Constantine infos

 
Cette rubrique est dédiée aux visisteurs de notre site pour leur permettre d'avoir un oeil sur constantine, et plus particulièrement à tous ceux qui n'ont plus le temps pour s'informer.
Aussi vous trouverez des petites informations diverses concernant le quotidien de constantine et plus.
N'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires et nous nous ferons un plaisir de répondre à vos attentes.
Nos sources demeurent les organes spécialisés, et ce juste pour information.
Merci.
...........................................
 

 

Petite commune à l'entrée de la rade de Brest, Roscanvel témoigne d'un rôle clé dans l'histoire militaire de la Presqu'île. Bordée par la mer sur trois côtés, la commune bénéficie de 16 km de côtes riches de grèves et falaises sauvages. De nombreuses fortifications jalonnent le littoral.

Les sites militaires historiques construits entre le 17è et le 20è siècle sont accessibles par l'ancien sentier des douaniers. 

Les 25 km de sentiers touristiques vous permettront de découvrir une grande variété de faune et de flore.

A la Pointe des Espagnols, vous serez séduit par le panorama exceptionnel sur Brest et sa rade.

http://roscanvel.presquile-crozon.com/


 
 
 
 
 

Ali Mendjeli: Les 700 logements LSP attribués en janvier

le quot. d'oran - 15.12.09

« La distribution des 700 loge ments socio-participatifs (LSP), réalisés au niveau de la nouvelle ville Ali Mendjeli (unité de voisinage 9), est programmée pour le mois de janvier prochain», nous a annoncé hier le promoteur immobilier, M. Nasri Selim. Il ajoutera que «chaque souscripteur recevra à l'occasion de cette prochaine attribution ses clés en main, ainsi que l'acte de propriété de son logement». L'événement, accueilli avec une grande joie par les heureux bénéficiaires, devrait mettre un terme à la protesta initiée depuis quelques mois par une partie des souscripteurs, qui ont observé plusieurs sit-in devant le siège du promoteur et devant le cabinet du wali, criant leur désarroi et dénonçant dans ce sillage «la révision à la hausse du prix du logement, qui a connu une augmentation de 96 millions de centimes». 
 Mais le promoteur, pour sa part, rejette toutes ces allégations, jugeant qu'il s'agit là «de manoeuvres de bas étage», soutenant à ce propos qu'il a réalisé ces logements sur ses fonds propres, les souscripteurs n'ayant avancé que 12 millions de centimes lors du dépôt de la demande d'inscription ; et que d'autre part, le prix du logement n'a jamais fait l'objet d'une quelconque augmentation, car il a été fixé à 250 millions de centimes seulement après l'achèvement des travaux. 
 «C'est le coût d'un logement F3, construit sur une surface habitable de 70 mètres carrés, et calculé en totale conformité avec les textes de la réglementation en vigueur, qui fixe le seuil maximal du prix d'un logement socio-participatif de type F3 à 250 millions », indique notre interlocuteur. Celui-ci estime dans ce contexte «qu'il respecte son engagement moral vis-à-vis des souscripteurs qui ont introduit leurs demandes lors du lancement du projet en 2006. Mais les choses arrivent au point final, et tous les concernés doivent passer à la signature du contrat de réservation et approuver ses clauses. Sinon, quiconque s'abstiendra d'accomplir cette formalité sera exclu de la liste et remplacé par un autre demandeur parmi près de 4.000 prétendants inscrits sur ce registre». 
 Dans ce sens, on apprendra que 225 souscripteurs ont déjà signé leurs contrats de réservation, et la liste est ouverte devant les concernés qui affluent en nombre considérable vers les bureaux du promoteur pour l'accomplissement de la formalité en question. «Nous avons adressé un premier avis aux souscripteurs, les invitant à signer les contrats de réservation sans aucun versement d'argent préalable, et nous ne manquerons pas de suivre cet avis par un deuxième, avant de procéder à l'élimination automatique de ceux qui ne répondront pas à ces invitations», prévient M. Nasri. Ce dernier avise aussi qu'il n'y aura aucun tirage au sort, car les affectations se feront au choix du souscripteur et au fur et à mesure des réservations. En d'autres termes, les premiers souscripteurs qui signeront le contrat de réservation seront les mieux servis. 
 Le promoteur immobilier, conventionné avec la CNEP, souligne encore que le taux d'intérêt des crédits qui seront accordés aux souscripteurs est très encourageant, car la nouvelle réglementation de bonification de ce taux d'intérêt à 1% seulement sera justement appliquée à partir du mois de janvier 2010.  

 

Ali Mendjeli: 50 milliards pour reconstruire la mosquée Hamani

le quot. d'oran - 06.11.09

Les travaux de reconstruction de la mosquée Ahmed Hamani, située à la nouvelle ville Ali Mendjelli, rasée dernièrement juste quelques années après son édification, vont démarrer à brève échéance et une enveloppe financière conséquente de 50 milliards de centimes vient d'être affectée à cet effet. C'est ce que nous a déclaré le responsable du dossier à la Direction des affaires religieuses de la wilaya de Constantine, maître d'oeuvre dans la réalisation de cet important édifice, qui sera, dit-on, un véritable joyau architectural dans le domaine. 
 Propos confirmés par le président du comité de la mosquée en question, Farid Bouaroudj, qui souligne que «les fidèles peuvent être rassurés. Leurs doutes concernant la relance et la reconstruction de leur lieu du culte n'ont pas lieu de persister. Mieux encore, les autorités lui consacrent une somme à même de pourvoir à toutes les dépenses et à une prise en charge totale». 
 Il faut rappeler que la nouvelle mosquée Hamani va être reconstruite en lieu et place de l'ancienne, dont l'édification, pourtant relativement récente car ne datant que de 2005, avait été démolie sur décision de la Direction des affaires religieuses, et ce suite à de graves défauts constatés dans sa réalisation. 
 En effet, les services du Contrôle technique de la construction (CTC), appelés à la rescousse pour une expertise, n'ont pas tardé à rendre leur verdict : « Le dosage du béton des colonnes et piliers de la mosquée est inférieur aux normes en vigueur.» Bien sûr, dans l'intérêt de tout le monde et particulièrement des fidèles, «décision a été prise par les autorités de tutelle d'engager des travaux de démolition dans les meilleurs délais», affirme le président du comité de la mosquée. Et de poursuivre : «Depuis, le comité n'a cessé de suivre le dossier de la réalisation d'une nouvelle mosquée, portant le même nom et édifiée sur les ruines de l'ancienne». Et notre interlocuteur d'ajouter : «Aujourd'hui, le dossier est ficelé aussi bien du point de vue des plans architecturaux que des différentes autorisations nécessaires à sa reconstruction de la part de la Direction de l'urbanisme et de l'APC». 
 Toujours selon notre vis-à-vis, «les fidèles ne seront pas déçus, puisqu'il s'agit d'un véritable complexe. Car, en plus de la mosquée proprement dite (avec salles d'ablutions pour hommes et pour femmes, etc.), il est prévu la réalisation de douches, d'une salle d'informatique et de langue, une école coranique, un jardin d'enfants, trois locaux et des logements pour l'imam et le mouedden». 
 La réalisation de ces infrastructures, qui ne figuraient pas dans le plan de l'ancien lieu de culte, sera possible dans celui de la nouvelle mosquée Ahmed Hamani, en considération de l'intégration d'une superficie supplémentaire de 1.900 m2 à la surface initiale de l'ancienne mosquée, qui était de 2.100 m2, conclut notre source.  

