CAN 2010

 

Le COCAN réunit un groupe d'individus qui sont « liés » les uns aux autres dans le but d'atteindre un objectif commun, l'organisation de la Coupe d'Afrique des Nations Orange Angola 2010. C'est le principe utilisé dans la création du symbole graphique de la marque COCAN.

Le logo caractérise cette union, sa structure, la division et la continuité du travail, qui, associée au terrain forme l'icône la plus représentative du football : le stade (scène de l'évènement). Le ballon complète le symbolisme final, et génère un mouvement pour la marque.

Le modèle chromatique utilisé représente les couleurs du drapeau d'Angola (pays siège) et le vert représente la pelouse et les terrains d'Angola. 

LE LIEN DU SITE OFFICIEL EST: CAN 2010 Site Officiel

 

 

 

Foot - CAN
Le Roy : «L'Egypte sûrement vexée»
Claude Le Roy*, grand spécialiste du football africain, dresse pour notre site le bilan de la CAN 2010, «beaucoup moins bonne» que les précédentes, selon lui. Premier volet : le troisième consécutif sacre de l'Egypte.

Pour Claude le Roy, la CAN n'a pas été une réussite. (Archives L'Equipe.fr - 02.10.2010)
«La compétition n'a pas été bonne. On a vu en général les moins bons matches à Cabinda et Luanda où les terrains étaient catastrophiques. Ça a été meilleur dans l'ensemble à Benguela et Lubango. Mais on n'a pas vu de très grandes rencontres. Il y a eu quelques fulgurances dans Côté d'Ivoire-Algérie (2-3), Cameroun-Egypte (1-3 a.p.) et Nigeria-Egypte (1-3). D'ailleurs, ce sont souvent les équipes battues qui ont produit la meilleure qualité de football.
CONTRE LE GHANA (1-0), LES EGYPTIENS SONT DANGEREUX UNE FOIS EN UNE HEURE ET DEMI, DONC ON NE PEUT PAS DIRE QUE CE SOIT LE FAIT D'UN CHAMPION QUI DOMINE SON SUJET.
C'est vrai c'est marrant, l'Egypte a souvent gagné en étant dépassée dans le jeu. Que les gens fassent des grandes analyses après les résultats, c'est toujours facile. Mais l'Egypte n'a pas maîtrisé son sujet comme elle l'a fait dans les autres Coupes d'Afrique des Nations. Je ne pense pas que les Egyptiens étaient au-dessus du lot. La preuve, c'est que le Ghana aurait mérité de gagner la finale. On ne peut pas dire non plus que l'arbitrage a été exceptionnel en demi-finales contre l'Algérie (4-0). A chaque fois ils ont su parfaitement utilisé les moments d'errements de l'adversaire. Ça a été le cas contre le Cameroun (victoire en quarts de finale 3-1 a.p.), avec trois énormes erreurs individuelles inhabituelles des Lions Indomptables. Mais en qualité de jeu, c'était de très loin la meilleure performance du Cameroun.
Les Egyptiens ont voulu montrer à toute l'Afrique que leur place était en Afrique du Sud, le 11 juin. Ils ont sûrement été vexés de cette élimination par l'Algérie (en barrages des qualifications pour la Coupe du monde). Et pourtant eux aussi avaient des circonstances atténuantes. Il leur manquait deux joueurs importants, Aboutrika et Zaki, qui récemment étaient à l'origine de beaucoup de leurs victoires. Mais quand on voit le match contre le Ghana (1-0), ils sont dangereux une fois en une heure et demie, donc on ne peut pas dire que ce soit le fait d'un champion qui domine son sujet. Selon moi, l'Egypte mérite d'être championne d'Afrique mais le Ghana aurait mérité de gagner la finale. Sur ce match, il n'y a même pas de discussion possible.» -

 

Chaouchi éjecté de l'équipe d'Algérie ?
foot01.com - 31.01.10
Le sélectionneur national algérien n'a pas réellement apprécié le comportement de son gardien de but lors du quart de finale perdu contre l'Egypte, considérant que Chaouchi n'avait pas réussi à tenir ses nerfs. Rabah Saadane n'a pas eu de mal à convaincre le président de la fédération algérienne, tout aussi remonté contre le portier algérien, au point que selon plusieurs sources Chaouchi pourrait ne pas aller au Mondial, laissant sa place à Gaouaoui. « Ici ce n'est pas le championnat d'Algérie, où les joueurs vous malmenez les arbitres comme vous voulez. Dans le haut niveau, tu risques gros, l'Algérie ne peut pas courir des risques avec toi, c'est une affaire trop importante », aurait ainsi lancé le coach algérien à son gardien.

CAN-2010: Egypte-Algérie, deux blocs et des étincelles
le parisien.fr - 26.01.2010, 19h13

La demi-finale de la CAN-2010 entre l'Egypte et l'Algérie, jeudi à Benguela, propose une rencontre inattendue entre deux équipes soudées sous forme de retrouvailles au parfum du soufre qui traîne depuis leur rencontre houleuse en qualifications pour le Mondial-2010.

Sport: la surprise Algérie
C'est surtout l'Algérie que l'on n'attendait pas, de surcroît après sa claque inaugurale infligée par le Malawi (3-0) et alors qu'elle n'avait marqué qu'un petit but au premier tour. Mais son sursaut d'orgueil contre la Côte d'Ivoire en quart de finale (3-2 a.p.) a prouvé ses ressources.
"Notre force, c'est de rester compact et de toujours attaquer", analyse le défenseur Bougherra. En dépit des dissensions apparues au sein du groupe, avec la défection du milieu Lemmouchia, qui n'apprécierait pas d'être remplaçant, le collectif algérien a pris le dessus sur le terrain.
Avec trois hommes clefs: Mansouri le capitaine-aboyeur de l'entrejeu, Ziani l'artiste aux centres de l'extérieur du pied si dangereux, et Matmour le frêle combattant, auteur d'un but somptueux contre les Ivoiriens.
L'Egypte aussi se présente dans un bloc pas même fissuré par l'absence sur blessure de sa star Aboutrika. Le capitaine Ahmed Hassan a pris la relève dans le leadership, avec un quart de finale remporté à lui seul ou presque contre le Cameroun, 3-1 a.p. (un but contre son camp puis un doublé).
Les attaquants Zidan et Meteab s'entendent de mieux en mieux, et venu du banc, Geddo a posé sa candidature pour une place de titulaire. La défense est solide et le vieux gardien El Hadary toujours bon pour le service (seulement deux buts encaissés en quatre matches).
Les Pharaons seront animés d'un esprit de revanche. "Chaque confrontation contre l'Algérie est comme une guerre, a lancé Zidan. On va montrer au monde entier qu'on méritait plus qu'eux d'aller au Mondial". "La qualification en demi-finale de l'Algérie nous a encore plus donné envie de battre le Cameroun", a renchéri Meteab.
Contexte: novembre 2009 dans toutes les têtes
Le 12 novembre, un bus transportant l'équipe algérienne venue jouer au Caire a été attaqué à coup de pierres, et trois joueurs ont été blessés. Deux jours plus tard, la rencontre a été suivie d'incidents violents, tout comme le match d'appui à Khartoum le 18 novembre, remporté (1-0) par l'Algérie, qualifiée pour le Mondial-2010 au détriment des Egyptiens.
Des affrontements entre supporteurs ont aussi éclaté en Algérie et plusieurs bâtiments abritant des entreprises égyptiennes ont été incendiés.
Ces violences ont déclenché un incident diplomatique entre les deux nations. Le gouvernement égyptien a rappelé son ambassadeur "pour consultations" et réclamé à Alger des excuses et des compensations pour les intérêt égyptiens touchés.
Le match sera donc aussi celui des supporteurs, même si les prix élevés en Angola et les procédures de visa pourraient fortement limiter leur nombre.
EgyptAir a déclaré mardi n'avoir reçu aucune demande de vol charter. Air Algérie a annoncé qu'elle pourrait transporter 1000 supporteurs, 500 ayant déjà exprimé le souhait de se rendre à Benguela, et les autorités ont décidé de faciliter leur déplacement avec des billets d'avion subventionnés.
Les organisateurs de la CAN sont sereins. "Il y a eu une réunion de sécurité mardi matin et si c'est nécessaire, nous renforcerons les mesures de sécurité, mais rien ne nous y incline pour l'instant", a dit à l'AFP un membre de la Confédération africaine (CAF), précisant que les supporteurs seraient séparés dans le stade.

