par exemple, lorsqu'on fantasme d'une relation sexuelle avec son partenaire habituel. Par contre, certains fantasmes nous surprennent, là rien à voir avec nos désirs conscients : les partenaires sont multiples, les positions scabreuses, les relations violentes…

Quels sont vos fantasmes érotiques ?

Vous ne les avez jamais évoqués avec votre partenaire. Enfouis au fond de votre mémoire, ils ressurgissent sans crier gare dans des moments d'intimité et de détente. Les partager, pourquoi pas ? Mais comment l'autre va-t-il recevoir cette confidence ? Que racontent nos fantasmes ? Les scénarios élaborés par les hommes et les femmes sont-ils similaires ? 

  Nous avons tous des fantasmes érotiques. Même si nous n'en avons pas toujours conscience. Dès l'adolescence, accompagnant les premières émotions sexuelles, les fantasmes érotiques se dessinent. Au départ, les scénarios sont imprécis et flous, ils s'enrichiront au fil des expériences sexuelles.

Des fantasmes érotiques somme toute parfois banals

Savez-vous quel est le fantasme le plus fréquent ? A bas les dessous coquins, les bottes de cuir ou les stars du show biz, 7 personnes sur 10 fantasment d'un rapport sexuel avec son partenaire habituel, dans une relation tendre et romantique…1 Dans l'enquête sur la sexualité en France2, 4 personnes sur 10 rapportent ce même fantasme. La sexualité orale est également souvent citée.

Pourtant, certaines enquêtes tendent à nous faire oublier cette simplicité. En effet, les personnes sondées ont rarement à répondre spontanément à la question "Quel est votre fantasme préféré ?" mais doivent choisir parmi une liste de situations plus ou moins sulfureuses. Par exemple dans l'enquête de juillet 2000  réalisée par la SOFRES pour MARIE-CLAIRE auprès d'hommes uniquement, la situation : "Faire l'amour avec une star du porno" est proposée. On note que 69 % des hommes interrogés répondent que cela ne fait pas partie de leurs fantasmes et seulement 13 % ont ce fantasme.

L'infidélité dans le fantasme

Un autre fantasme fréquent est le rapport sexuel avec un partenaire extra conjugal, un(e) inconnu(e), un(e) ami(e), une vedette. L'enquête ACSF2 montre que cette infidélité dans le fantasme est plus fréquente que les relations extra conjugales réelles. Et cela n'a rien d'étonnant.

Pour la religion catholique, il fut un temps où ce genre d'infidélité était condamnable autant que le comportement en lui-même. Penser une relation sexuelle avec un partenaire autre que son conjoint était un péché. Sans doute un des éléments qui a fait dénigrer et craindre les fantasmes sexuels.

 

Dsdsd
7878

Guide des zones érogènes

Un regard, un parfum, des caresses et soudain nos sens s'affolent. Pour entretenir l'extase où l'amour vous plonge, optons pour l'art des caresses et le dialogue des sens. Pour pimenter les préliminaires et rendre vos ébats inoubliables, découvrez notre guide des zones érogènes.

 

La bouche

Doux, sucrés, papillon ou French kiss. Les baisers peuvent stimuler les lèvres et la langue de multitudes manières. Entre effleurements et mordillages, savoir embrasser avec passion est un art que peu d'amants maîtrisent avec talent. du moins si l'on écoute ces Dames. Pour éviter le bisou ventouse ou l'expédition de spéléologie en glotte, découvrez les secrets des véritables baisers de star.

De tendre, la bouche peut devenir fougueuse. Le corps entier prend plaisir aux infinies caresses de la langue et des lèvres. Quant aux caresses bucco-génitales (cunnilingus,fellation), elles sont généralement très appréciées par les deux sexes.

Les bras

Les parties exposées ne sont pas les plus réceptives aux caresses. Mais ce n'est pas une raison pour baisser les bras un peu vite, ainsi le creux de l'aisselle ou du coude, tout comme la face antérieure du poignet sont autant de zones que les caresses, les baisers ou les langues habiles sauront (r)éveiller en un tour de main.

