Infos diverses

 

Les anciens combattants du Moyen-Orient ripostent à Jihane Sadate :
« Arrêtez ces déclarations pour vous préserver de la honte »

Les récentes déclarations faites par Jihane Sadat, l'épouse du défunt président égyptien, Anouar Sadate, comparant la victoire de l'Egypte contre l'Algérie lors du match de « la honte », lors de la CAN qui s'est déroulée en Angola, par la victoire contre Israël, ont provoqué l'ire des militaires algériens qui ont pris part à la guerre israélo-arabe d'octobre 1973.
Dans ce sens, certains adhérents de l'organisation nationale des anciens combattants du Moyen-Orient au niveau du bureau de la wilaya de Biskra, ont exprimé leur stupéfaction de la comparaison faite par l'épouse du défunt président égyptien, Nouar Sadat, de la victoire de l'Egypte dans un match de football d'une guerre menée par la nation arabe.
Dans une lettre signée par le président du bureau de Biskra, M. Bakermi Mohamed Deradji, les anciens combattants ont indiqué que cette dernière ne devait pas faire une déclaration pareille, tout en qualifiant cette déclaration de « honte ». « Il vaut mieux mettre fin à ces déclarations afin de vous protéger de la honte », lit-on dans cette lettre. Selon la même lettre, Jihane Sadat est dormie pendant 37 ans, pour se réveiller en qualifiant un match de football, dirigé par un arbitre corrompu, d'une guerre menée par la nation arabe contre Israel, sachant que l'Algérie a pris part dans les deux guerres arabes contre Israel. L'Algérie qui n'a ménagé aucun effort pour lutter contre l'ennemi, ses combattants ont été aux premières lignes des batailles.
Dans son intervention, ledit Salah, un ancien combattant, le ministre de la défense israélien de l'époque, Moshi Dayen, a eu cette déclaration : « sans les aigles de l'Algérie, le sahara de Sinaï aurait était occupé par les juifs ». Personne ne peut nier là travers des déclarations irresponsables et haineuses es 3500 martyrs tombés sur le champ d'honneur sur les terres égyptiennes

 

Décès de Beloucif, premier et plus jeune général-major, en Algérie
15.01.2010 Par Echoroukonline/Zineb A.


Le général-major, Mustapha Beloucif, 70 ans, père de trois enfants, décédé à l'hôpital de Ain-Naadja, jeudi, vers 11 heures, a été inhumé hier. Il avait passé 30 ans au service de la révolution puis de l'armée avant de prendre sa retraite avec le grade de général-major, qu'il fut le premier à endosser en Algérie.

Beloucif, né le 2 avril 1939 à Ben-Mhidi dans la wilaya d'el Taraf, a rejoint les rangs de l'ALN à l'est en 1957 et a été choisi, pour son intelligence et sa culture, pour faire partie de la délégation qui a mené les négociations avec le colonisateur.
Le défunt a occupé, après l'indépendance, plusieurs postes importants dans l'armée et au ministère de la défense avant d'être promu au grade de général-major puis, de prendre sa retraite en 1987.
Le général-major, Mustapha Beloucif a conservé d'excellents rapports avec ses compagnons de la révolution, qui se sont succédés dans l'institution de l'ANP et n'a pas coupé les relations avec les gens de sa contrée d'origine jusqu'à avant-hier, jour où il nous a quittés.

 


Egypte: Le mur de la honte

09 December, 2009 - ennahar

image

Selon le quotidien israélien « Haaretz », l'Egypte de Moubarek a entamé la construction d'un imposant mur en acier, de 9 Km de long et de 20 à 30 Km de profondeur, tout au long de ses frontières avec la bande de Ghaza.

  • Une source égyptienne a affirmé au quotidien Haaretz que « ce mur sera en acier ». « Il sera difficile de le franchir de quelque manière que ce soit, ou de creuser des tunnels pour le transfert des marchandises et munitions pour la bande de Ghaza ».
  • La construction de ce mur est un pas de plus de la part de l'Egypte qui a pu réduire le « trafic » en provenance de Sinaï vers Ghaza, a relevé la même source qui estime que « le souci grandissant de l'Egypte de déclarer la guerre aux tunnels s'explique par plusieurs raisons dont les pressions américaines sur le Caire ».

 

 

 

Air Algérie va acheter 7 Boeing et 4 ATR

pour plus de 600 M USD

le point.fr - 07.12.09Click here to find out more!

La compagnie Air Algérie a signé lundi soir à Alger avec l'américain Boeing et le groupe aéronautique franco-italien ATR des contrats pour l'acquisition de 7 moyens-courriers 737 et de 4 ATR pour un montant global de plus de 600 millions de dollars, a constaté l'AFP.

 

 

 
 

 

Grippe en Algérie :

Les pharmacies prises d'assaut

Publié le 08 décembre 2009 par Mokhtaria Bensaad- monde santé 24/24

H1N1-employe

L'alerte est au maximum sur la grippe A(H1N1) avec les 12 cas de décès enregistrés et la polémique commence à prendre place, alimentée, d'une part, par la panique de la population et, d'autre part, par le manque de communication et de transparence dans la gestion de cette épidémie.