 

 

De renversants Fennecs piétinent les Eléphants (3:2)
(AFP) Dimanche 24 janvier 2010



L'Algérie, menée deux fois, a trouvé les ressources pour provoquer une surprise en éliminant en prolongation (3-2) la Côte d'Ivoire, encore plombée par son incapacité récurrente à atteindre ses objectifs, dimanche à Cabinda.

Les Fennecs, qui n'avaient inscrit qu'un but au 1er tour et n'avaient plus disputée la moindre phase finale depuis 2004, rencontreront jeudi en demi-finale le vainqueur de Cameroun-Egypte qui est prévenu: 2010 est l'année de l'Algérie !

Avec sa génération dorée, le favori ivoirien pensait peut-être son heure enfin venue, mais il repart même finalement bien plus tôt que prévu après sa finale de 2006 et sa demi-finale en 2008.

En tout cas, il n'a rien fait pour éviter ça et le retour prématuré à Abidjan risque d'être agité.

En revanche, côté spectacle, le choc entre les deux mondialistes, qui ne s'étaient plus rencontrés depuis 1997, a tenu toutes ses promesses, notamment lors d'une fin de rencontre complètement folle.

Il a même surpris puisque l'oscar du jeu est plutôt à remettre à des Algériens décomplexés, comme l'avait annoncé leur entraîneur, qu'à des Ivoiriens qui se sont encore trop reposés sur leurs individualités et accélèrent par intermittence.

Marquage au 2e poteau
Des Ivoiriens surtout qui n'ont pas compris l'importance du marquage au 2e poteau puisque ils ont permis à Bouguerra (90e+2) et Bouazza (93e) de prendre la tête. Et, à la différence d'eux-mêmes, de ne plus la lâcher ensuite.

En effet, Keita, tout juste entré en jeu, n'a pu imaginer que trois minutes seulement qu'il allait être le héros de la soirée après avoir décoché son missile (88e).

S'il y a bien une chose que la Côte d'Ivoire sait faire, c'est profiter de ses flèches Kalou et Gervinho pour remonter la balle.

Ce qu'elle ne sait pas faire en revanche, c'est l'utiliser ensuite car, à l'exception du but rapide du premier, après un bon travail de Yaya Touré enfin dans son assiette (4e) alors que les Fennecs n'avaient pas encore digéré la 1re titularisation de Yahia depuis la 18 novembre, les deux hommes ont tout fait pour éviter le cadre en 2e période (56e, 58e, 85e).

Quant à Drogba, décevant depuis le début de l'épreuve, il n'a pu transformer ses deux seuls ballons exploitables (65e, 98e).

Entre-temps, Matmour avait profité du relâchement adverse pour égaliser une 1re fois (40e).

Sans Barry (68e), il aurait même porté devant plus tôt les Fennecs qui n'ont pas saisis en fin de match l'une de leurs nombreuses occasions d'humilier un peu plus un adversaire complètement découvert pour tenter l'impossible retour... qu'il aurait réussi si l'arbitre n'avait pas invalidé le but de Kolo Touré (120e) pour un hors-jeu imaginaire!

Finalement, la longue trêve de neuf jours des Ivoiriens n'étaient peut-être pas une si bonne chose que ça...

Et Vahid, s'il est maintenu après ce cuisant échec, sait maintenant ce qu'il lui reste à travailler s'il veut figurer plus dignement dans cinq mois au Mondial en Afrique du Sud.

 

Frederic Kanouté défend les « Verts » :

« Le Mali est disqualifié à cause des problèmes »


La star Malienne, Frederic Kanouté, a déclaré qu'il était très déçu de cette sortie prématurée de la CAN, et ce malgré la victoire remportée devant le Malawi avec un score sans appel de trois buts à un (3/1).

Kanouté a déclaré : « Ma déception est tellement grande que je ne puis l'exprimer par des mots », ajoutant « Il faut reconnaître les problèmes qui ont entouré la sélection, et qui ont une grande part dans cet échec.»
La réaction de Mamadou Keita n'est pas différente de celle de son coéquipier Frederic Kanouté, en affirmant qu'il y a beaucoup de problèmes dans cette équipe, parce qu'elle ne renferme pas des joueurs de haut niveau, même si elle possède le meilleur milieu de terrain en Afrique, mais il y a une grande faiblesse dans le rendement collectif de cette sélection.
Quant au Nigérian Stéphane Keschi, le DTN du Mali, a, lui aussi, avoué sa grande déception suite à cette élimination prématurée de la phase finale de la CAN. Stéphane Keschi a déclaré : « Avant de prendre les commandes de la sélection Malienne, 10 sélectionneurs avaient occupé ce poste et n'avaient pas réussi à faire des exploits. »
Espérant que ces déclarations soient suffisantes pour répondre aux spéculations égyptiennes, en particulier, qui n'arrêtent de tirer à boulets depuis la qualification des « Verts » aux quarts de finale de la CAN, en s'attaquant aux algériens et angolais d'avoir arrangé le match, et tout cela dans le seul espoir de voir l'Algérie disqualifiée de cette CAN, et donc sortir par la petite porte.

 

note du blog: la poule accouche et le coq a mal au c....

 

CAN : le Mali déplore le comportement de l'Angola et l'Algérie
LEMONDE.FR avec AFP | 19.01.10

Reuters/MIKE HUTCHINGS

Algériens et Angolais ont signé lundi 18 janvier un nul (0-0) qui les arrangeait bien.
L fédération de football du Mali a porté officiellement une protestation, mardi 19 janvier, auprès de la Confédération africaine de football (CAF). Elle reproche à l'Angola et l'Algérie d'avoir livré, la veille, un "non-match total", lundi [score final 0-0], qui a assuré aux deux équipes une qualification tranquille, et éliminé les Aigles de la CAN-2010 malgré leur ultime victoire.

 

L'Algérie pourrait rencontrer la Côte d'Ivoire...


L'Algérie pourrait affronter la cote d'ivoire de Didier DrogbaEn finissant deuxièmes de leur groupe (A) derrière l'Angola, les fennecs ont de grandes chances de rencontrer la Côte d'Ivoire de Didier Drogba. En effet, avec 4 points, les Eléphants sont premiers de leur groupe. Il faudrait un exploit de deux buts d'écarts du Burkina Faso face aux Ghana pour que les ivoiriens soient relégués à la seconde place et affrontent le premier du groupe A (Angola).

Les algériens ont tout intérêt à vite se ressaisir de leurs trois derniers matchs, et de tant d'émotions. Face à l'équipe des All Stars ivoiriens, les fennecs devront plus qu'élever leur niveau de jeu. Il ne s'agit plus là de compter sur une quelconque chance, ou de faire des statistiques sur les autres matchs du groupe, mais de jouer un football de haut niveau.

Plusieurs joueurs algériens évoluent en Angleterre. Ils savent donc à quoi s'attendre face à un Didier Drogba surpuissant ou un Kalou vif comme un renard. Il faudra trouver des solutions, et enflammer le match afin d'empêcher les ivoiriens de jouer propre, chose qu'ils maitrisent parfaitement. En attendant, nous pouvons continuer à rêver d'un exploit du Burkina Faso qui est à coup sûr, un adversaire à la portée des fennecs.