Les cuisses

Tout comme pour les bras, les faces intérieures des cuisses et des genoux (le creux poplité) sont plus réceptives aux caresses. Alternez caresses à fleur de peau et mouvements plus marqués, avec la langue ou la paume. Partez des chevilles et remontez vers la zone stratégique. Un peu de patience devrait vous aider à ne pas traiter ses gambettes par-dessus la jambe.

Le dos

Si des massages du dos suscitent un apaisement ou une relaxation que l'on réserve aux instants de repos, cette zone peut également être à l'origine de frissons sensuels. Essayez seulement d'effleurer sa peau tout en laissant descendre votre langue le long de la colonne vertébrale depuis son cou jusqu'à la naissance de ses fesses. Vous ne devriez pas pouvoir vous mettre son plaisir à dos.

Les fesses

FEMME

Si l'image de la sensualité est faite de courbes, les fesses en sont sans nul doute un sommet. A caresser, masser, pétrir ou couvrir de baisers, les fesses ne doivent jamais être délaissées. Même les plus impatients devraient s'y attarder sous peine de frustrer leur partenaire. Glissez un doigt ou votre langue entre elles, doucement, vous arriverez à l'anus. Associée à des caresses clitoridiennes, une stimulation anale peut conduire à l'orgasme. Mais en la matière, certaines refuseront toute sollicitation de cette zone qu'elles jugent taboue, alors que d'autres adorent qu'on s'y attarde. voire plus si affinités. La proximité avec les organes sexuels et l'importance du nombre de terminaisons nerveuses font de la pénétration anale une véritable expérience érotique. Pour en savoir plus, découvrez sans attendre notre fiche sur la sodomie.

HOMME

Si l'image de la sensualité est faite de courbes, les fesses en sont sans nul doute un sommet. A caresser, masser ou couvrir de baisers, les fesses des hommes ne doivent pas être délaissées. Même les plus impatientes devraient s'y attarder sous peine de frustrer leur partenaire. Glissez un doigt ou votre langue entre elles, doucement, vous arriverez à l'anus et au périnée (zone entre l'anus et les parties génitales). Pour les plus téméraires, sachez que les hommes posséderaient un point G situé entre trois et cinq centimètres à l'intérieur de l'anus. Sa stimulation décuplerait les sensations lors de l'orgasme. Mais attention, tous les hommes ne vous laisseront pas explorer facilement leur intimité. En cas de contraction ou de refus explicite, n'insistez pas vous pourriez le bloquer. Tant pis pour lui !

La nuque

A effleurer délicatement ou à mordiller tendrement, la nuque et le cou peut également être le lieu de massages savants à la fois décontractants et savamment évocateurs. Mais bien souvent la nuque est une halte avant d'explorer les oreilles, les lèvres ou le dos, prenez cependant le temps de vous y attarder un peu. Grands séducteurs, les vampires ne s'y trompaient pas. Ces zones recèlent des terminaisons nerveuses insoupçonnées.

Les oreilles

Illogiquement délaissées par un grand nombre d'amants, les oreilles peuvent être mordillées, léchouillées ou suçotées. Sur le pavillon et le lobe, les baisers peuvent rapidement devenir très érotiques. La perception amplifiée de votre souffle pourra également décupler de désir de votre partenaire. Sans compter que les mots doux ou crus sont parfois très excitants. A bon entendeur.

Les organes sexuels

FEMME

Terre inconnue pour les piètres amants, le clitoris est un incontournable du plaisir féminin. Sensible aux caresses des lèvres, de la langue ou des doigts, ce petit organe doit être l'objet de toutes les attentions. Mais attention, un peu de délicatesse ! La stimulation doit être tendre et délicate. La femme s'abandonnera sans retenue aux caresses des ses petites et grandes lèvres, de sa vulve... L'homme pourra solliciter sa langue et ses lèvres pour un cunnilingus très apprécié. Les caresses pourront se poursuivre vers l'anus (sauf en cas de refus explicite, bien entendu).