 

CONSTANTINE

Un gendarme assassiné et deux policiers blessés

02 Novembre 2009 - l'expression

Un groupe terroriste s’est attaqué samedi soir à un barrage de la Gendarmerie nationale au lieudit Ben Yakoub situé à cinq kilomètres de la commune d’El Haria, daïra d’El Khroub, wilaya de Constantine. Un gendarme a été assassiné alors que deux autres ont été blessés dont l’un grièvement. Des renforts ont aussitôt été dépêchés sur les lieux. Un autre groupe a actionné une bombe à distance blessant deux policiers. D’autres sources très au fait du traitement sécuritaire ont fait état d’un accrochage qui a eu lieu à Djebel El Ouahch. Avant ces attaques, les forces de sécurité ont découvert un véhicule de marque Peugeot 305 bourrée d’explosifs et destinée à un attentat kamikaze à Constantine. Les artificiers ont fort heureusement désamorcé la charge explosive. Les deux attentats interviennent quelques jours seulement après la neutralisation de trois terroristes au niveau des maquis de la commune de Zighoud-Youcef. Mobilisant de gros moyens, le commandement de la Cinquième Région militaire a déclenché une grande offensive militaire pour traquer les terroristes qui activent au profit de ce qu’on appelle le Gspc, branche présumée d’Al Qaïda au Maghreb. A l’heure où nous mettons sous presse, aucun détail n’est fourni sur ces attaques.

 
Lycée Bouhali Saïd de Ali Mendjeli:
Menace de grève après l'agression d'un surveillant général

me quot. d'oran - 31.10.09

L'agression, mercredi dernier, d'un surveillant général au lycée Bouhali Saïd, sis à la nouvelle ville Ali Mendjeli, repose avec acuité cette question de la sécurisation des alentours des établissements scolaires, laquelle question importune dans l'ensemble les esprits des parents d'élèves et tout le corps de l'éducation. 
 A la suite de cette vile agression, les enseignants ont observé un arrêt de travail dans l'après-midi de ce mercredi dernier en signe de solidarité avec la victime, exigeant une prise en charge sérieuse de ce problème dès le retour aux classes après ces vacances d'automne. Dans une lettre adressée à la direction de l'éducation, les enseignants et les adjoints de l'éducation menacent de recourir à la grève dès la reprise des cours si leurs doléances ne trouvent pas un écho favorable. 
 Epineux problème que celui de la sécurisation des établissements scolaires, où les dépassements et les provocations sont devenus monnaie courante. Les parents d'élèves ont, lors de la dernière rencontre tenue le 20 octobre dernier au palais de la culture Malek Haddad, en présence du wali et du directeur de l'éducation, évoqué leurs inquiétudes face à ce phénomène, sollicitant des rondes de patrouilles des services de sécurité à longueur de journée pour dissuader les fauteurs de troubles, et imposer ainsi l'ordre dans le périmètre immédiat des CEM et lycées. Mais l'aveu à peine voilé de l'impuissance des services compétents face à ce problème jette une profonde désillusion dans le milieu des parents d'élèves et des enseignants, qui n'échappent plus aux risques d'agression au sein même de l'enceinte de l'établissement scolaire. 
 Avec le manque d'effectifs, on ne peut pas se permettre de placer des policiers en faction devant chaque école, nous confie un officier de la sûreté de wilaya. Ajoutant dans ce sillage que les agents de sécurité peuvent intervenir avec célérité lorsque l'urgence est signalée par une demande expressément établie par les responsables des établissements scolaires. Oui mais l'urgence justement se fait sentir dans tous les coins de CEM et lycées à travers la wilaya, transformés par des «extra» en lieu de dépravation de moeurs, renchérissent les parents d'élèves et le personnel de l'éducation. Un autre dossier qui se greffe aux nombreuses préoccupations d'actualité dans le milieu scolaire...


vents violents sur Constantine...

le 1er octobre 2009 un peu avant 02h00' du matin, des rafales de vents d'une rare violence se sont abattus sur Constantine et ses environs immédiats. Ce que l'on a vécu ce soir au niveau de la nouvelle ville ali mendjelli restera dans les annales, en effet en l'espace de quelques minutes, tout est devenu impuissant devant ces bourrasques infernales ou portes éventéres, vitres en éclats et bruit rugissant d'un vent  terrible. Heureusement cela s'est calmé en l'espace de 15 ou 20 minutes cauchemardesques.

Terrorisme : trois islamistes armés abattus à Constantine

Trois islamistes armés ont été abattus, mardi 27 octobre dans la soirée, dans une opération de l’armée nationale au lieu dit Kef Lekehal, à Djebl Ouahch, sur les hauteurs de Constantine, a appris TSA de source sécuritaire.  
Les militaires ont tendu une embuscade au groupe armé islamiste après avoir obtenu des renseignements sur des déplacements de terroristes dans cette zone connue pour abriter des groupes du GSPC, devenu Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). A plusieurs reprises, dans le passé, de violents accrochages ont opposé les forces de sécurité aux groupes terroristes dans cette région de Constantine.  
L’accrochage entre les militaires et les terroristes a duré plus d’une heure. Trois armes de type kalachnikov et des munitions ont été récupérés à l’issue de cette opération. Les trois terroristes tués activaient dans la cinquième région –selon le découpage du GSPC- de l’émir Abou Al Hassen, ajoute la même source.
 