 

 

L'Algérie corrige le tir L'Algérie s'est remis à la tête à l'endroit après sa défaite inaugurale contre le Malawi. (AFP) La thèse de l'accident était plausible. Humiliée par le Malawi (0-3), lors de la 1ere journée, l'Algérie s'est refait une santé contre le Mali (1-0), jeudi, au stade du 11-Novembre, à Luanda. La faillite collective et la fébrilité défensive affichées trois jours auparavant ont laissé place à une prestation solide. Si la partie a une nouvelle fois été marquée par un déchet technique important, les joueurs de Rabah Saadane sont parvenus à tirer leur épingle du jeu grâce à un but de Halliche juste avant la pause (42e). Voilà les Fennecs relancés dans la course aux quarts de finale. AVEC UN SEUL POINT AU COMPTEUR, LES AIGLES SONT PLUS PROCHES DE LA SORTIE QUE D'UN POSSIBLE ENVOL. Attendue au tournant, l'Algérie a répondu présent dans tous les compartiments du jeu. A l'exception de deux centres de Yatabaré (35e) et Kanouté (90e+1) qui n'ont pas trouvé preneurs, le Mali n'a jamais semblé en mesure de franchir la muraille algérienne. Les liaisons entre les joueurs maliens ont parfaitement été coupées. Seule une récupération de Yatabaré, parti en contre, a fait passer quelques sueurs froides à la bande à Karim Ziani. Mais Chaouchi, plus à son avantage que face au Malawi, veillait (51e). Dans l'ensemble, l'Algérie mérite amplement son succès. Elle s'est procurée la plupart des occasions et il ne lui a manqué qu'un peu de précision (57e, 86e) ou de réussite (5e, 26e) pour que sa victoire prenne une toute autre ampleur. Côté malien, l'exploit réalisé face à l'Angola (4-4) lorsque Seydou Keita et ses partenaires étaient parvenus à remonter un handicap de quatre buts dans le dernier quart d'heure, appartient au passé. Avec un seul point au compteur, les Aigles sont plus proches de la sortie que d'un possible envol.

TSA.COM - 14.01.10

Les Verts ne feront pas leurs valises ce soir.

L’équipe nationale a remporté jeudi son deuxième match de poules face au Mali par un but à zéro. Le but algérien a été inscrit à la 43eme minute par Rafik Halliche sur un coup-franc bien tiré par Karim Ziani. Et comme contre l’Egypte à Khartoum, c’est un défenseur qui a marqué. Halliche s’est imposé dans les airs face à la défense malienne donnant à l’Algérie un précieux avantage à trois minutes de la mi-temps. Un avantage qui sera bien géré tout au long de la rencontre. Grâce à cette victoire, l’Algérie, avec trois points au tableau, conserve ses chances de qualifications au second tour avant de rencontrer l’Angola pour le dernier match du Groupe A. Le Mali est pratiquement éliminé. Rabah Saâdane avait annoncé un changement de tactique. Il a tenu parole. Le changement a été perceptible aussi bien dans la méthode (4-3-3 au lieu du 3-5-2) que dans le jeu. Les Verts ont montré un visage totalement différent de celui qu’on a vu lundi le Malawi : plus d’engagement sur le terrain, davantage de solidarité, moins d’erreurs en défense, une défense bien organisée…Le porteur du ballon est rarement sans solution et on a vu des joueurs effectuer des sprints impressionnants sur le terrain. Autre nouveauté dans le jeu des Verts : en seconde période, les joueurs ne sont pas contentés de gérer leur avantage. Ils ont continué à attaquer et se sont créés de belles occasions de buts et perturbé du même coup les Maliens qui se sont montrés rarement dangereux dans leurs actions. Même les deux changements opérés par Saâdane en seconde période ont été offensifs : deux attaquants, Bouaaza et Saïfi, ont remplacé deux autres attaquants, Ghezzal et Matmour. Enfin, le gardien Chaouchi n’a commis presque aucune faute de jugement. Ses sorties ont été prudentes et la communication avec les défenseurs s’est nettement améliorée.

 

L'Algérie change de système


14/01/2010 | Une véritable révolution tactique ! Contrarié par la défaite des Fennecs face au Malawi (0-3) lors du premier match du groupe A, Rabah Saâdane va bouleverser son système habituel en vue du match importantissime face au Mali. L'Algérie, habituée à jouer en 3-5-2, va passer au 4-3-3. Du coup, Samir Zaoui, et Rafik Saïfi font les frais de ce changement puisque les deux joueurs perdent leur place au profit de Kader Laïfaoui et de Yacine Bezzaz.

Le onze algérien : Chaouchi - Laïfaoui, Bougherra, Halliche, Belhadj - Yebda, Mansouri, Ziani - Matmour, Ghezzal, Bezzaz. 

 

 

 

14/01/2010 - CAN 2010/ Algérie-Mali : jeudi à 17h00

 

algerie-mali

Le match Algérie-Mali comptant pour la seconde journée (Gr A) de la phase finale de la CAN 2010 débutera ce jeudi à 17h00 à Luanda.

Le match sera arbitré par l'ougandais M. Ssegonga Mohamed qui sera assisté de MM. Molefa Enock d'Afrique du Sud  et Ogbamariam Angessom d'Erythrée. Le quatrième arbitre est  Seechurn Rajindraparsad des iles Maurices.   Le commissaire au match est Thierry  Kamach de la Centre afrique.

Par ailleurs, l'équipe Algérienne évoluera lors de ce match en tenue totalement  blanche tandis que le Mali jouera avec le maillot vert , short jaune et bas rouge.

 

 

 

09/01/2010 - Le président de la FAF exprime sa sympathie à la Fédération Togolaise

 

Le président de la Fédération Algérienne de Football, M. Mohamed Raouraoua, a transmis  à La Fédération Togolaise un message dans lequel, il s'est déclaré  bouleversé  par l'attaque  terroriste barbare dont a fait l'objet, vendredi,  le bus de la délégation togolaise, en route pour l'Angola pour prendre part   à la Coupe d'Afrique des nations 2010 en Angola. Il a présente ses condoléances les plus attristées aux familles des défunts et il a souhaité  un prompt rétablissement aux blessés. Il a exprimé toute sa profonde sympathie  à la Fédération Togolaise et son président M.Memene Seyi

 

 

 

09/01/2010 - CAN 2010: Ousserir appelé en renfort

 

ousserir

Du fait du forfait du gardien de but  Lounès Gaouaoui, et afin de compléter l'effectif (23 joueurs) conformément aux règlements de la Coupe d'Afrique des Nations, un dossier médical sera présenté  ce samedi à la Commission médicale de la Confédération Africaine de football (CAF)  pour l'obtention de  l'autorisation  de remplacement de Gaouaoui . Ainsi le gardien  du CR Bélouizdad , Nassim Ousserir,  inscrit sur la liste des réservistes, rejoindra dans les prochaines heures la délégation algérienne  à Luanda.

 

 

CAN 2010 - Les Togolais mitraillés

Eurosport - ven, 08 janv 17:47:00 2010

Le bus de la sélection togolaise a été mitraillé vendredi par des rebelles à la frontière entre le Congo et l'Angola où doit débuter la CAN, dimanche. Selon le joueur de Nantes Thomas Dossevi, joint par Infosport, deux joueurs seraient gravement blessés. Les Eperviers ne veulent plus jouer.

2010 CAN Togo Adebayor 2 - 0

LA CAN débute sous de bien mauvais auspices. Alors qu'il rejoignait l'Angola, où la compétition doit débuter dimanche, le bus de la sélection togolais a été pris pour cible au moment de franchir la frontière avec le Congo. Selon le témoignage de Thomas Dossevi, deux joueurs seraient gravement blessés. "On a deux joueurs blessés, a dit le joueur de Nantes interrogé par téléphone par Infosport. On venait de passer la frontière, on avait rempli les formalités. On était encadré par la police. Tout était clean. Il y a eu un mitraillage puissant. Tout le monde s'est jeté sous les sièges. La police a riposté."