Les professionnels de la santé sont les premiers à manifester leur colère contre ce qu'ils qualifient de désorganisation observée en cette période critique de cette épidémie. Les cas de grippe se multiplient et ce sont les cabinets de médecins et les pharmacies qui sont envahis par les malades qui viennent demander des traitements contre les symptômes qui ressemblent beaucoup à ceux de la grippe porcine, demandant des conseils sur les médicaments à prendre contre ou en prévention de cette maladie. Des citoyens, par précaution, l'inquiétude aidant, achètent tout ce qui peut l'être et, parfois, sans ordonnance : antibiotiques, anti-inflammatoires, des sirops contre la toux, des vitamines... De plus, il y a beaucoup de monde dans les pharmacies et il faut attendre longtemps parfois avant d'être servi. Cependant, cette situation de rush sans précédent sur les pharmacies se conjugue avec la pénurie des médicaments qui persiste encore, et les pharmaciens signalent déjà la rupture des stocks, entre autres du gel hydro-alcoolique et du savon liquide. Il semble que les campagnes de sensibilisation menées jusque-là sur les mesures d'hygiène à respecter ont donné leurs fruits. Ces deux produits sont de plus en plus rares actuellement. Quant au port de masques, il est obligatoire pour le personnel médical. Mais cette mesure pose problème pour certains médecins qui ont remarqué la détresse des patients lorsque le prescripteur se présente en masque pour consultation. «Les gens ne sont pas habitués aux masques et le fait de le porter créé la panique chez les patients», a expliqué un pédiatre à Oran. Pour certains pharmaciens, même si cette instruction ne les concerne pas directement, ils ont opté pour le port des masques car, dira une pharmacienne, «le premier réflexe du malade lorsque les symptômes de la grippe apparaissent est de s'adresser aux officines pour demander un remède. Nous sommes en contact direct avec cette clientèle, c'est pourquoi j'ai demandé à tout le personnel travaillant à l'officine de porter ce masque et limiter ainsi la contamination. J'ai pu aussi me procurer le vaccin contre la grippe porcine pour la vaccination de mon personnel. Les risques sont importants pour rester les bras croisés. Je reçois, quotidiennement, des malades avec des symptômes de la grippe dans un état catastrophique». Pour d'autres pharmaciens, le port du masque vis-à-vis de la clientèle est gênant au sein de la société. «Nous, en tant que pharmaciens, nous ne savons plus quoi faire. Nous ne nous sentons pas impliqués du fait que nous n'avons pas été formés sur les dispositions à prendre en cette période d'épidémie. Nous recevons les malades et nous essayons de les orienter comme il se doit». Grippe porcine ou grippe saisonnière, la confusion est déjà installée. A la moindre fièvre ou maux de tête, les gens s'affolent et s'inquiètent pour leur santé et n'attendent que l'arrivée du vaccin pour se sentir rassurés et immunisés contre le virus A(H1N1). Tous les moyens sont bons pour avoir ce vaccin qui se fait rare. A défaut, les malades ont recours au pharmacien pour demander un «paracétamol» ou de la vitamine en C espérant que la fièvre ou les maux de tête ne sont que passagers. Pour le pédiatre, un manque flagrant de moyens est observé pour la prise en charge du personnel exposé au niveau des cabinets privés. rNous n'avons pas, dit-il, été convoqués jusqu'à présent pour la vaccination. Les masques de protection spéciaux nous ne les avons pas encore et les risques de la grippe augmentent chaque jour, au point où dans un mois, les médecins ne pourront plus faire la distinction entre la grippe porcine et la grippe saisonnière car, toutes les deux auront le même degré de virulence». Son collègue, qui vient d'être muté à Tiaret, estime que si dans certaines régions, toutes les dispositions ont été prises, dans d'autres, elles ne le sont pas. Une chose est sûre, au niveau des hôpitaux des services de tri sont ouverts pour prendre en charge les cas les plus suspects. Sur l'identification de la grippe porcine, le même médecin souligne qu'il n'existe aucun symptôme pouvant différencier avec certitude les deux grippes. Nous nous basons sur l'information principale, celle de savoir si le sujet a été à l'étranger ou en contact avec des gens venus de l'étranger et notamment des Lieux Saints de l'Islam, puisque c'est la période de l'arrivée des pèlerins. Pour sa part, un spécialiste en épidémiologie et responsable de l'observatoire régional de la santé à Oran explique que «l'indicateur rassurant sur la grippe porcine est la sortie de plusieurs pays de l'Amérique latine et d'Afrique de cette épidémie. C'est un facteur positif qui indique que le taux de mortalité a été limité et la panique devrait suivre le même chemin. Mais, à voir la désorganisation dans la gestion de cette épidémie dans notre pays, la panique ne peut que s'accentuer chez la population. Le manque d'information et de transparence est à l'origine de cette polémique. La preuve, en tant que spécialiste dans le secteur de la santé, nous n'avons aucune information sur l'arrivée du vaccin, ni quelle sera la procédure pour la vaccination. La situation est gérable et il n'y a pas lieu de paniquer s'il y a plus de transparence et plus d'ouverture. L'Algérie dispose de son stock de Tamiflu, l'anti-viral contre la grippe».