Logements sociaux:
La liste des 273 bénéficiaires dans 10 jours

le quot. d'oran - 29.09.09

Attendue depuis des mois, la liste des 273 bénéficiaires de logements sociaux au niveau de la commune de Constantine sera enfin connue dans une dizaine de jours. 
 Dans une déclaration au Quotidien d'Oran, le président de la commission d'attribution des logements sociaux, le chef de la daïra de Constantine en l'occurrence, a confié que la liste des 273 bénéficiaires est ficelée et qu'elle sera rendue publique vers la fin de la semaine prochaine, par le biais de différentes voies publicitaires, notamment l'affichage des noms concernés au niveau de l'APC et des sièges des antennes communales, comme le veut la réglementation en la matière. Tout au plus, il ne reste que quelques menues vérifications et de contrôle au niveau des organismes compétents, pour s'assurer que chaque bénéficiaire se trouve réellement dans le besoin, soulignera dans ce sillage le président de la commission d'attribution des logements sociaux. Bien évidemment, la voie de recours est automatiquement ouverte devant les citoyens à partir de l'affichage de cette liste de bénéficiaires en question. 
 Cet aboutissement n'a vraisemblablement pas été de tout repos pour les membres de la commission, qui ont passé au peigne fin près de 50.000 dossiers de demandeurs de logements sociaux sur les 84.000 demandes déposées au niveau de la commune de Constantine. «La finalisation de la liste des 273 bénéficiaires n'a pas été facile», avouera le chef de daïra. Toutefois, les heureux bénéficiaires ne rejoindront pas de sitôt leurs nouveaux quartiers, car il faudra pour cela attendre encore l'accomplissement d'autres procédures, comme les recours, et la proclamation de la liste définitive des bénéficiaires, après l'étude de ces recours, ainsi qu'une énième opération que représente le traditionnel tirage au sort pour définir les affectations des logements à travers les bâtiments réceptionnés par l'OPGI au niveau de la nouvelle ville Ali Mendjeli. Enfin, l'essentiel pour les demandeurs de logements est de figurer parmi les noms des attributaires de ce quota.
L'auteur présumé d'un parricide arrêté

le quot. d'oran - 25.09.09

L'auteur présumé du parricide qui a mis en émoi toute la population constantinoise le jour de l'Aïd El-Fitr a été appréhendé près de 24 heures après son forfait, a-t-on appris hier de source sécuritaire. 
 La cavale n'aura pas été de longue durée, donc, grâce à un intense travail de recherche mené par les enquêteurs, qui réussiront à suivre la trace du mis en cause et procéder à son arrestation pour le crime commis contre la personne de son propre père lors de cette dernière journée du Ramadhan. Agé de 38 ans, le jeune homme identifié par les initiales B.A. avait samedi dernier mortellement poignardé son père, âge de 70 ans, un policier à la retraite de son état. 
 A l'origine, et en attendant les résultats définitifs de l'enquête, c'est une anodine dispute familiale qui a tourné au drame. D'après les premiers éléments de l'enquête, le fils qui aurait été indigné par les propos injurieux de son père, lancés à la suite de son refus d'aller déposer un plateau de pain maison chez le boulanger du coin, comme le lui demandait sa mère, et aurait très mal accepté ces désobligeantes remarques à son encontre. Ainsi, il s'armera d'un couteau et ira attendre son père à sa sortie de la mosquée, où il lui assènera plusieurs coups mortels, le laissant gisant dans une mare de sang devant un public choqué.
La wilaya déménage

le quot. d'oran du 22.09.09

L'occupation du nouveau siège de la wilaya de Constantine, sis à la cité Daksi Abdesselem, est imminente.

Le déménagement a été déjà entamé les derniers jours du Ramadhan, touchant en premier lieu la direction de l'administration locale (DAL), laquelle direction a pour l'instant ficelé ses dossiers dans des cartons qu'on achemine au fur et à mesure vers les nouveaux locaux du siège de la wilaya. 
 D'autres directions, à l'instar de la DRAG, du service des cartes grises, ou de la délégation de la garde communale, se tiennent également prêtes pour emporter leurs bagages et s'installer à Daksi, où tout est pratiquement opérationnel pour tous les services sans exception. 
 «Le nouveau siège de la wilaya offre de meilleures conditions de travail», soutient le président de l'APW. Celui-ci estime à propos de ce déménagement que même si l'on peut avancer que le transfert global des activités ne peut aller au-delà du mois d'octobre, aucune date préalable n'est fixée pour vider de toute activité l'ancien siège de la wilaya, sis à la Casbah (rue Souidani Boudjemaa). Qui, pour rappel, est appelé à se transformer en hôtel de plus d'une centaine de chambres qui seront destinées aux visiteurs de marque. 
 Ajoutons que dans ce sillage, s'agissant d'un déménagement de toute une administration, la transition devrait aller progressivement jusqu'à l'installation totale et complète de toutes les directions, qui seront en ce moment-là dans l'aptitude d'assurer la continuité du service public qui, précise-t-on, ne doit pas souffrir du moindre aléa. Et comme l'ancien siège devrait être libéré de toute occupation, il faut s'attendre à ce que le siège de l'Assemblée populaire de wilaya, qui était justement logé dans une partie de la wilaya à la Casbah, soit parmi le lot des «déménagés». 
 «Effectivement, nous confiera le P/APW, on nous a informé qu'une place est réservée pour l'assemblée au sein du nouveau siège de la wilaya, mais rien n'est encore décidé, car il faudrait prévoir certaines nécessités pratiques, indépendantes des services de la wilaya et propres à l'APW, à l'exemple d'une entrée particulière réservée au personnel et aux visiteurs, ou encore d'une aile adéquate pour les bureaux». 
 En attendant, bien sûr, la réalisation d'un nouveau siège pour l'APW, dont l'enveloppe financière est dégagée ainsi que l'assiette de terrain, désignée près de l'université Mentouri, et qui attend depuis plus d'une année le premier coup de pioche !
 
Le fils du ministre des Moudjahidines et le chef de sureté agressés

En compagnie du chef de sûreté de wilaya de Constantine, le fils du ministre des moudjahidines a été agressé la veille de l’Aid El Fitr par quatre malfrats, révèlent des sources sécuritaires locales.