Les deux joueurs en question seraient le gardien du GSI Pontivy, Kodjovi Obilalé, et le défenseur du FC Vaslui, Serge Akakpo. "Un a pris une balle dans le dos, un autre dans les reins, a-t-il poursuivi. L'entraîneur des gardiens et le docteur ont été touchés. Certains sont gravement blessés. On n'a pas de nouvelles, ils sont dans un hôpital à Cabinda." D'après Richmond Forson, le chauffeur du bus a succombé à ses blessures. "C'est la délégation togolaise sur place qui nous l'a dit", a-t-il confié à l'AFP. "Un chauffeur a été tué et neuf membres de la délégation, dont deux joueurs, ont été blessés. Les autres blessés sont des membres de l'encadrement sportif, administratif et médical", a rajouté Willy Dogbatsé, président du Comité de mobilisation des fonds pour l'équipe nationale togolaise.

"Personne n'a envie de jouer"

Parmi les autres victimes, figureraient également un attaché de presse et un journaliste qui accompagnait la délégation. Selon le joueur de Thouars, joint par Infosport, le bilan aurait pu être beaucoup plus lourd. "C'est le bus de bagages qui est passé avant nous et qui a pris des balles, car ils croyaient que nous étions dedans, ils ont tiré dans le chauffeur de ce bus et il ne s'en est pas sorti, le pare-brise était cassé", a témoigné le défenseur de Tours. Un ministre angolais et ancien dirigeant séparatiste du Cabinda a qualifié vendredi d' "acte terroriste" cette attaque, revendiquée par un bras armé des Forces de libération de l'Etat de Cabinda (FLEC) qui visait "les forces armées angolaises, qui escortaient la sélection nationale du Togo". "Ce sont de petits groupuscules désorganisés qui parfois mènent des actions subversives, des actes terroristes. J'ai toujours associé ce genre d'acte à des actes terroristes, puisqu'ils visent des civils", a déclaré à l'AFP le ministre sans portefeuille chargé des droits de l'Homme, Angonio Bento Bembe.

L'attaque a eu lieu vers 15h alors que le bus des joueurs venait de pénétrer dans l'enclave de Cabinda, province angolaise pétrolifère entre la République démocratique du Congo et le Congo-Brazzaville qui est déchirée par un conflit séparatiste depuis l'indépendance de l'Angola en 1975. "C'est de la folie. On s'est fait mitrailler comme des chiens. Ils étaient cagoulés, armés jusqu'aux dents. On est resté 20 minutes sous les sièges du bus", raconte encore Dossevi sur RMC. Interrogé par l'AFP, le Comité d'organisation de la CAN assure qu'un pneu du bus avait éclaté, déclenchant un mouvement de panique. "C'est un scandale de dire ça, on a vraiment été mitraillés, si on avait pu prendre des photos, des images, ce serait déjà sur internet", s'est emporté Dossevi, interrogé par l'AFP.

Un acte terroriste qui pourrait en appeler d'autres...

Choqués, les Togolais remettent désormais en cause leur participation à la CAN. Ils n'ont qu'une idée en tête : quitter au plus vite l'Angola. "On ne réfléchit pas encore aux recours possibles, mais c'est vrai que personne n'a envie de jouer. On n'en est pas capable. On est tous choqués. On veut rentrer à la maison", reconnaît Dossevi qui "pense surtout à (ses) amis qui sont blessés. On espère qu'ils vont s'en sortir". C'est même la tenue de la Coupe d'Afrique des Nations qui est aujourd'hui remise en cause. "Ce n'est pas normal que l'on se fasse tirer dessus pour un match de foot. Si on peut boycotter la CAN autant le faire. Si on peut annuler tous les matches, je dis pourquoi pas... Je ne pense qu'à ça : arrêter cette CAN pour rentrer à la maison", appelle le Grenoblois Jacques-Alaixys Romao. Un avis qui pourrait trouver de nombreux échos, y compris parmi les autres sélections...

Selon la Confédération africaine qui s'est exprimée vendredi en début de soirée, la Coupe d'Afrique des nations aura bien lieu. Et ce, en dépit cette attaque, qui a été revendiquée par un bras armé des Forces de libération de l'Etat de Cabinda. Selon Rodrigues Mingas, secrétaire général de l'organisation, "cette opération n'était que le début d'une série d'actions ciblées qui se poursuivront sur l'ensemble du territoire de Cabinda"...


La fête engendrée par la qualification au Mondial

pourrait bien porter l'équipe loin dans cette CAN 2010

  MERCREDI 6 JANVIER 2010

Vingt ans après son sacre continental, l'Algérie est à nouveau dans la peau d'un mondialiste. Menée par de brillants techniciens, la sélection veut passer le premier tour et jouer la victoire finale.

Le sélectionneur 
Rabah Saadane est un grand habitué de la maison algérienne. Ancien défenseur professionnel, qui fit un passage en France, à Rennes, il met un terme à sa carrière de joueur en 1973, à 27 ans. Après cela, il prend les rênes de la sélection nationale en 1980, pour qualifier les siens en Coupe du monde. Trois ans après, il reprend son poste et mène les Fennecs vers le Mondial 1986. Le technicien part ensuite au Raja Casablanca, où il remporte la C1 africaine en 1989. Depuis, Saadane a été rappelé plusieurs fois au chevet de l'Algérie, qu'il a qualifié pour son troisième mondial.

Le joueur à suivre 
Nadir Belhadj est l'un des nombreux Fennecs né en France. Originaire du Jura, il a rejoint le centre de formation de Lens à 16 ans mais n'a pas percé dans le Nord. Transféré à Gueugnon, le gaucher s'y impose rapidement et y côtoie Madjid Bougherra. En 2004, le joueur est vendu à Sedan, qui se hisse en finale de Coupe de France, avant de connaître la montée la saison suivante. En Ligue 1, il impressionne dans son couloir mais les Sangliers sont relégués. Lyon profite de la bonne affaire mais le fait jouer en latéral gauche, dans une défense à quatre, où il est moins à l'aise. Il termine l'exercice à Lens mais son activité ne suffit pas et le club artésien est relégué. Désormais à Portsmouth, il veut briller pour sa première CAN. International depuis 2004, il est la coqueluche du public depuis son doublé contre l'Argentine (3-4). Joueur très fin, élégant balle au pied, il est capable de créer des actions sur son aile qui désarçonnent les lignes adverses.

L'objectif 
Absente des débats depuis 6 ans, la sélection algérienne vient avant tout pour passer le premier tour. Ce but semble dans ses cordes vu la composition du groupe. Le match d'ouverture, contre le Malawi, rappel la CAN 1984, avec un succès 3-0 sur ce même pays, peu avant de décrocher une médaille de bronze. Les Aigles du Mali ont également chuté face aux Fennecs en 2007 (3-2), lors d'un match amical. A contrario, le dernier Angola - Algérie a tourné en faveur des locaux (2-1) en 2005. Le niveau de jeu des Fennecs semble suffisamment haut pour sortir de ce groupe cette année. Après avoir écarté des éliminatoires Égypte, double tenant du titre, la qualification serait un minimum.

Les forces 
L'équipe de Rabah Saadane possède sans doute l'un des milieux de terrain les plus techniques du tournoi. On y trouve Karim Ziani, Nadir Belhadj ou encore Mourad Meghni et Hassan Yebda, les deux champions du Monde -17 ans en 2001 avec la France. Fort de ces éléments, l'entrejeu des Fennecs peut dominer n'importe quelle équipe. Ajoutez à cela la vista du Lorientais Yazid Mansouri, qui amène l'équilibre nécessaire à l'équipe. La défense n'est pas en reste, avec des joueurs confirmés comme Anthar Yahia, de Bochum, Madjid Bougherra des Rangers ou encore Rafik Halliche du Nacional Madeira. La solidité de l'équipe, et sa capacité à faire le jeu ne font donc plus de doutes à l'aube de cette Coupe d'Afrique 2010.