 

 

 

Exclusif : Comment Abdelmoumen Khalifa va être libéré

    le 21 Novembre, 2009 -le matin.dzimage

Selon des sources proches du dossier, Rafic Abdelmoumen Khalifa a reçu la confirmation de ses avocats qu'il va être libéré dans les prochains jours, suite à l'abandon des poursuites par la juge d'instruction du Tribunal de Grande Instance de Nanterre, le parquet ayant requis un non-lieu et l'incompétence territoriale.

On rappelle qu'il avait été arrêté le 27 mars 2007 à Londres, où il est encore détenu, en exécution du mandat d'arrêt européen délivré par la juge d'instruction du tribunal de Nanterre le 5 mars 2007.  Le mandat d'arrêt qui avait justifié son arrestation et sa détention ayant été juridiquement vidé, Rafic Khalifa doit être libéré. 

Le gouvernement algérien, selon ces mêmes sources, a été informé des décisions des justices française et britannique.

 

 

 

Affaire Khalifa en France : Vers l'acquittement

    le 20 Novembre, 2009 - le matin.dzimage

Dix ans après le début de l'instruction sur la déconfiture des sociétés du groupe Khalifa en France, le parquet de Nanterre a requis un non-lieu partiel et soulevé l'incompétence territoriale du tribunal pour juger cette affaire, a-t-on appris jeudi de source judiciaire. En novembre 2003, l'information judiciaire confiée à une juge d'instruction avait été ouverte par le parquet notamment pour "abus de confiance" et "banqueroute par détournements d'actifs et dissimulation de comptabilité". L'instruction, qui visait notamment les établissements français des sociétés Khalifa Airways et Khalifa Rent a Car (KRC), basés dans les Hauts-de-Seine et à Paris, a abouti à une dizaine de mises en examen, dont celles de Rafik Khalifa et de son épouse Nadia Amirouchen. Dans son réquisitoire, daté du 10 novembre, le parquet de Nanterre estime cependant que les faits de banqueroute ne peuvent être poursuivis, car les sociétés visées ne sont que des établissements français de sociétés commerciales étrangères, qui n'ont pas de personnalité morale propre en France. Un non-lieu a donc été requis pour ce volet. Le parquet estime en outre qu'aucun des autres faits visés n'a été commis dans le ressort du tribunal de Nanterre. Il a donc demandé à la juge d'instruction en charge du dossier de se déclarer territorialement incompétente et de lui renvoyer la procédure pour saisir une autre juridiction. La juge Françoise Méry-Dujardin, qui avait clos son enquête en 2008, n'est pas tenue de se conformer à ses réquisitions. L'enquête s'est notamment penchée sur l'achat en juillet 2002 par la société Khalifa Airways, et pour environ 37 millions d'euros, d'un ensemble de villas luxueuses à Cannes revendues dans des conditions douteuses l'année suivante. La société Socata, filiale d'EADS spécialisée dans les avions légers, et un de ses anciens PDG, Philippe Debrun, ont également été mis en examen dans le dossier pour "complicité de banqueroute", après la vente à la société Khalifa Airways d'appareils finalement immatriculés auprès d'une autre filiale, Khalifa Jet Corp. Rafik Khalifa avait été arrêté le 27 mars 2007 à Londres, où il est toujours détenu, en exécution d'un mandat d'arrêt européen délivré en France. Il a déjà été condamné en mars 2007 par contumace en Algérie à la réclusion criminelle à perpétuité, dans le cadre du procès sur la faillite de la Khalifa Bank. La justice britannique a autorisé en juin dernier l'extradition vers l'Algérie de l'ancien magnat, mais il appartient désormais au ministre britannique de l'Intérieur de valider la décision. 


Une fusillade fait treize morts

sur une base militaire américaine

20 minutes.fr - 05.11.09
La base militaire américaine de Fort Hood, à Killeen (Texas)La 

ETATS-UNIS - Le tireur, un militaire, a été blessé...

Treize et non plus douze personnes ont été tuées et trente blessées jeudi, lors d'une fusillade à Fort Hood, au Texas, la plus grande base de l'armée américaine. C'est le commandant Nidal Malik Hasan, officier américain d'origine palestinienne, qui devait être envoyé en Irak, qui a ouvert le feu. L'armée américaine n'était pas en mesure de préciser si les victimes étaient des civils ou des militaires. 
L'armée américaine, qui avait dans un premier temps fait état de la mort du tireur, a annoncé dans la soirée que ce psychiatre militaire avait survécu. «L'enquête est en cours, mais les premières informations indiquent qu'il y avait un seul tireur qui a été touché par balles à plusieurs reprises. Toutefois, il n'est pas mort comme cela avait été annoncé précédemment. Il est en état d'arrestation et son état est stable», a annoncé le commandant de la base, le général Bob Cone. Le commandant n'a pas voulu se prononcer sur le mobile de la fusillade, ni sur les antécédents du tireur, qui n'a pas encore parlé aux enquêteurs et «ne semble pas à l'article de la mort». Il a refusé d'exclure l'hypothèse d'un acte terroriste, «mais les éléments que nous avons ne s'orientent pas dans cette direction», a-t-il dit.