Stationnés après le Ftour, au bord d’une rue au lieu dit le Monument surplombant l’hôpital IBN BADIS, réputé pour être un quartier chaud, ils étaient importunés et délestés, sous la menace d’armes blanches, de leur téléphone portable ainsi d’une importante somme d’argent dont plusieurs milliers d’euros enfouis dans les poches du fils du ministre. Devant la menace de ses agresseurs, le chef de sûreté de wilaya de Constantine n’a pas affiché une quelconque résistance. Certainement, selon la même source, parce que le chef de la police ne portait pas son arme de service et que ses agresseurs ne l’ont pas reconnu en tant que tel encore moins son accompagnateur, le fils du ministre. D’autant plus que l’officier supérieur n’a pas daigné d’être accompagné par sa garde rapprochée de la police judiciaire. Aussitôt après le forfait des voleurs, une intense recherche a été déclenchée sur instruction de l’officier victime pour arrêter les malfaiteurs. C’est qu’a été fait. En effet, les truands ont été arrêtés et une enquête a été ouverte pour situer les responsabilités. Actuellement les accusés sont dans le violon de la police et subissent un dur interrogatoire avant d’être présentés à la justice.

el watan du 22.09.09

23-08-2009 - le temps d'algérie
Lutte contre la criminalité
7 personnes écrouées à Constantine
Sept personnes âgées entre 25 et 50 ans ont été placées sous mandat de dépôt à Constantine, pour plusieurs chefs d'inculpation. Les mis en cause ont été appréhendés par les éléments de la sûreté et ont été présentés, en fin de semaine écoulée, devant les magistrats instructeurs près les tribunaux de Ziadia, de B'kira et de Zighoud Youcef, selon la cellule de communication de la sûreté de wilaya. Quatre des sept incriminés composaient un groupe de voleurs de bétail qui activait au niveau de Djebel El Ouahch et de la localité de B'kira, relevant de la commune de Hamma Bouziane. Les acolytes sont accusés de vol de pas moins de 12 vaches. Les trois autres accusés sont impliqués dans trois affaires de menaces de mort, d'agression et de coups et blessures volontaires. L'affaire de menace de mort concerne deux personnes, âgées de 27 et 30 ans, qui terrifiaient un homme de 53 ans en lui envoyant des lettres de menaces de mort. Présentés devant le magistrat instructeur, l'un d'eux a été écroué alors que l'autre a bénéficié de la liberté provisoire.
 

Le prêt sur gages,

une bouée de sauvetage ?

le quot. d'oran - 10.08.2009

La foule prend d'assaut tôt dans la matinée les locaux de l'agence de la Banque de développement local (BDL), sise à la rue Tatache Belkacem, réputée pour ses prestations en matière de prêt sur gages.
 «Cette affluence est presque saisonnière, car le nombre des demandeurs de prêts connaît toujours une hausse considérable à l'approche du Ramadhan, de la rentrée scolaire ou d'autres événements qui engagent des dépenses hors de portée des bourses faibles et même moyennes», nous apprendra un agent de la BDL.
 L'évènement cette fois-ci a trait au Ramadhan et à la rentrée scolaire, qui nécessitent pour les ménages un «budget spécial» afin de faire face aux dépenses énormes générées par ces deux rendez-vous. « Déjà en temps normal, on n'arrive pas à joindre les deux bouts, alors que dire lorsqu'on est confronté à cette situation où le salaire est avalé dès les premiers jours du Ramadhan, laissant un déficit béant dans le porte-monnaie des ménages, attendus dans la même période au tournant d'une rentrée scolaire très coûteuse, et dans l'ensemble couronnée par la fête de l'Aïd El-Fitr, qui finira par mettre à genoux les pères de famille», estimera un homme au bout de la longue chaîne qui s'est formée devant les guichets de dépôt d'or.
 Autrefois, on s'approchait de cette banque avec une certaine pudeur dans la démarche. Mais ces derniers temps, le comportement de la clientèle a changé de fond en comble, car «c'est toute la classe moyenne qui recourt au prêt sur gages, et plus encore des gens aisés ne s'offusquent plus de déposer leurs bijoux dans la banque en quantité importante pour obtenir en contrepartie un prêt conséquent, pouvant servir au montage financier d'un quelconque investissement, chose qui leur éviterait aussi une probable hypothèque de biens dans d'autres circonstances», assure un cadre de la banque. Mais, ce sont plutôt les bourses moyennes, les femmes seules ou les maris sans emploi qui sollicitent ces jours-ci la BDL pour s'en sortir avec les dépenses prévisionnelles lors de cette fin de mois d'août, et presque tout au long du mois de septembre. «Je préfère déposer les bijoux de ma femme pour obtenir un prêt auprès de la banque, mieux que d'aller sonder une autre piste de prêt chez des proches, ou des collègues, qui eux-mêmes sont souvent dans le besoin, voire dans l'incapacité d'offrir leur aide financière», dira un jeune, employé dans une entreprise privée. Ajoutant dans ce sens que pour le remboursement du prêt, «la banque est très souple, car elle permet aux clients d'opérer des versements mensuels, une option moins contraignante que l'exigence de verser la somme obtenue en totalité, comme ne manquerait pas de le réclamer un particulier».
 Et le taux d'intérêt, comment le jugez-vous ? Là, d'une voix unanime, tout le monde s'insurge contre le taux pratiqué sur les prêts sur gages. «C'est très élevé», juge-t-on. «On devrait le réviser à la baisse, car le prêt sur gages n'est pas une source lucrative, ou qui induit des bénéfices pour le client», clament encore les demandeurs.
 Contacté à ce propos, un cadre de la BDL reconnaîtra qu'avec 12% de taux d'intérêt, le prêt sur gages est effectivement logé à une mauvaise enseigne. Cependant, il faut retenir, dit-il, que ce taux comprend aussi le droit de garde des bijoux par la banque. Enfin, taux élevé ou pas, les concernés, poussés par le besoin, y regardent rarement.  

 

Le tourisme entre atouts et absence de stratégie à Constantine
Une gestion chloroformée de la ville des Aigles
 

Quelles opportunités peut offrir une ville de l'intérieur à ses visiteurs en période estivale ?
S'il est axiomatiquement établi que la bande côtière a la cote auprès des juilletistes et des aoûtiens, il n'en demeure pas moins que des villes ne disposant pas d'une vue sur la mer, comme Paris ou Marrakech, arrivent tout de même à attirer de nombreux estivants en quête de découvertes et de sensations.

On pourrait dire autant de Constantine tant il est vrai que cette ville dispose d'un potentiel touristique certain à même d'intéresser les plus exigeants parmi les vacanciers. Qui pourrait, en effet, résister à cette chaîne de ponts mythiques qui relient les deux rives de l'oued Rummel ? A ce célèbre chemin des touristes, qui permet de visiter le fond des gorges? Qui pourrait également rester insensible aux forêts majestueuses, comme celle de Djebel Ouahch ? Au monument aux morts ? Au mausolée de Massinissa, roi des Numides ? Au palais du Bey ? Aux ruines romaines de Tiddis ? Et à la mosquée Emir-Abdelkader ? Bref, l'antique Cirta est un monument historique grandeur nature qui a cette particularité de se singulariser par sa physionomie géo-topographique notamment. Ville des ponts suspendus, ou encore ville des aigles, Constantine a de tout temps fasciné et on s'ingénie à lui trouver d'autres qualificatifs dignes de son standing comme par exemple la ville du malouf, la Jérusalem du Maghreb, la Mecque des oulémas ou encore la capitale de la Numidie. Autant dire que la capitale de l'Est a tout d'une grande mais... comme il y a toujours un mais, Constantine ne capitalise le moindre de ses atouts et, partant, se trouve à la traîne en matière de tourisme. 
Pourquoi ? La réponse est inexorablement liée à cette histoire, récurrente, de culture touristique et de volonté politique. Et en attendant des lendemains meilleurs, qu'on ne cesse d'espérer, il est patent de souligner que l'histoire retiendra la faillite d'une gestion chloroformée d'une ville chargée d'histoire. Une ville que les édiles et les officiels se sont émerveillés à poétiser. Sans plus ! 