Les faiblesses 
Devant le milieu de terrain très fin techniquement, il semble manquer le tueur qui permettrait de finir les actions. En effet, Rafik Saifi n'a occupé ce poste qu'une saison à Lorient et manque de puissance. De plus, il s'approche des 35 ans. Ghezzal, l'attaquant de Sienne, n'a inscrit que 2 buts cette saison, soit un de plus que Bouazza à Blackpool. De son côté, Rafik Djebbour, buteur efficace en Grèce mais en échec depuis quelques mois, ne fait pas partie de la liste, en dépit d'un but face à l'Égypte (3-1), puis face à l'Uruguay en amical (1-0). Les espoirs à ce poste reposent donc sur le débutant Abdelmalek Ziaya, de l'ES Sétif, en négociation avec Sochaux. Brillant lors de la C3 africaine, avec 16 buts en 13 matches mais sans aucune expérience internationale, il reste la grande inconnue de l'Algérie pour cette CAN 2010.

Gardiens 
Fawzi Chaouchi (JS Kabylie), Lounes Gaouaoui (ASO Chlef), Mohamed Amine Zemmamouche (USM Alger)

Défenseurs 
Reda Babouche (MC Alger), Madjid Bougherra (Glasgow Rangers), Rafik Halliche (Nacional Madeira), Abdelkader Laifaoui (ES Sétif), Anthar Yahia (Bochum), Samir Zaoui (ASO Chlef), Slimane Raho (ES Sétif)

Défenseurs-Milieux 
Nadir Belhadj (Portsmouth), Yassine Bezzaz (Strasbourg)

Milieux 
Khaled Lemmouchia (ES Sétif), Yazid Mansouri (Lorient), Hassan Yebda (Portsmouth), Djamel Abdoun (Nantes), Karim Matmour (Borussia M'gladbach), Mourad Meghni (Lazio Rome), Karim Ziani (Wolfsbourg)

Milieux-Attaquants 
Hameur Bouazza (Blackpool), Rafik Saïfi (Al-Khor)

Attaquants 

Abdelkader Ghezzal (Sienne), Abdelmalek Ziaya (ES Sétif) encore Mourad Meghni et Hassan Yebda, les deux champions du Monde -17 ans en 2001 avec la France. Fort de ces éléments, l'entrejeu des Fennecs peut dominer n'importe quelle équipe. Ajoutez à cela la vista du Lorientais Yazid Mansouri, qui amène l'équilibre nécessaire à l'équipe. La défense n'est pas en reste, avec des joueurs confirmés comme Anthar Yahia, de Bochum, Madjid Bougherra des Rangers ou encore Rafik Halliche du Nacional Madeira. La solidité de l'équipe, et sa capacité à faire le jeu ne font donc plus de doutes à l'aube de cette Coupe d'Afrique 2010.


Les faiblesses 
Devant le milieu de terrain très fin techniquement, il semble manquer le tueur qui permettrait de finir les actions. En effet, Rafik Saifi n'a occupé ce poste qu'une saison à Lorient et manque de puissance. De plus, il s'approche des 35 ans. Ghezzal, l'attaquant de Sienne, n'a inscrit que 2 buts cette saison, soit un de plus que Bouazza à Blackpool. De son côté, Rafik Djebbour, buteur efficace en Grèce mais en échec depuis quelques mois, ne fait pas partie de la liste, en dépit d'un but face à l'Égypte (3-1), puis face à l'Uruguay en amical (1-0). Les espoirs à ce poste reposent donc sur le débutant Abdelmalek Ziaya, de l'ES Sétif, en négociation avec Sochaux. Brillant lors de la C3 africaine, avec 16 buts en 13 matches mais sans aucune expérience internationale, il reste la grande inconnue de l'Algérie pour cette CAN 2010.

Gardiens 
Fawzi Chaouchi (JS Kabylie), Lounes Gaouaoui (ASO Chlef), Mohamed Amine Zemmamouche (USM Alger)

Défenseurs 
Reda Babouche (MC Alger), Madjid Bougherra (Glasgow Rangers), Rafik Halliche (Nacional Madeira), Abdelkader Laifaoui (ES Sétif), Anthar Yahia (Bochum), Samir Zaoui (ASO Chlef), Slimane Raho (ES Sétif)

Défenseurs-Milieux 
Nadir Belhadj (Portsmouth), Yassine Bezzaz (Strasbourg)

Milieux 
Khaled Lemmouchia (ES Sétif), Yazid Mansouri (Lorient), Hassan Yebda (Portsmouth), Djamel Abdoun (Nantes), Karim Matmour (Borussia M'gladbach), Mourad Meghni (Lazio Rome), Karim Ziani (Wolfsbourg)

Milieux-Attaquants 
Hameur Bouazza (Blackpool), Rafik Saïfi (Al-Khor)

Attaquants 

Abdelkader Ghezzal (Sienne), Abdelmalek Ziaya (ES Sétif), avec des joueurs confirmés comme Anthar Yahia, de Bochum, Madjid Bougherra des Rangers ou encore Rafik Halliche du Nacional Madeira. La solidité de l'équipe, et sa capacité à faire le jeu ne font donc plus de doutes à l'aube de cette Coupe d'Afrique 2010.


Les faiblesses 
Devant le milieu de terrain très fin techniquement, il semble manquer le tueur qui permettrait de finir les actions. En effet, Rafik Saifi n'a occupé ce poste qu'une saison à Lorient et manque de puissance. De plus, il s'approche des 35 ans. Ghezzal, l'attaquant de Sienne, n'a inscrit que 2 buts cette saison, soit un de plus que Bouazza à Blackpool. De son côté, Rafik Djebbour, buteur efficace en Grèce mais en échec depuis quelques mois, ne fait pas partie de la liste, en dépit d'un but face à l'Égypte (3-1), puis face à l'Uruguay en amical (1-0). Les espoirs à ce poste reposent donc sur le débutant Abdelmalek Ziaya, de l'ES Sétif, en négociation avec Sochaux. Brillant lors de la C3 africaine, avec 16 buts en 13 matches mais sans aucune expérience internationale, il reste la grande inconnue de l'Algérie pour cette CAN 2010.

Gardiens 
Fawzi Chaouchi (JS Kabylie), Lounes Gaouaoui (ASO Chlef), Mohamed Amine Zemmamouche (USM Alger)

Défenseurs 
Reda Babouche (MC Alger), Madjid Bougherra (Glasgow Rangers), Rafik Halliche (Nacional Madeira), Abdelkader Laifaoui (ES Sétif), Anthar Yahia (Bochum), Samir Zaoui (ASO Chlef), Slimane Raho (ES Sétif)

Défenseurs-Milieux 
Nadir Belhadj (Portsmouth), Yassine Bezzaz (Strasbourg)

Milieux 
Khaled Lemmouchia (ES Sétif), Yazid Mansouri (Lorient), Hassan Yebda (Portsmouth), Djamel Abdoun (Nantes), Karim Matmour (Borussia M'gladbach), Mourad Meghni (Lazio Rome), Karim Ziani (Wolfsbourg)

Milieux-Attaquants 
Hameur Bouazza (Blackpool), Rafik Saïfi (Al-Khor)

Attaquants 
Abdelkader Ghezzal (Sienne), Abdelmalek Ziaya (ES Sétif)

 

 

CAN 2010 - Le profil de l'Algérie

Fraîchement qualifiés pour la Coupe du Monde, les Guerriers du Désert tenteront en ce mois de janvier 2010 de confirmer leur retour au premier plan du football africain. Restés trop longtemps dans l'ombre, Saifi et ses partenaires sont motivés à plus d'un titre et n'ont peur de personne.