Pendant une remise de diplômes


Le commandant Hasan a ouvert le feu vers 13h30 locales (20h30, heure française), à l'aide de deux armes de poing dans un bâtiment où de nombreux soldats suivaient des examens médicaux avant d'être envoyés en mission en Irak ou en Afghanistan. Il s'est ensuite dirigé vers une salle où se déroulait une cérémonie de remise de diplômes, à laquelle assistaient 600 personnes.
«Plusieurs soldats ont réagi rapidement et ont fermé les portes de l'auditorium», a rapporté le général Cone, précisant qu'une civile avait été la première à tirer sur l'agresseur, mettant fin au massacre. Le Pentagone a diffusé des images de blessés évacués sur des brancards puis installés dans des ambulances, alors que des tireurs d'élite entouraient un bâtiment.



Regardez la vidéo de l'intervention de la police:




Un cousin du tireur a assuré à la télévision qu'il se plaignait de harcèlement du fait de ses origines. «Il avait embauché un avocat militaire pour tenter de résoudre le problème. Il était prêt à rembourser l'Etat pour pouvoir quitter l'armée mais il était arrivé au bout de ses possibilités. Il venait d'apprendre qu'il allait être déployé» en Irak courant novembre.
Une association islamique américaine, le CAIR, a fermement condamné la fusillade. Un membre de l'association, Ibrahim Hooper, a exprimé la crainte que le drame ne se retourne contre les musulmans américains. Lors d'une intervention en direct à la télévision, le président Barack Obama a évoqué un «horrible déchaînement de violence». «Mes pensées et mes prières vont aux blessés et aux familles de ceux qui sont morts», a-t-il ajouté  
 

 

Un important réseau de faux-monnayeurs
 de dinars algériens démantelé à Lyon
 
1
1
Sport (Samedi 10 Octobre 2009) - liberté

Victime d’un arrêt cardiaque suite à une pneumopathie
Lahmar tire sa révérence

C’est avec une grande tristesse que la famille béjouie et le monde du football national ont accueilli la nouvelle du décès, jeudi, du joueur de la JSM Béjaïa Ahcène lahmar. En effet, le défunt a rendu l’âme jeudi à minuit, à l’hôpital Frantz-Fanon de Béjaïa, suite à un arrêt cardiaque, provoqué par une “pneumopathie”. La nouvelle du décès de ce joueur exemplaire a jeté l’émoi et une immense tristesse au sein de tous les sportifs de la région mais aussi de tout le pays. Joueur élégant et très discipliné, milieu de terrain, le joueur de la JSM Béjaïa Lahmar Ahcène, 1 m 77 pour 74 kg, est né le 3 août 1980, à Tahir (Jijel). “Nous sommes abattus par cette nouvelle, que Dieu ait son âme, c’est un joueur aux qualités morales extraordinaires. La JSM Béjaïa est triste”, nous a déclaré, hier, les larmes aux yeux, Tifour l’un des membres du staff technique béjaoui. Et en cette douloureuse circonstance, la direction du club phare de la Soummam, à sa tête Boualem Tiab, a tenu à rendre hommage à son joueur. “C’est avec une immense tristesse et bouleversés par cet événement tragique que toute la famille de la JSMB (présidents, dirigeants, staff technique, joueurs, supporters) présente à la famille du défunt ses plus sincères condoléances. Tu es et tu seras à jamais présent dans nos cœurs et dans notre vie”. Le président de la JSM Béjaïa est très affecté par le décès de son poulain Lahmar. Il est à noter qu’outre les dirigeants, les joueurs et le staff technique, des centaines de fans de la JSM Béjaïa se sont déplacés dans la matinée d’hier vers la ville de Tahir pour jeter un dernier coup d’œil à leur idole. La levée du corps a eu lieu, hier, à 14h du domicile du défunt à Tahir (Jijel). Désormais, le stade de l’Unité maghrébine de Béjaïa sera orphelin des prouesses techniques de cet alchimiste du geste…
 
La polémique sur le pèlerinage relancée: Tunis annule le Hadj

le quot. d'oran - 07.10.09

C'est officiel, les Tunisiens sont interdits de pèlerinage à La Mecque pour cause de grippe porcine.

La décision était prévisible, le gouvernement tunisien a multiplié au cours des derniers mois les signes qu'il envisageait de prendre cette décision. Il ne déplaît d'ailleurs pas au gouvernement tunisien d'être le premier à prendre une mesure sans précédent, en Tunisie comme dans le monde arabo-islamique. A défaut de pouvoir se vendre comme une démocratie, la Tunisie cultive, depuis le statut du personnel édicté sous feu Habib Bourguiba, le statut d'un pays «moderniste» qui ne se plie pas aux exigences des religieux. D'autres pays arabes oseront-ils suivre ? En Egypte, certains responsables avaient suggéré cette interdiction mais ils ont dû opérer un repli face aux critiques. La décision de Tunis va peut-être leur permettre de remettre le sujet sur le tapis. En tout cas, tout indique qu'Alger ne suivra pas l'exemple tunisien et que les Algériens iront, malgré les risques, faire le pèlerinage à La Mecque. La décision prise par le gouvernement tunisien ne plaira pas à tous les Tunisiens et ne manquera pas de susciter des polémiques dans le monde arabo-musulman.