 


UN FAIT DIVERS DRAMATIQUE

1 MORT DANS UN PUITS DE CHANTIER

Un accident dramatique a eu lieu cet après-midi vers 17h00 (04.08.2008) à la nouvelle ville Ali Mendjelli, ou un jeune maçon venant de la région de Skikda a connu une fin dramatique en faisant une malencontreuse chute dans un puits de chantier.

Malgré l'intervention de la protection civile déplacée en nombre sur les lieux du drame, les deux hommes grenouilles iront au fonds du puits repêcher le corps inanimé du jeune maçon.

Sur les lieux pour des besoins de travail, il a fini par y perdre la vie.

Encore un drame avec ces points d'eau dangereux à plus d'un titre non sécurisés.

Prudence, prudence; on finira jamais de le répéter...

le blog - 04.08.2009 

 

Constantine

“Accélération impérative” de la cadence de réalisation de la ville universitaire

L’entreprise chinoise en charge de la réalisation de la nouvelle ville universitaire de Constantine a été invitée, mardi dernier, par le wali "d’accélérer la cadence des travaux en doublant, si nécessaire, les effectifs du chantier".
Au cours d’une visite inopinée sur le site de réalisation de ce mégaprojet de 52.000 places pédagogiques, d’un coût de près de 18 milliards de dinars, le wali de Constantine a particulièrement insisté sur le "respect des délais contractuels". Les travaux de réalisation de cet immense pôle universitaire, fort également de 38.000 lits pour l’hébergement, "unique en Afrique et dans le Monde arabe" doit être livré en avril 2010, a-t-on rappelé.
S’étalant sur une superficie de plus de 170 hectares, près de la nouvelle ville Ali Mendjeli, cette ville universitaire "va redonner à la ville chère à Benbadis son cachet de citadelle de la science et de la culture", selon les concepteurs de ce gigantesque projet.
"Satisfait" du taux d’avancement des écoles de génie pharmaceutique et de l’audiovisuel, estimé à 75%, le chef de l’exécutif local a cependant tenu à attirer l’attention des équipes de réalisation sur "l’importance de finaliser tous les travaux de VRD" (voirie et réseaux divers) et éviter de les "amalgamer" avec les travaux de finition pour écarter toute mauvaise surprise pouvant retarder la date de réception du projet.
Considéré comme un véritable "tournant" dans le plan de modernisation de la métropole de l’Est, au même titre que l’opération de refonte du site de l’ex-Bardo, ce pôle d’excellence sera doté de toutes les "commodités" nécessaires en matière de transport et d’alimentation en eau potable notamment, a-t-on souligné. Les travaux de réalisation d’une jonction du site de la ville universitaire avec la route nationale n° 79 sont également en cours, a indiqué de son côté le directeur des travaux publics (DTP).
La future ville universitaire de Constantine abritera, rappelle-t-on, une dizaine de facultés d’une capacité de 52.000 places pédagogiques, 19 résidences universitaires d’une capacité de 38.000 lits, 4 salles de conférences, un complexe sportif, une bibliothèque de 3.000 places, un restaurant de 4.000 places, un parc scientifique, un auditorium de 1.000 places et 1.500 logements de fonction.
La réalisation de ce mégaprojet va donner une "nouvelle lecture" de la cartographie de la nouvelle ville Ali Mendjeli, longtemps considérée, à tort, comme un "échec de la politique urbaine menée à Constantine", a estimé un des concepteurs de cette imposante infrastructure.

Agressions, escroqueries et des arrestations

quot d'oran du 19.07.2009

L'auteur présumé de multiples agressions au niveau du centre-ville de Constantine a été appréhendé au courant de la semaine écoulée par les services de sécurité de la 10ème sûreté urbaine. Présenté comme un dangereux malfaiteur, qui a semé la terreur au coeur de la ville, ce jeune malfrat dont l'âge atteint à peine les 21 ans a été identifié par 16 victimes, qui ont été agressées et délestées de leurs biens. Toutes les victimes ont affirmé, aussi, que l'agresseur en question était accompagné d'un acolyte, et qui demeure toujours en fuite, selon les déclarations des services concernés. Présenté en fin de semaine écoulée devant le magistrat instructeur près le tribunal de Ziadia, il a été placé sous mandat de dépôt.

 Un autre individu, âgé de 35 ans, sera lui aussi placé sous mandat de dépôt après son arrestation par les mêmes services pour abus de confiance, usurpation d'identité et faux et usage de faux. Le mis en cause, qui aurait sur son tableau de chasse plusieurs victimes, a été arrêté en possession de deux permis de conduire, portant sa photo et des filiations différentes, ainsi qu'une bonne douzaine de puces pour téléphones portables, utilisées pour brouiller les pistes à ses contacts, et se présenter à chaque fois sous une nouvelle identité. Sur un autre plan, deux chauffards, un conducteur de moto et camionneur, ont été placés sous mandat de dépôt la semaine dernière à la suite d'accidents mortels survenus à Hamma Bouziane et Aïn Abid.
 
 
 
Intoxication collective de la cité U du Khroub3 et 5 ans de prison ferme requis contre les 4 accusés

Le procureur de la République près le tribunal du Khroub a requis hier 3 ans de prison ferme contre le directeur de la cité universitaire Mohamed Seddik Benyahia, le chef cuisinier et l'infirmier de la même cité, assortie d'une amende de 100 000 DA chacun. Quant au quatrième accusé, à savoir le fournisseur de la pâtisserie, il a écopé de 5 ans de prison ferme assortie de 500 000 DA d'amende. L'affaire est mise en délibération pour la semaine prochaine.