4 janv. 2010 18:17:25 - goal.com

 

World Cup : Algeria

Participations à la Coupe du Monde : 3
Participations à la CAN : 13
Palmarès : Champion d'Afrique (1990).


Quand on sort d'une période de disette de plus de quatre ans, l'on fait logiquement preuve de modestie et d'humilité à l'heure d'entamer une compétition aussi prestigieuse telle que la CAN. Ca aurait pu être le cas de l'Algérie en ce début d'année 2010, mais les Verts de Rabah Saâdane ont de bonnes raisons de croire en leur étoile et de viser plus haut. Lorsqu'on fait chuter l'Egypte, double champion d'Afrique durant les éliminatoires, l'on ne peut d'ailleurs se contenter d'un rôle de faire-valoir. Sans vraiment prétendre au titre, les Fennecs se rendent donc en Angola avec la ferme ambition de briller et marquer encore plus les esprits des observateurs.

Penser à la CAN avant le Mondial

Remonté en l'espace d'un an seulement de la 101e à la 26e place au classement FIFA, l'Algérie débarquera en Luanda avec le moral au plus haut et aussi la volonté de représenter au mieux le football maghrébin et arabe. Mais est-ce que cette motivation sera suffisante pour bien faire et parvenir à bousculer la hiérarchie ? Leurs supporters en sont convaincus en tous les cas, de même qu'un certain Lionel Messi. Le Ballon d'Or France Football avait, en effet, déclaré récemment que l'Algérie possédait l'une des sélections les plus techniques au monde et qu'il la voyait bien réussir un très bon Mondial.

Le Mondial justement, les Algériens n'y pensent pas encore. « Il faut aborder les étapes une par une » a affirmé le sélectionneur Rabah Sâadane. Avant de s'envoler pour l'Afrique du Sud et le tournoi planétaire, les Verts aspirent à redorer leur blason sur la scène africaine. Pour cela, franchir la phase des poules apparaît comme étant l'objectif minimum. Ca ne sera pas aisé au sein du groupe où figurent aussi l'Angola, pays hôte, et le Mali, mais ce n'est pas non plus une « mission impossible ». D'ailleurs, pour les Verts plus rien n'est impossible depuis qu'ils ont réussi à s'offrir le scalp des Pharaons.

Comment se sont-ils qualifiés ?

Absente des deux dernières éditions de la Coupe d'Afrique (2006 et 2008), l'Algérie n'a cette fois-ci pas eu trop de peines pour s'inviter dans le Top 16 continental. Paradoxalement, c'est durant le premier tour qualificatif que les protégés de Saâdane ont connu le plus de difficultés. Tombés dans un groupe avec le Sénégal, le Libéria et la Gambie, ils sont passés dans la douleur après avoir notamment concédé deux revers.

Lors du deuxième et dernier tour préliminaire, Ziani et compagnie ont réalisé presque un sans-faute, ne s'inclinant que lors de la dernière levée face à l'Egypte (0-2). Ce revers, survenu suite à une série de quatre victoires (contre l'Egypte, la Zambie et le Rwanda), ne leur a cependant pas été fatal, puisqu'il y a eu ensuite un match d'appui entre ces deux sélections arabes. Au Soudan, sur un terrain neutre, ils se sont imposés sur la plus courte des marges grâce à une réalisation d'Antar Yahia. Une réalisation qui assura aux Fennecs de disputer deux compétitions majeures en une seule année (Mondial et CAN). Ca ne leur était plus arrivé depuis 1986.

Le sélectionneur :



Le patron de l'équipe algérienne est le très respecté Rabah Saâdane. Surnommé « le Magicien », ce dernier possède une très grande expérience du football africain et international. Actuellement, il en est d'ailleurs à sa troisième pige à la tête des Verts après celle de 1986 et de 2004. Saâdane, qui est natif de Batna, est aussi connu pour son côté psychologuee, ainsi que ses grandes connaissances sur le plan technico-tactiques. En Algérie, tout le peuple est convaincu qu'il n'y avait que lui pour ramener l'Algérie au sommet.

La star :



Karim Ziani (Vfl Wolfsburg)

La vedette des Fennecs c'est son numéro 15, en l'occurrence Karim Ziani. Malgré son petit gabarit, ce joueur a su devenir depuis 2004 le taulier de la sélection. Outre ses qualités techniques, il se démarque par son admirable vision du jeu et aussi sa discipline. Passé par Troyes, Lorient, Sochaux et Marseille, Ziani possède aussi un bon vécu du football européen, qui manque à grand nombre de ses coéquipiers. En Angola, il sera très certainement l'un des joueurs à surveiller de près.

Objectif

En tant que bourreau de l'Egypte pendant les éliminatoires, l'Algérie peut légitimement viser le sacre continental sans que personne ne s'en étonne, mais les Verts n'ont pas cette prétention. Les Algériens reviennent de trop loin pour viser aussi haut. En Angola, leur mission sera de passer le cap des poules et essayer si possible d'atteindre le dernier carré. Par contre, une élimination dès le premier tour serait considérée comme un échec, surtout qu'ils possèdent l'étiquette de Mondialiste.

Prédiction Goal.com :

L'Algérie devrait normalement franchir le cap des poules, mais son parcours s'arrêtera en quarts de finale face au Ghana ou la Côte d'Ivoire. Mêmes s'ils ont faim de reconnaissance et de succès, l'on voit comment les Fennecs pourront faire tomber les Black Stars ou les Eléphants.

Le saviez-vous ?

L'Algérie n'a remporté qu'une seule Coupe d'Afrique des Nations. Celle de 1990 qui s'est disputée sur son sol. Emmenés alors par les Madjer, Menad et Adjali, les Verts avaient alors surclassé tous leurs opposants et ont battu à deux repris le Nigéria (5-0, 1-0). Leur seule autre apparition en finale de la CAN remonte à 1980. Ils avaient alors perdu 3-0 contre...le Nigeria.


Algérie [ARG] - COCAN - 2010

Cette Algérie est une véritable surprise. Il y a encore trois/quatre ans, le pays développait les clubs et les sélections. On aurait dit que le calvaire n'aurait pas de fin. Et d'un seul coup les algériens se sont qualifiés pour le Mondial en dépassant les égyptiens qui avaient comme statu « meilleur espoir d'Afrique ».Une statistique qui résume bien le parcours de l'Algérie au niveau mondial : vingt-et-un ans (1986) que le pays ne s'est pas qualifié pour une phase finale de Coupe du Monde de la FIFA. Une trop longue traversée du désert pour cette nation à fort potentiel (33 millions d'habitants dont 70% ont moins de 30 ans).En phase finale d'un Championnat Africain, les algériens sont revenus après deux éditions nulles. Les renards du désert ne sont pas allé en Egypte en 2006 ni deux ans après au Ghana. Cependant, une sélection qui arrive à remonter après de telles défaites a du travailler ardûment. Son objectif dans l'épreuve africaine est claire : le titre.

 

 

 

Football - Coupe d' Afrique des Nations

17/12/2009 - EUROSPORT ARABIA.FR

Avec Ziaya mais sans Lacen


Avec Ziaya mais sans Lacen

Le sélectionneur de l'équipe d'Algérie Rabah Saâdane a retenu vingt-trois joueurs pour la prochaine Coupe d'Afrique des Nations. Abdelmalik Ziaya (ES Sétif) fait partie des élus au contraire de Medhi Lacen (Racing Santander/ESP), que l'on dit retenu par son équipe.

Rabah Saâdane a livré son verdict. Le sélectionneur de l'équipe d'Algérie a convoqué une liste de vingt-trois joueurs sans surprises notables pour la prochaine Coupe d'Afrique des Nations qui se tiendra du 10 au 31 janvier prochain en Angola. Les tauliers que sont Rafik SaïfiKarim ZianiYazid Mansouri ou encore Nadir Belhadj seront les fers de lance d'un groupe où l'on retrouve de nombreux milieux de terrain, comme le souhaitait Saâdane. Abdelmalik Ziaya, deuxième meilleur buteur du championnat d'Algérie et joueur sollicité par des clubs français et du Golfe Persique, fera partie de cette aventure préparatoire au Mondial.