Alors que le débat sur l'existence même du point G déchaîne les passions, quelques conseils devraient vous permettre de vous faire une idée. Ce fameux point est situé entre 3 et 8 cm à l'intérieur du vagin, le long de l'urètre au niveau où celui-ci rejoint la vessie. A mi-chemin entre l'os pubien et le col de l'utérus, il a la forme d'une petite boule palpable de moins d'un centimètre qui augmente de taille lors d'une stimulation. En insérant un ou deux doigts légèrement recourbés, vous pourrez atteindre cette zone qui peut se gonfler sous l'excitation. La langue peut également remplacer le doigt si vous êtes suffisamment habile. Votre partenaire vous en sera reconnaissante.

Attention cependant à ne pas transformer cette quête du Graal en travaux pratiques digne des cours de sciences naturelles, l'imaginaire érotique est indispensable à toute expérience sensuelle. Pour en savoir plus, découvrez notre article "Cap sur le point G !"

HOMME

Le pénis et les testicules sont des zones extrêmement sensibles chez l'homme. Sans pour autant caricaturer la sexualité masculine, il apparaît difficile à un homme d'atteindre l'orgasme sans stimulation de cette zone. La sollicitation se fera par des caresses des doigts mais aussi des lèvres ou de la langue. Au bout de la verge, le gland est la zone la plus sensible, ne la négligez pas ! En alternant des sollicitations de cette zone, des testicules et du dessous du pénis, vous devriez pouvoir vous servir des réactions de votre partenaire pour perfectionner votre danse sensuelle. La fellation (lorsque la femme prend le sexe de l'homme dans sa bouche) est une pratique particulièrement appréciée des hommes. Mais dans ce cas, votre bouche n'est pas la seule à l'oeuvre, vos doigts pourront caresser ou chatouiller les testicules. Attention cependant à bien préférer la douceur d'une pianiste plutôt que le pétrissage à l'ancienne.

D'autres alternatives existent enfin :

  • Différents mouvements (en tire-bouchon ou en frottement circulaire) peuvent faire découvrir de nouveaux plaisirs ;
  • Vous pouvez également alterner le chaud et le froid en utilisant un glaçon ou une boisson chaude...

Laissez aller votre imagination. Et pour en savoir plus, découvrez notre fiche sur la fellation.

Les pieds

Les stimulations de la plante des pieds et des orteils n'emportent pas tous les suffrages. Si certains aiment qu'on les caresse ou qu'on les lèche sensuellement, d'autres n'éprouvent aucun plaisir et peuvent même avoir horreur de ça. Donc ne vous acharnez pas, il existe des moyens beaucoup plus excitants pour "prendre son pied".

Les seins

FEMME

Titillés avec la langue, caressés du bout des doigts ou sensuellement massés. les seins sont sans aucun doute l'expression ultime de la féminité. Pointés sous l'effet de l'excitation, ils sont avides de bien des plaisirs : succions, aspirations, mordillage, massage, torsion du mamelon. Vos lèvres, vos doigts et votre langue (voire votre pénis) participent à cette incomparable mise en bouche. Pour les plus coquins, un glaçon, de la crème ou du miel pourront compléter le rituel et combler la gourmandise !

HOMME

S'ils obnubilent souvent les hommes, il arrive qu'à contrario que les femmes oublient un peu les seins de leur partenaire. Erreur ! Ultrasensibles, les mamelons laissent rarement indifférents. Si certains adorent qu'on les titille ou qu'on les mordille, d'autres peuvent présenter des réactions "épidermiques". Pour savoir à quel sein se vouer, tentez votre chance !

Le ventre

Doux et tendre, le ventre est de ces endroits secrets où l'on aime s'attarder. Aux caresses suaves, le nombril pourra être l'objet de quelques explorations linguales. Un vrai régal. mais aussi une étape vers des zones plus stratégiques encore. A vous de juger combien de temps il est judicieux de faire durer le suspens.