Il est à préciser que le fournisseur de la pâtisserie mis en cause dans l'intoxication collective de la cité universitaire filles de la ville d'El Khroub a été mis en détention préventive dimanche 28 juin par le magistrat instructeur près le tribunal d'El Khroub pour vente de produits impropres à la consommation et s'est vu infliger depuis plus d'un mois une décision de fermeture administrative de sa pâtisserie pour manque d'hygiène.

L'intoxication, qui s'est produite le 23 mai à la cité universitaire Mohamed Seddik Ben Yahia et qui avait touché 400 résidentes, a été provoquée par le repas servi la veille et l'eau, selon les déclarations du directeur du commerce de la wilaya de Constantine qui a déposé plainte contre la direction de la résidence universitaire car «la manière avec laquelle a été préparé le repas et l'eau impropre utilisée, ainsi que la pâtisserie fournie, sont à l'origine de cette intoxication», selon le rapport de la DCP.

«Il faut que les sentences envers les responsables soient sévères cette fois-ci», affirme-t-on.D'autre part, le directeur de la cité en question a été jugé responsable car «les marchés d'approvisionnement des denrées alimentaires sont soumis à trois commissions de contrôle et de surveillance» et «les fournisseurs doivent apporter la garantie de la bonne qualité de leurs produits».  Le verdict sera prononcé la semaine prochaine.

QUOT.. LE TEMPS D4ALG2RIE DU 07.07.2009

 
Les cités «Belahrache» et «Belakhouane» seront rasées

quot. le quotidien d'oran 01.07.2009

Les deux cités connues sous les noms «Belahrache» et «Belakhouane», situées sur la route de la nouvelle ville Ali Mendjeli, juste en face de l'aéroport Mohamed Boudiaf, seront rasées avant l'année 2010, a annoncé, hier, le wali, M. Abdelmalek Boudiaf, lors de l'allocution d'ouverture de la 2e session ordinaire de l'APW de Constantine.

Qualifiant cette décision «d'historique», celui-ci affirmera en interpellant les deux maires concernés, celui, en l'occurrence, de la commune de Constantine et d'El-Khroub (les terrains en question se situant à la lisière des deux municipalités), que «le hameau sera rasé avant la fin de l'année en cours, et l'assiette de terrain sur laquelle ont été bâtis plusieurs logements individuels, dont les propriétaires sont issus d'une même famille, sera reversée dans les réserves foncières de la wilaya».

Dans ce contexte, il relèvera qu'«il n'est pas possible de réaliser une ville universitaire (dont le chantier est lancé à quelques centaines de mètres, ndlr), et laisser pousser tout autour des constructions anarchiques». On nous confiera à ce propos que la procédure juridico-administrative est d'ores et déjà engagée, et que le passage à l'opération bulldozer n'est qu'une question de temps. Le wali ayant fait valoir sur ce registre la réglementation régissant les constructions dans les environs immédiats des aéroports dont les textes interdisent par mesure de sécurité toute construction dans un périmètre bien défini, et toutes les habitations ciblées par cette décision sont inclues, justement, à l'intérieur du «rayon interdit». Dans ce sillage, il indiquera que les kiosques du centre-ville subiront prochainement, aussi, le sort de la démolition pour les besoins d'un aménagement du centre-ville, «mais les droits des commerçants concernés seront préservés», précisera-t-il. «Ces derniers seront entièrement dédommagés, au mieux des biens démolis, soulignera-t-il, et pour ce faire, la prospection de poches de terrain adéquates est en cours.» Et concernant les terrains attribués dans le cadre de l'investissement, il avertira que «les attributions seront annulées par l'administration sans passer par le tribunal», comme le permet la nouvelle réglementation en vigueur, bien sûr au cas où les projets ne sont pas mis à exécution. Le plan de modernisation de la métropole de Constantine n'a pas été en reste dans le discours du wali, et ce dernier réaffirmera toute sa volonté pour aller jusqu'au bout de la logique, sans tenir compte des critiques infécondes. «Celui qui a des propositions pouvant apporter un plus pour la ville, qu'il soit le bienvenu, quant à ceux qui se lamentent sur des airs de nostalgie mal placée, qu'ils sachent qu'on est décidés à aller de l'avant quel que soit leurs avis», lancera le chef de l'exécutif local en direction des détracteurs de ce plan de modernisation, non sans rappeler «des modèles de la modernisation sont initiés un peu partout dans le monde à travers de grandes villes sans toucher à la valeur historique du bâti ancien, comme Paris, Pékin, Bilbao, Barcelone, et plus près de nous en Tunisie et au Maroc». Quant au volet de l'amélioration urbaine, le wali reconnaîtra «qu'on n'a pas les moyens de consommer toute l'enveloppe de 1.100 milliards de centimes consacrée au chapitre en question, car il ne faut pas bâcler le travail en engageant des travaux hâtifs, ou superficiels».

Notons que les dossiers soumis à la session de l'APW sont consacrés au phénomène de la mendicité, au sport et à la culture. Enfin, la ville de Constantine aura bientôt une résidence d'Etat, et une grande salle d'opéra, qui se veut «la plus belle en Algérie» (dixit M. Abdelmalek Boudiaf).

 
 
Conflit autour de 700 logements à Ali Mendjeli
PROMOTION NASRI

par A.M.

La salle du complexe Al-Khalifa de Constantine a accueilli, jeudi dernier, plus de 250 souscripteurs du projet 700 logements participatifs du secteur de l'éducation de la wilaya, venus assister à l'assemblée générale constitutive de leur association. A l'issue du scrutin, onze membres formant le bureau de l'association ont été élus et ont désigné à leur tête M. Gana Ahmed. «C'est un moyen légal et juridique pour défendre nos droits. Cette procédure nous a été imposée par la situation confuse dans laquelle se trouve ce projet, prévu à la nouvelle ville Ali-Mendjeli, constitué initialement de 700 logements mais qui se trouve maintenant à 1.006», nous explique le président de cette association fraîchement élu. Selon notre interlocuteur, «les souscripteurs, après plusieurs années d'attente et devant l'énorme retard enregistré dans les travaux, ont commencé à douter de la volonté du promoteur de réaliser ses engagements».

Ils comptent entreprendre les premières démarches en s'adressant par lettre directement au wali et dont nous détenons une copie, et ce avant d'aller plus loin. Parmi les griefs faits au promoteur figurent le dépassement du délai de réalisation fixé en 2004 pour une durée de 30 mois, les changements dans la conception des immeubles, l'augmentation des prix des logements, le défaut de remise des actes, l'accaparement du terrain d'assiette qui, selon eux, leur appartient et enfin la fermeture des portes du promoteur au dialogue avec les souscripteurs.