Cette CAN sera d'ailleurs placée sous le signe de l'ambition pour les Fennecs et pour Saâdane.  " Nous allons évoluer lors de la CAN dans une compétition ou il est impératif pour nous de jouer à fond car c'est pour nous une étape importante avant le Mondial. Notre objectif est de bien négocier nos matches pour jouer le maximum de matches. On jouera match par match tout en essayant de gagner le maximum de rencontres. L'objectif principal reste de stabiliser l'équipe nationale pour se qualifier aux deux prochaines éditions de la CAN et du Mondial et travailler sur le long terme", a-t-il declaré au siege de la Fédération algérienne de Football (FAF).

Lacen, non retenu ou écarté ?

Si la liste est restée conforme aux attentes puisqu'elle reconduit la plus importante partie du groupe qui a participé à la campagne de qualification pour l'Afrique du Sud, elle comporte une petite deception: l'absence de Mehdi Lacen. Annoncé dans plusieurs publications algériennes dans le groupe, le Parisien de naissance n'a pu répondre favorablement à l'appel de "l'EN". "Son problème administratif a été réglé et c'est pour une raison personnelle que l'on ne lui a pas adressé une convocation pour faire partie de la liste des joueurs retenus pour la coupe d'Afrique des Nations" a d'ailleurs justifié le sélectionneur.

Le cas du milieu de terrain du Racing Santander était d'ailleurs sujet à polémique depuis plusieurs semaines. D'une part, l'arrivée d'un nouveau joueur aurait pu mettre à mal l'équilibre, la solidarité et surtout le vécu des héros de Omddurman. D'autre part, le club de Lacen n'aurait que peu apprécié l'intérêt tardif porté par Saâdane sur un joueur particulièrement important pour le Racing. Les verdiblancos, actuellement quinzièmes de la Liga, devront se batter jusqu'au bout pour le maintien. Ainsi pas moins de cinq matches de championnat sont programmés sur tout le mois de janvier. Et c'est probablement pour ces raisons qu'il fallait préserver l'union autour de l'équipe d'Algérie.

LES VINGT-TROIS SELECTIONNES

Gardiens: Lounes Gaouaoui (ASO Chlef), Faouzi Chaouchi (ES Sétif), Mohamed Lamine Zemmamouche (MC Alger)

Défenseurs: Simane Raho (ES Sétif), Madijd Bougherra (Glasgow Rangers/ECO), Rafik Halliche (Nacional Madère/POR), Anthar Yahia (VfL Bochum/ALL), Samir Zaoui (ASO Chlef), Abdelkader Laïfaoui (ES Sétif), Nadir Belhadj (Portsmouth/ANG).

Milieux: Reda Babouche (MC Alger), Hassan Yebda (Portsmouth/ANG), Yazid Mansouri (FC Lorient/FRA), Khaled Lemmouchia (ES Sétif), Mourad Meghni (Lazio Rome/ITA), Karim Ziani (VfL Wolfsburg/ALL), Yassine Bezzaz (RCStrasbourg/ANG), Hameur Bouazza (Blackpool/ANG), Karim Matmour (Borussia Mönchengladbach/ALL).

Attaquants: Djamel Abdoun (FC Nantes/FRA), Rafik Saïfi (Al Khor/QAT), Abdelkader Ghezzal (Sienne/ITA), Abdelmalik Ziaya (ES Sétif).

 

 

Nouvelles rassurantes pour Meghni

Bonne nouvelle pour les verts, l’international algérien de la Lazio de Rome, Mourad Meghni sera en principe parmi le groupe qui se rendra en Angola le 7 janvier  pour participer à la prochaine CAN2010. Les résultats de l’IRM qu’il a subi ce jeudi sont plutôt rassurants. Il souffre selon notre source d’une petite lésion au niveau du tendon. Meghni qui nous a révélé dans un entretien exclusif accordé à notre journal ce jeudi, qu’il ne ressentait plus qu’une légère douleur  a eu donc le bon flaire des grands joueurs  puisqu’en principe il devrait être opérationnel pour la CAN. Toutefois, il sera fixé d’une manière plus précise  ce vendredi vers 11h00 lors de la visite qu’il passera  chez son médecin traitant.

 

One,two,three, viva l'Algérie ! 

france foot.fr - 01.01.10

En cette période de fêtes, la rédaction de Francefootball.fr revient pour vous sur les événements marquants de cette année 2009. Aujourd'hui, gros plan sur la qualification arrachée par l'Algérie face à l'Egypte pour la prochaine Coupe du monde au terme d'une épopée marquée par les tensions nées du « caillassage » du bus des Fennecs à leur arrivée au Caire.

En ce 18 novembre 2009, la planète ballon rond ne s'est pas uniquement agitée pour la main de Thierry Henry face à l'Irlande. L'explosion de joie du peuple algérien après la victoire de son onze face à l'Egypte (1-0), en match d'appui à Khartoum (Soudan), a assurément dénoté bien plus qu'un simple enthousiasme sportif... La qualification de l'Algérie, la première depuis 1986, a dans un sens pris valeur de petite revanche sur l'histoire après les sanglantes « années noires » de l'insurrection islamiste. Mais elle a surtout libéré toute une nation touchée au plus profond de son orgueil par l'accueil mouvementé réservé à sa sélection au Caire. Si les Egyptiens avaient été reçus avec des fleurs à l'aéroport d'Alger pour le match aller lors de la phase qualificative, les Verts ont, eux, eu droit à des pierres en retour le 12 novembre dernier !

Ce qui ne tue pas rend plus fort...

Au centre d'un véritable guet-apens alors qu'ils transitaient entre l'aéroport et leur hôtel, les Fennecs, coincés dans leur bus, ont en effet été pris pour cible par les supporters locaux à coup de briques et autres pavés. Malgré l'escorte policière, les vitres du véhicule ont été brisées et trois joueurs de la délégation algérienne blessés dans cette embuscade. La plupart sont même sortis du bus le visage ensanglanté à l'aube d'un match crucial pour la qualification en Afrique du Sud. Mais les cicatrices refermées par les points de suture étaient plus profondes que de simples plaies... Traumatisée par cet événement, l'Algérie s'inclinait (2-0) deux jours plus tard et encaissait même un second but au bout d'un interminable temps additionnel. Une réalisation alors indispensable aux Pharaons pour mettre les deux équipes à égalité parfaite (13 points et +5 à la différence de buts) à la fin des matches du groupe C de la zone Afrique.

Comme en 98 !

Cette défaite était donc synonyme de match d'appui, mais également du départ de violentes émeutes en Algérie, en France et en Egypte. Un excès de fièvre dramatique plaçant alors le football au rang d'exutoire des maux de notre société. Aberrant, certes. Mais à l'opposé, l'atmosphère frénétique qui a entouré le « match de la mort » le 18 novembre, à Khartoum, avait quelque chose d'exceptionnel. En Algérie, plusieurs jours avant la rencontre, des groupes de supporters ont manifesté leur ferveur sur les toits des autobus, les conducteurs de train ont orné leur machine aux couleurs nationales et les agences d'Air Algérie ont été submergées de fans souhaitant se rendre dans la capitale soudanaise. Quelques 15 000 supporters algériens ont alors littéralement envahis Khartoum et les travées du stade d'Oum Dourman dans une ambiance venue d'ailleurs. Sur une reprise de volée pleine de rage, Antar Yahia propulsait définitivement les Fennecs et tout un peuple au septième ciel !