Un étudiant lance une chaussure

contre Dominique Strauss-Kahn

20 minutes.fr -  01.10.09
Un étudiant a lancé une chaussure à Dominique Strauss-Kahn, directeur du FMI, lors d'une conférence devant des étudiants à Istanbul le 1 er octobre 2009.
Un étudiant a lancé une chaussure à Dominique Strauss-Kahn, directeur du FMI, lors d'une conférence devant des étudiants à Istanbul le 1 er octobre 2009./S. JAFFE / REUTERS

TURQUIE - En visite à Istanbul, en Turquie, le directeur du FMI n'aura pas eu un accueil très chaleureux...

Ce coup-ci, «l’arme employée» aura été une chaussure de sport. Le geste fait penser à celui du journaliste irakien qui avait visé George W. Bush en 2008. Mais la cible n’est pas la même. Un étudiant a en effet lancé une chaussure, ce jeudi, à Istanbul contre le directeur général du Fonds monétaire international (FMI). Dominique Strauss-Kahn intervenait alors devant des étudiants sur le campus de l'Université Bilgi, situé dans le quartier de Dolapdere, sur la rive européenne de la ville, lors d'une séance de questions-réponses.
«FMI, va-t-en de la Turquie»

L'étudiant est descendu en courant des gradins en vociférant «FMI, va-t-en de la Turquie» en direction de Dominique Strauss-Kahn qui terminait son intervention. Il a ensuite lancé une chaussure de sport blanche qu'il avait dans la main, laquelle n'a pas touché sa cible, mais une personne du public. DSK, lui, est resté calme et a tenté de garder le sourire, tenant toujours son micro dans la main. L'auteur de l’acte a rapidement été maîtrisé par de nombreux agents de sécurité présents sur les lieux qui l'ont vite sorti de l'amphitéâtre de l'établissement après l'avoir neutralisé.
Collusion -
L’étudiant était accompagné d'une dizaine d'autres camarades membres du Parti communiste turc (TKP). Ceux-ci ont tenté de déployer une banderole avant de crier des slogans dénonçant une collusion entre le FMI et le Parti de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste), au pouvoir en Turquie. Ils ont été eux aussi conduits en dehors de la salle.
Une porte-parole du FMI Caroline Atkinson a affirmé que le directeur général du Fonds avait ironisé sur l'incident disant que «les étudiants ont été au moins assez polis pour attendre la fin de la discussion» pour élever cette protestation. Dominique Strauss-Kahn s'est en outre félicité d'avoir eu une «bonne conversation» avec les étudiants présents dans la salle.

Indonésie : un séisme balaie l'île de Sumatra

(lefigaro.fr) avec AFP
30/09/2009
Jakarta redoute que le bilan soit aussi lourd que celui du séisme de 2006 qui avait frappé le centre de Java et fait 6.000 morts.
Jakarta redoute que le bilan soit aussi lourd que celui du séisme de 2006 qui avait frappé le centre de Java et fait 6.000 morts. Crédits photo : AP

Un tremblement de terre de magnitude 7,6 a frappé une ville d'un million d'habitants, à l'ouest de l'Indonésie. Au moins 75 personnes ont perdu la vie et les autorités craignent plus d'un millier de morts.

 Des milliers de personnes sont peut-être prisonnières des décombres à Padang, ville d'un million d'habitants sur l'île indonésienne de Sumatra. Un violent séisme de magnitude 7,6 ébranlé mercredi matin cette province située à l'ouest de l'Indonésie. Au moins 75 personnes ont été tuées mais le bilan risque de grandement s'alourdir. Les autorités craignent plus d'un millier de décès. Voire un bilan aussi lourd que celui du séisme de 2006 qui avait frappé le centre de Java et fait 6.000 morts. Le tremblement de terre de mercredi a provoqué l'effondrement de nombreux bâtiments, dont l'hôpital de la ville, des écoles, des hôtels et le toit de l'aéroport. Plusieurs milliers de personnes pourraient donc être prises sous les gravats.

«Plusieurs centaines de maisons ont été détruites le long de la route. Il y a des incendies, des ponts sont coupés et c'est la panique totale ici parce que des conduites d'eau sont rompues et les rues sont inondées», a rapporté un correspondant de Reuters à Padang. Le séisme, enregistré à 17h16 (12h16 heure de Paris), a été localisé dans l'océan Indien à 53 km à l'ouest de Padang, et à une profondeur de 83 km. Une réplique de magnitude 5,5 a est survenue peu après. «La secousse est la pire que j'ai jamais sentie», a témoigné Yuliarni, un habitant de Padang. «Des maisons ont été fortement endommagées, l'électricité a été coupée... Les gens se sont précipités sur les hauteurs», a-t-il ajouté.