Rappelons que ce projet qui entre dans le cadre du programme du président de la République et qui est piloté par les ministères de l'Education nationale et celui de l'Habitat, a été lancé en 2004. Il est financé conjointement par l'Etat (CNL et FNPOS) et les oeuvres sociales du secteur de l'éducation et de l'enseignement.

Contacté à ce sujet, M. Nasri, le promoteur, précise d'abord «qu'il s'agit d'un programme de wilaya, organisme vis-à-vis duquel il est engagé, et non d'un programme coopératif, et que les plaignants ne sont que des demandeurs». Il a nié «s'être engagé sur les délais de réalisation et avoir demandé une augmentation sur les prix des logements et affirmé que le terrain d'assiette lui appartient de droit». Il a déclaré enfin que les dossiers des candidats, traités au niveau de la wilaya et passés à la CNL pour obtenir l'aide de l'Etat, sont en voie de finalisation.

Des hôtels Ibis à Constantine

Les projets d'investissements immobiliers en Algérie visent de plus en plus le secteur du tourisme. Les opportunités d'affaires dans ce secteur séduisent les investisseurs de l'immobilier en général.

D'autant plus, que la construction des hôtels demeure l'une des priorités pour développer ce secteur, notamment  dans le cadre de la  stratégie du ministère du Tourisme qui  prévoit d'augmenter le nombre de touristes à l'horizon 2015. A court terme, le ministère table sur 1,2 million de touristes étrangers en 2010.
Dans ce contexte, Constantine a été le siège, mardi dernier, d'une importante rencontre réunissant le président de l'APC et l'homme d'affaires Djillali Mehri, accompagné des dirigeants du groupe Accor, son partenaire, représenté par une importante délégation, dont le P-DG, M. Gilles Pelisson. Cette virée exceptionnelle de l'ensemble des acteurs impliqués dans la réalisation de deux hôtels (Ibis) 3 et 5 étoiles, totalisant 230 chambres, a été suivie d'une conférence de presse au cours de laquelle autant le maire, M. Mechaer, que M. Mehri ont tenu à exposer dans la plus grande transparence l'évolution de la situation, et partant, du chantier lui-même.A ce sujet,  l'homme d'affaires algérien évoquera pour la presse la nécessité pour l'entreprise réalisatrice de disposer des conditions idoines pour le lancement des travaux. Notamment,  que ce groupe a bénéficié d'un terrain d'assiette situé en plein centre-ville, un centre-ville totalement asphyxié par un trafic automobile sans commune mesure, quotidiennement encombré, pour cela, il serait aujourd'hui question d'acheminer les gros matériaux, dont le béton et d'autres structures imposantes qui ne pourraient être transportés que par des engins adaptés. Dans ce sens, "les services concernés ont réfléchi à la question et il a été décidé que l'approvisionnement du chantier se fera au cours de la nuit, notamment pour les matériaux spécifiques qui ne pourraient être déposés dans la journée. Cela étant, nous avons également pensé aux voies et moyens de normaliser la situation même de jour. Pour cela, il n'est pas exclu que le plan de circulation soit agencé de manière à limiter au maximum les désagréments qui pourraient être causés de part et d'autre" a souligné le maire. Quant à l'intérêt accordé à la ville de Constantine par la chaîne Accor, son président dira que "cette wilaya va connaître un essor phénoménal, notamment avec la réalisation de la nouvelle ville universitaire, la mise en valeur de ses sites touristiques qui seront la pierre angulaire du tourisme d'affaires.  Ce développement, nous voulons l'accompagner en étant présents avec la gamme d'hôtels que notre groupe réalise qui allient un confort répondant aux standards mondiaux et un rapport qualité/prix exceptionnel. Nous estimons que participer à ce projet est pour nous un acte citoyen qui s'inscrit dans la logique de développement de la région".  Par ailleurs,  dans  l'éventualité de  réalisation d'autres complexes à hauteur de la wilaya, M. Yann Caillère, DG de l'hôtellerie Europe du Sud, Afrique, Moyen-Orient et des opérations Sofitel, a indiqué "cela relève de la simple loi de la demande et de l'offre. Nous n'allons pas construire des hôtels pour le seul plaisir de le faire si le taux d'occupation ne peut pas être largement atteint et l'investissement rentabilisé".

source: quot. le maghreb du 17.06.2009

Constantine, la mendicité prend de l’ampleur
Une commission pour endiguer le phénomène
20 Août 2009 - le midi libre
Le phénomène de la mendicité a pris de l’ampleur depuis quelques années en raison de la dégradation de la situation socio-économique des franges les plus fragiles de la population.

Constantine va prendre à bras-le-corps la lutte contre la mendicité et le vagabondage. C’est sur ordre du chef de l’exécutif qu’une commission chargée de cette mission est en passe d’être mise sur pied. Elle sera composée de plusieurs partenaires dont des responsables des services sociaux, de la Protection civile, du secteur de la santé, des services de l’ordre, du Croissant-Rouge et des présidents d’APC. Il est clair qu’une telle mission nécessite la conjugaison des efforts de tous les représentants des autorités locales tant elle est délicate. "Ramasser" des gens qui font la manche dans la rue ou qui squattent un coin ne sera pas forcément chose aisée. Car l’accomplissement de cette tâche doit s’accompagner de tact et de doigté afin de préserver de la dignité humaine.
Le phénomène de la mendicité a pris de l’ampleur depuis quelques années en raison de la dégradation de la situation socio-économique des franges les plus fragiles de la population. La présence de ces hommes et femmes, parfois accompagnés d’enfants, sur les trottoirs ou à l’entrée des commerces renvoie, de prime à bord, une image insoutenable qu’il faudrait impérativement "corriger".
Or, la réalité serait autre selon des sources proches de ce dossier. La majorité de ces "demandeurs d’obole" ne serait, en fait, que de faux mendiants. Pis, certaines femmes se servent de nourrissons qui ne sont même pas leur progéniture pour attendrir les passants. Ces pratiques sont donc proches de l’escroquerie que d’un besoin alimentaire. C’est d’ailleurs en se basant sur les inverventions des services sociaux que la commission, une fois sur pied, s’attellera à évacuer ces pseudo indigents. Des poursuites judiciaires pourraient être déclenchées à leur encontre conformément aux articles 195-196 du code pénal.
Les solutions à prévaloir dans ces cas de figure ne sont pas définitivement arrêtées mais la commission en question s’y penchera. Il s’agira d’une admission dans les maisons de retraite ou d’une inscription dans les programmes du filet social. Peut-on réellement endiguer, ici ou ailleurs, le phénomène de la mendicité dans un contexte économique mondiale défavorable et en pleine récession?