Index

Qu'est-ce qui excite les hommes ?

Vous avez le coeur chaud, alors donnez à votre homme l'occasion de venir se brûler à votre flamme pour une folle nuit de plaisir. Pour cela, il suffit de connaître ses points faibles, révélés par notre expert en volupté Gérard Leleu... Et d'en abuser !

 

"Vous avez un corps, un sexe, des mains, faites marcher votre imagination" lâche un peu crûment Gérard Leleu, sexologue et auteur d'un livre sur toutes les caresses magiques que chaque femme devrait connaître. Inutile, selon lui, de se perdre en conjectures, ni en accessoires, ou de courir les clubs échangistes. Son credo : Se fier à son instinct, caresser, inventer, oser, redevenir mystérieuse et désirable !

Lui révéler : qui est aux commandes de cette nuit d'amour

Le sexologue assure que "l'homme est souvent ravi de la seule nature charnelle et de la puissance du désir de la femme". Pour atteindre cet objectif fou et lui procurer mille délices promptes à faire tourner ivre sa libido, le sexologue recommande de devenir le "sujet" et non plus l'objet soumis.

En clair, faites de vos ébats une brûlante déclaration d'amour. Flemmardes s'abstenir ! On est présente et plutôt deux fois qu'une, à l'écoute de tous ses frémissements, qui sont autant d'indices pour le guider vers l'extase. Notre bon génie Gérard Leleu expert en volupté nous donne quelques clés !

Lui révéler : des points érotiques qu'il ignore !

C'est vrai, un homme ne se résume pas à son sexe ! Toutefois, après avoir fait froufrouter vos jupons sous ses naseaux, pourquoi tourner autour du pot. Surprenez-le et donnez-lui ce qu'il attend vraiment. D'autant plus que maintenant vous savez où se trouve son point H (l'équivalent du point G chez les femmes). Situé à mi-distance entre l'implantation du pénis et de l'orifice anal, ce point que vous stimulerait, peut lui procurer une forte excitation, et donc beaucoup de plaisir. Il suffit de palper franchement et profondément cette zone avec la pulpe de son médius, soutenu par son index. Et de se montrer attentive aux réactions de son homme. Vous pouvez augmenter l'intensité de cette caresse en exerçant toutes sortes de pressions fortes ou subtiles. Un premier pas, et pas des moindres, sur le chemin de l'orgasme.

Lui révéler : qu'il est un puits de volupté !

Il se défend bien sûr d'être un être sensible, et se la joue sans doute sur le mode "dur à cuire". Parfait ! Vous allez justement le faire basculer dans un univers de volupté où toutes ces corpuscules de Kraus (ces récepteurs sensoriels) vont jouer une folle sarabande, son coeur battre la chamade et ses pupilles se dilater de plaisir. Visez les plis, son défaut dans la cuirasse. Une zone extrêmement sensible et méconnue. Plis derrière les genoux, les coudes, au creux de l'aine, du poignet, sous les fesses... Effleurez lentement. Alternez intérieur de la main, le dos, les griffes, ou la pulpe des doigts, puis mordillez et léchouillez. Ecoutez-le frémir, pour vous guider. Ne précipitez rien !

Lui révéler : la puissance de vos hanches

Sans doute, vous êtes-vous rendu compte combien la simple apparition d'une danseuse du ventre peut susciter tant d'émoi. Normal ! La seule vision de ce bassin monté sur roulement à billes et le voilà en train de fantasmer. Cédez à sa supplication muette, et déclenchez dans son cerveau des réactions hormonales et neuronales en cascades. En un mot : ondulez du bassin sans retenue aucune. Pensez également à créer une ambiance orientale, devenir sauvage suppose aussi un supplément d'âme. Dans le cas où votre bassin rechignerait à se prêter à cette danse, il suffit de pratiquer quelques séances de danse du ventre ou de houla-hoop... Et le tour est joué !

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 19/02/2015

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site