 

Le long de la même faille que le tsunami de 2004

 

Un hôpital de campagne devait être installé pour venir en aide aux blessés mais l'acheminement des secours (matériel et médicaments) et l'arrivée de médecins supplémentaires devait prendre au moins dix heures. Un glissement de terrain a bloqué des axes routiers dans la région voisine de l'épicentre. Les télécommunications et l'alimentation électrique ont été coupées.

Les autorités indonésiennes n'ont pas déclenché d'alerte au tsunami. Le Centre d'alerte des tsunamis du Pacifique a toutefois lancé un avis de surveillance pour l'Indonésie, la Malaisie, l'Inde et la Thaïlande. Des mesures de précaution ont été également prises à Singapour. Padang est une zone à fort risque sismique. La ville se trouve sur la «ceinture de feu» du Pacifique où la rencontre de plusieurs plaques continentales provoque des fortes activités volcaniques et sismiques. Le tremblement de terre de mercredi s'est produit le long de la même faille qui avait déclenché le tsunami de 2004, à l'origine de la mort de 230.000 personnes dans une dizaine de pays. Le 2 septembre dernier, un séisme de magnitude 7 avait secoué l'île de Java faisant plus de 100 morts.

 

Coup d'envoi pour

le premier TGV algérien à 350 km/h
 le  25/08/2009  |  tsa.com

L'Algérie veut réaliser une ligne ferroviaire à grande vitesse entre l'est et l'ouest du pays. L'Agence nationale d'études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif) a entamé officiellement, mardi 25 août, les démarches pour le recrutement de sociétés spécialisées pour l'étude d'un TGV entre la frontière algéro-tunisienne et la frontière algéro-marocaine, sur 12000 km, avec une vitesse d'exploitation de 350 km/h.
Le futur TGV devrait être construit parallèlement à l'autoroute Est-ouest, actuellement en chantier. Il traversera les wilayate de Tlemcen, Sidi Bel Abbes, Ain Temouchent, Oran, Mostaganem, Mascara, Relizane; Chlef, Ain Defla, Blida, Alger, Médéa, Djelfa, Laghouat, Ghardaia, Boumerdes, Bouira, Bouira, Bordj Bou Arreridj, Sétif, Constantine, Guelma, Skikda, Annaba et Tarf. Les candidats intéressés par cette étude devront déposer leurs offres avant le 25 octobre prochain, selon Anesrif.
La construction d'un TGV entre l'est et l'ouest du pays, avec des pénétrantes vers le sud, devrait permettre d'améliorer considérablement les conditions de transport des Algériens et permettre à l'Algérie de dépasser ses voisins marocain et tunisien en matière d'infrastructures de base. Une autoroute et un TGV constituent des atouts clés pour attirer des investisseurs étrangers et développer de vastes régions du pays, actuellement enclavées faute de moyens de transports modernes.
Par ailleurs, l'Anesrif a déjà lancé les études de nouvelles lignes ferroviaires électrifiées pour une vitesse d'exploitation à 220 km/h, la vitesse retenue pour l'ensemble du réseau ferroviaire existant et futur.

Culture (Vendredi 14 Août 2009) - liberté
Katchou,

le chanteur chaoui est mort dans un accident de voiture.

Le Rossignol des Aurès s'est arrêté de chanter 

Le chanteur Katchou, de son vrai nom Ali Nasri, est mort avant-hier soir, à l'âge de 46 ans, alors qu'il se rendait à Aïn-Touta, dans la wilaya de Batna. L'accident est survenu à 17h57, aux environs de la carrière géante, sur le tronçon de la RN 3 reliant Aïn-Touta à Batna, un tronçon trop souvent lieu de souffrances et de larmes. Katchou devait être enterré hier.