 
 

Un jeune homme assassiné à Djenane Ezzitoune
20.02.10 - le quot. d'oran


Dans la matinée d'hier vendredi, la paisible cité de Kouhil Lakhdar, plus connue sous le nom de Djenane Ezzitoune, a été secouée par l'assassinat d'un jeune homme âgé d'à peine 26 ans.

Selon la cellule de communication de la Protection civile, aux environs de 10 heures 45, les pompiers ont été alertés par les services de police pour procéder à l'évacuation du corps sans vie d'un jeune homme âgé de 26 ans, identifié par les initiales B.E., découvert mort à la rue Bidi Louiza, située à Kouhil Lakhdar. Sous les regards horrifiés de plusieurs passants, le jeune homme a été lardé de coups de couteau notamment au visage, au cou et à la poitrine, par un ou plusieurs inconnus qui, une fois le forfait accompli, ont (ou a ) disparu dans la nature.

La police, alertée par ces passants, s'est rendue sur les lieux et a déclenché une enquête pour déterminer les causes de cette agression et identifier le ou les auteurs de celle-ci. Après les formalités de constat, le corps de la jeune victime a été déposé à la morgue du CHU docteur Benbadis.

 

 

Une rixe entre jeunes tourne au drame:

Un mort, des dizaines de blessés et cinq arrestations
20.02.10 - le quot. d'oran


Des affrontements qui ont opposé, mercredi dans la soirée et pendant toute la journée du jeudi, des jeunes du quartier de Oued El-Had, à l'est de la ville de Constantine, à la brigade anti-émeutes se sont soldés par des dizaines de blessés, dont 8 parmi les membres des CNS, qui ont été évacués pour soins au centre hospitalo-universitaire de la ville, et 5 arrestations parmi les manifestants, ainsi que le conducteur du véhicule qui a heurté mortellement un jeune au cours d'une rixe.

Les incidents ont eu pour théâtre les quartiers voisins de Sidi Mabrouk et de Oued El-Had lesquels ont vécu, durant deux jours, des moments très agités qui se sont traduits, tout d'abord, par cette rixe qui s'est produite aux environs de 22h, mercredi, entre les jeunes de ces deux quartiers, et qui s'est soldée par la mort après son admission au CHU d'un jeune homme âgé d'une vingtaine d'années, habitant Oued El-Had, heurté par un véhicule conduit par un jeune habitant le quartier de Sidi Mabrouk.

Apprenant la nouvelle, les parents et les amis de la victime, accompagnés de plusieurs autres jeunes de leur quartier, se sont dirigés vers Sidi Mabrouk, à la recherche de l'auteur de l'accident. Mais ne trouvant pas ce dernier, ils ont tenté de s'en prendre à l'habitation familiale de celui-ci. L'intervention in extremis des services de sécurité les empêcha de faire des dégâts. Ils s'en allèrent alors exprimer leur colère en bloquant la route du boulevard de l'Est, tout près de la mosquée Omar Ibn Abdelaziz, en utilisant des pierres et des pneus enflammés. Les éléments de la brigade anti-émeutes sont alors intervenus et des échauffourées ont éclaté pour durer toute la soirée du mercredi et la journée suivante.

 

 
 

14 votes. Moyenne 2.50 sur 5.

Commentaires (7)

1. djoued (site web) 01/07/2011

2. Tayeb 25/06/2011

constantine devrait etre plus attractive en ne laissant pas les intrus,de tout bord occupés des terrains sous seing. tout sera reconstruit une fois que ces terrains seront récupérés par les pouvoirs publics. ne leur laissez nulle place ou ces parasites de premier ordre pourront construire n'importe quoi et n'importe ou. Dieu n'aime pas les mal faiseurs. il n'aime pas aussi les gens de la dextre. Constantine est une ville qui pourra remplacer l'aprés petrole dans le sens figuré. ville touristique par excellence.

3. camelia 21/03/2011

Si quelqu'un peut m'aider,je vous en prie.je cherche l'adresse du lycee Bouhali Said de Constantine et un numero de telephonne.Merci beaucoup

4. travailleurs antenne de l agence fonciere du kroub 27/01/2011

Lettre à Mr le wali de Constantine
étant président de notre conseil d administration de l’agence fonciere de la wilaya de Constantine
Nous travailleurs de l’antenne du khroub de l’agence foncière de la wilaya de Constantine
on a vécu le pire avec un véritable drame suite au comportement indécent du chef de la daïra du khroub a notre encontre, qui s est autorisé unilatéralement de nous expulse abusivement en utilisant la force publics en présence des citoyens visiteurs, nos archives jetés pèle mêle (actes des citoyens dossiers techniques et administratifs des 05 communes gelé)ainsi que tout nos equipements,entreposé dans un hangar de la commune exposé aux intempérie ,situation très alarmante une image inoubliable les travailleurs de l’antenne déçus complètement, par cette décision un gèle totale hogra ,et de source digne le chef d antenne et le DG n en riens compris même un rapport avec des photos a été transmis par la direction générale a la wilaya sans aucune suite, concernant cette expulsion de notre siège de l antenne que nous existant depuis plus de 23 ans, sans nous désigné un autre endroits précis cela depuis le mois de mars 2010 a ce jour.nous venons vous attiré votre attention Mr le wali de vous mettre au courant de cette situation gelé depuis bientôt une année de penché a notre ressort et de nous rendre justice et si vous daignerais contrôlé Mr le wali ,étant que président de notre conseil d administration ,nous avons confiance.

5. chaker (site web) 12/11/2010

ana chakermouhamed

6. Amar DIDANE 17/06/2010

découivrire votre site et le reste viendra après ...

7. zeghbid (site web) 26/05/2010

c'est vrai que les projets sont là. mais ce n'est pas suffisant pour compenser les retards dans les retards. Constantine mérite mieux. je voudrais rajouter une chose pour ne pas dire plusieurs. car le coeur en garde trop pour lui. les chantiers se fond à pas de fourmis. on ne voit rien venir et ce depuis leurs lancement. alors de grace messieurs les logement eux seuls ne suffisent plus.mettez plutot le paquets dans les moyens de loisirs et de distractions. dans les jardins publics. sportifs, culturels, piscines, verdures, salle de spectacles, plantations d'arbustes avec gardiennage. terrains de jeux pour nos progénitures. en a marre d'avoir des citésd dortoirs. svp messieurs. on a envie de gouter à la vie . cessons le replatrage et le laissez aller. je voudrai vous dire qu'on attend avec impatience le lancement d'autres projets plus significatifs et plus consistants.Constantine en toute honnéteté mérite son piédestal comparativement à beaucoups de villes. elle est belle et elle mérite plus. de grace au risque de me répéter.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site