Sa voiture, de marque Scenic, a été prise en sandwich entre une Accent qui venait dans le sens inverse et un camion de marque L C, qui était derrière. Les deux conducteurs des voitures légères, Katchou et Rachid Fettous, sont morts sur le coup et le compagnon de Katchou, le technicien Delinda Saïd, est hospitalisé. 
Le chanteur Chaoui Katchou a laissé derrière lui trois enfants : deux garçons et une fille. À l'annonce de l'accident, ses amis, ses fans et des membres de sa famille ont pris massivement la direction de la ville de Aïn-Touta, où son corps et le corps de son ami Delinda ont été transférés à la morgue. Tous étaient accourus pour dire adieu à leur ami, à leur chanteur populaire. 
Les téléphones sonnent et se donnent l'information funeste de la mort du rossignol de l'Aurès : "Katchou, le rossignol de l'Aurès, est mort ce soir". La radio, la télévision ont modifié leur programme pour annoncer le soudain décès de Nasri Ali, sans le commenter, suite à un accident de la circulation survenu la veille. Pour celui que l'on surnommait Katchou, les lumières de la scène de la vie s'étaient éteintes. Les témoignages de sympathie étaient nombreux. Depuis son adolescence, Katchou était porteur de certitudes. Il voulait être chanteur déjà à l'âge de l'acné. Il animait quelques fêtes de mariages et de circoncision à l'époque. 
Le pied à l'étrier, toujours soigneux de sa personne et souriant, Katchou, chantant les vieilles chansons du patrimoine avait fait mouche systématiquement au point de conquérir les cœurs non seulement des Chaouis, mais de tous les Algériens. Le succès a été pourtant modeste à la sortie de son premier tube, Babor Irouh, sorti en 1987. Le succès est venu de la chanson Nouara, son deuxième album qui déferlera sur tout le pays et qui constituera le cercle de ses premiers fans. Enregistrant succès sur succès, sa renommée ne tarde pas à s'étendre à toutes les villes du pays, et au point de déborder largement le territoire national. Le travail est surtout intense entre 1992 et 2009. 
Pendant cette période, Katchou, le rossignol de l'Aurès, enregistra 7 albums. Ses œuvres qui ont eu le plus de succès sont Hey Demi Demi, Yalal, Delali Delali, Hami Hami, et autres. Son style s'enrichit d'apports musicaux de courants divers, en provenance de pays anglo-saxons, et le timbre de la voix, à force d'entraînement, a gagné en pureté et en vigueur. Ses titres sont encore très écouté.Il était chaleureux, dynamique et participait à fond à toutes les fêtes et occupait la scène tout seul lors de nos tournées. Un bon caractère, jovial, tel fut Katchou. Ses tournées multiples l'ont amené à travers les quatre coins du pays et même en dehors, notamment en Tunisie, au Maroc et en France.
Et c'est en artiste au sommet de son art et sous le nom de Katchou, qu'il apparaissait en 2008 au Festival de la chanson amazighe aux côtés de figures célèbres, comme Aït Menguellet, Djamel Allam et autres. Katchou n'avait pas hésité à introduire une bonne dose de rock pour donner une touche de modernisme à ses chansons foncièrement chaouies. La gloire lui était venue après d'énormes sacrifices et de travail. Fidèle à ses amitiés comme à la culture qu'il défend dans ses productions, Katchou a été enlevé par la mort alors qu'il avait plein de projets."Abqaou beslam ya Arab ou Rouma" (Au revoir Arabes et Français), comme aimait chanter le défunt Katchou qui sera enterré ce soir.

 

 

 

 

En partenariat avec les émiratis et cinq marques allemandes

L'Algérie produira des véhicules à partir de l'année prochaine

12-08-2009 - la tribune

image

Le fonds d'investissement public d'Abou Dhabi Aabar Investments a annoncé hier via un communiqué avoir concrétisé un partenariat avec le gouvernement algérien et cinq firmes allemandes (MAN Ferrostaal, Daimler, Deutz, MTU et Rheinmetall) pour produire 10 000 véhicules par an en Algérie à partir de l'année prochaine. Selon le groupe émirati, qui contrôle 70% de MAN Ferrostaal et avait pris en mars 9,5% dans le groupe Daimler, quatre modèles de véhicules seront produits notamment le Sprinter Mercedes, Unimog, Fuchs et des modèles de classe G.
Cet investissement dont le montant n'a pas été dévoilé sera implanté dans trois sites différents. Il s'agit selon un journal émirati (The National d'Abou Dhabi), de l'usine de Tiaret, qui a été récupérée récemment par le ministère de la Défense nationale, le site de l'Entreprise nationale des matériels de travaux publics de Aïn Smara et le complexe moteurs-tracteurs de Oued Hamimine. La même source a précisé que MAN Ferrostaal va diriger le projet, avec Daimler, Rheinmetall et les fabricants de moteur Deutz et MTU Aero Engines Holding participeront comme des associés technologiques, fournisseurs de composants, des licences et la propriété intellectuelle. Une partie de cette production sera destinée à l'armée algérienne, note Brigitte Bertam, porte-parole du groupe Daimler, selon le même journal. C'est ainsi qu'après plusieurs semaines de supputations, l'Algérie a opté pour les marques allemandes pour entamer ses premiers pas dans la construction automobile. Abdelhamid Temmar, ministre de l'Industrie et de la Promotion des investissements, avait déjà annoncé récemment que des négociations avec de grandes firmes étrangères sont en cours pour la fabrication de voitures en Algérie». Il a même dit qu'«il ne s'agit pas de montage de véhicules, mais de la fabrication de voitures algériennes».Le gouvernement avait aussi poussé le bouchon un peu plus loin en instituant une taxe sur les véhicules importés l'année dernière pour inciter les constructeurs automobiles à venir s'installer en Algérie au lieu d'écouler uniquement les produits importés. Cette année encore une autre taxe a été décidée dans la loi de finances complémentaire et qui concerne les grosses cylindrées de plus de 2 500 m3. Les engins de travaux publics et les camions usagés ont fait l'objet également d'une interdiction d'importation. Ce qui présage d'une stratégie bien ficelée pour faire décoller l'industrie mécanique en Algérie. Ce créneau a tant souffert ces dernières années. Les trois fleurons de l'industrie mécanique, notamment la SNVI l'Entreprise nationale des matériels de travaux publics (ENMTP) et le complexe moteurs-tracteurs ont perdu des parts importantes du marché local. Une situation alarmante qui a poussé les pouvoirs publics à préparer des plans de redressement pour ces entreprises et bien d'autres encore. 
La SNVI a bénéficié d'une commande de 22 milliards de dinars pour l'acquisition de 1 300 minicars de transport scolaire et 2 870 camions industriels passée avec le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales. Idem pour le complexe moteurs-tracteurs qui a failli connaître une mort certaine après un arrêt de production de 18 mois. Les importations des véhicules ont également connu une hausse considérable. Le coût total de ces importations tourne autour de trois milliards de dollars. 

Les bureaux de postes fermeront seulement le vendredi

L'entreprise Algérie Poste a pris les dispositifs nécessaires afin de mettre en application le décret exécutif relatif aux aménagements des horaires de repos hebdomadaire dans le secteur des institutions et administrations publiques.Ainsi, les horaires d'ouverture des grands établissements postaux travaillant en système de brigade sont de 8h00 à 19h00 du samedi au mercredi tandis que pour la journée de jeudi ils sont de 8h00 à 17h00, précise un communiqué de l'entreprise.Les horaires d'ouverture des établissements postaux travaillant en service limité sont de 8h00 à 12h00 et de 14h30 à 17h00 du samedi au mercredi et de 8h00 à 12h00 le jeudi, pour les recettes 1ère et 2ème classe, ajoute la même source.Pour les recettes de 3ème et 4ème classe, les horaires sont de 8h00 à 12h00 et de 15h00 à 17h00 du samedi au mercredi, et de 8h00 à 12h00 pour le jeudi, ajoute le communiqué qui précise que ce nouvel aménagement des horaires prend effet à compter du vendredi 14 août 2009.

 

Des courriers adressés par Internet proposent 
des récompenses alléchantes

L'arnaque électronique !

 

Si vous disposez d'un compte électronique, vous aurez certainement déjà reçu de ces courriels. De la part généralement de ressortissants de pays africains connaissant ou ayant déjà connu des troubles politiques. Du moins, émanant de gens qui se présentent en tant que tels. Les versions se ressemblent toutes et semblent «tenir la route» aux yeux des destinataires les moins avertis. 
Le courrier électronique émane souvent de soi-disant épouse ou fils d'un ancien dignitaire du régime de ces pays, qui a été assassiné ou exilé après un changement de régime, en laissant quelque part une fortune colossale se comptant par dizaines de millions d'euros ou de dollars. Et c'est pour récupérer ces «fortunes» que l'aide des destinataires est sollicitée en contrepartie, bien évidemment, d'une récompense alléchante. Si le destinataire entre en contact avec l'expéditeur, le réseau (soi-disant avocat de la famille et des parents de l'expéditeur...) de ce dernier s'ébranle lui aussi et entre en action pour donner de la «vraisemblance» à l'histoire inventée. Et c'est ainsi qu'au cours des démarches pour la récupération de la «fortune» des imprévus surgissent. Il est demandé à la «victime» des sommes, généralement en dinar, afin de finaliser les démarches en attendant la récupération du gros pactole qui ne manquera pas de le tirer de sa misère. Et si, par cupidité, le destinataire cède à cette tentation, les membres du réseau disparaissent dans la nature, emportant l'argent des cupides. Malheureusement, beaucoup de citoyens sont tombés dans ce piège. Mais, depuis que la plupart des internautes ne se font plus prendre, les immigrés africains procèdent désormais par courrier postal. 
Un document de la cellule de communication du commandement national de la gendarmerie, en possession de la rédaction, tire d'ailleurs la sonnette d'alarme à ce sujet. Le document indique que «le phénomène a connu des proportions de plus en plus grandissantes durant, notamment, l'année dernière et le premier semestre de celle en cours», soulignant que «plusieurs dizaines de citoyens algériens ont été victimes de ces escrocs dans les wilayas d'Alger, Tipasa, Tizi Ouzou, Bouira, Aïn Témouchent, Mostaganem, Guelma, Blida et Biskra». La gendarmerie ajoute, par ailleurs, que grâce à la vigilance et à l'éveil de certains citoyens ayant pris attache avec ses services, elle a pu arrêter plusieurs de ces escrocs. Le même document relate dans le détail des affaires de ce genre traitées et éludées par les gendarmes à El-Achour, Raïs Hamidou, Tipasa et Mostaganem, dans lesquelles, souligne-t-on, les victimes ciblées ont toutes reçu des courriers postaux faisant appel aux mêmes «techniques» usitées via des courriels. Les services de la gendarmerie exhortent les citoyens qui reçoivent ce genre de courriers, que ce soit via un courrier postal ou électronique, à avertir ses services. «Car, même si le destinataire ne compte pas donner suite à ces courriers et ne risque pas de se faire prendre au piège, l'expéditeur doit être démasqué et poursuivi pour tentative d'escroquerie, un crime puni par la loi», explique le commandant Kerroud de la cellule de communication de la gendarmerie.

Note du blog: signalez ce genre d'arnaques au blog pour dénoncer ce genre d'enrgumènes ...merci...

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. massard (site web) 23/12/2009

LE MUR DE LA HONTE il,est financée par leur frères sionistes d'ISRAËL.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site