Par centaines de milliers, jeunes et moins jeunes, hommes et femmes, ainsi que des familles avec leurs enfants ont déferlé dans les rues pour scander le tube de l'automne : « One, two, three, viva l'Algérie ! » Drapeaux levés, tous criaient leur joie au milieu d'un tonnerre de pétards, de feux d'artifice et de coups de klaxon des voitures qui avaient pris d'assaut les grands axes d'Alger, de Paris et de Marseille ! Pour une simple qualification ? Oui, mais une qualification acquise avec la manière. Et l'honneur... 

Clément LACORD

 

 

Football - CAN 2010 Une nouvelle Algérie

Désormais attendue comme une favorite à la CAN, l’Algérie doit assumer son nouveau statut. Entre les aspirations des sélectionnés et des sélectionnables, la méfiance ou le respect de ses adversaires et la mini-révolution tactique prônée par Saâdane, l’Algérie semble être à la croisée des chemins. Il ne fut pourtant pas si loin le temps où l’on parlait de l’Algérie comme d’un outsider dans un groupe de qualification pour la Coupe du monde, le temps où l’on parlait de ce football en déliquescence mais au potentiel inexploité. Depuis, “les Algériens d’ailleurs” ont eu le temps de créer une alchimie et un groupe pour aspirer à d’autres ambitions qui étaient les leurs qu’elles soient en France, en Allemagne, en Angleterre, en Ecosse ou quelque part en Europe. La campagne héroïque menée par les Fennecs et l’issue dramatique, et heureuse, qui en a découlée a ouvert, à nouveau, le monde du football à l’Algérie. Et vice-versa. Lors de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations, l’effet de surprise ne prendra plus car Karim Ziani et ses partenaires se sauront attendus au tournant. Le nouveau statut acquis après le match de barrage d’Omddurman a également eu ses inconvénients, inconvénients que doit gérer le sélectionneur Rabah Saâdane. Ce dernier a toujours fait preuve de lucidité dans son analyse de la situation. Le cas de la non-sélection de Medhi Lacen, lié à l’exigence de Saâdane d’apporter plus de densité au milieu de terrain, a interrogé. Les négociations autour du transfert (avorté ?) de l’attaquant de l’ES Sétif Abdelmalik Ziaya ont pu semer encore plus le doute. Enfin, la retenue de joueurs majeurs en club tels que Madjid Bougherra, Hassan Yebda ou encore Nadir Belhadj a fini par perturber la préparation de l’Algérie. Un mal pour un bien ? “Je ne sais pas pourquoi toute cette campagne contre moi au moment où on a plus besoin de sérénité pour préparer une compétition aussi importante que la CAN. Suite à cette campagne, nos responsables ont promis de réagir pour arrêter tout cela, ils vont prendre les choses en main et prendre aussi les dispositions qui s’imposent. Je profite de cette occasion pour dire une énième fois à ces gens-là de cesser de nous faire du mal et de raconter n’importe quoi”, a d’ailleurs déclaré Saâdane, qui semble désormais être persuadé qu’il est la cible de personnes malveillantes proches de sa sélection. De manière générale, l’ébullition qui entoure l’équipe d’Algérie est un nouveau paramètre que Saâdane doit prendre en compte. Si l’ambiance peut paraître trouble autour de l’EN, les choix tactiques sont également en question. L’Algérie évoluera-t-elle toujours dans ce système atypique en 3-4-3, voire 3-5-2, usité lors des qualifications au Mondial ? Selon les nombreuses déclarations du sélectionneur national, une petite révolution est à envisager. Le premier choix de Saâdane, qui sera probablement expérimenté lors de la CAN, et qui servira assurément dans la perspective de la Coupe du monde, sera de densifier le milieu de terrain afin de sécuriser la défense. C’est de cette nécessité qu’est né en partie le problème Lacen. Selon les indiscrétions du magazine Compétition, la “Khadra” pourrait d’ailleurs jouer son premier match contre le Malawi en 3-5-2 avec deux milieux récupérateurs (Yebda et Mansouri) et un meneur de jeu (Ziani). Dans un avenir un peu plus lointain, un passage en 4-4-2 en losange n’est même plus exclu. Toutes ces expérimentations possibles sur le plan tactique prouvent à quel point les intentions de Rabah Saâdane sont de préparer au mieux l’objectif ultime de l’Algérie, la Coupe du monde. Le nouveau visage que compte montrer l’Algérie dès la CAN sera assurément un indicateur de la nouvelle voie qu’elle semble s’être tracé. Au risque de décevoir dans un premier temps ses supporters les plus fidèles.

Eurosport - Y.B.

 
 
 

08/01/2010 - CAN 2010:

parcours des adversaires de l'Algérie dans les qualifications jumelées

 

angola 700

Parcours en qualifications jumelée Mondial-CAN 2010
des adversaires de l'équipe nationale algérienne de football dans le Groupe
"A", lors de la phase finale de la 27è édition de la coupe d'Afrique des nations
prévu en Angola du 10 au 31 janvier 2010.

L'Angola, pays organisateur de la 27è édition de la CAN a récolté
10 pts lors du deuxième tour qualificatif. Elle a été devancée par le Bénin 
(12 pts) à la tête du Groupe 3, perdant ainsi le seul billet qualificatif au
3é et dernier tour qualificatif au Mondial 2010 devant des béninois plus déterminés.
Les "Palanca Negras" ont joué 6 rencontres, 3 victoires, 1 nul et 2
défaites. Son attaque a inscrit 11 buts, et sa défense a été prise à défaut
à 8 reprises.

Contre les Angolais, les Algériens ont réalisé 2 victoires pour une
défaite et 5 matchs nuls. Le dernier match entre les deux pays remonte au 5
juin 2005. C'était à l'occasion du match retour comptant pour les éliminatoires
de la Coupe du Monde 2006 que la formation Angolaise a gagné face aux Algériens 
(2-1).

Le Malawi a impressionné lors des matchs du Groupe 12 des qualifications
jumelées, en infligeant une défaite "historique" à la modeste équipe du Djibouti 
(8-1), et surtout après sa victoire a domicile (1-0) devant le double champion
d'Afrique, l'Egypte. L'équipe du Malawi s'est classée première de son groupe
(12 pts), ex-?quo avec l'équipe des "Pharaons" leader à la faveur d'un meilleur
goal-average. Le Malawi s'est qualifié au troisième tour en étant parmi les
huit meilleurs deuxièmes.

Lors du 3é et dernier tour qualificatif l'équipe du Malawi n'a pas
démérité malgré la qualité des sélections composant du Groupe E.
Après un départ catastrophique, alignant 3 défaites consécutives devant
la Cote d'Ivoire (5-0), le Burkina Faso (0-1) et la Guinée (2-1), les "Flammes"
ont trouvé les ressources nécessaires pour revenir dans la course de la qualification
à la CAN 2010 en prenant le meilleur sur la Guinée (2-1) et en faisant match
nul (1-1) face aux Ivoiriens solides leader du Groupe E.

L'équipe du Malawi a pris la 3é place du groupe avec 1 victoire, 1 nul
et 4 défaites. Ses attaquants ont marqué 4 buts et sa défense en a encaissé 11.
Dans l'histoire des confrontations entre l'Algérie et le Malawi, les
"Verts" ont remporté 3 victoires et obtenu un nul. Les deux pays ne se sont
pas rencontrés depuis mars 1984, lors la phase finale de la coupe
d'Afrique des nations de 1984 qui a eu lieu à Bouaké en Côte d'Ivoire.

Les "Aigles du Mali", troisième adversaire des coéquipiers de Karim
Ziani ont survolé le Groupe 10 lors du 2é tour qualificatif en se classant leader 
(12 pts) loin devant le Soudan (6pts).

Les Maliens ont remporté 4 victoires et ont concédé 2 défaites, inscrivant
13 buts pour 8 encaissés.

Lors du 3é et dernier tour des qualifications jumelées CAN-CM 2010,
l'équipe du Mali a été largement surclassé par le Ghana qui a pris le seul billet
qualificatif à la coupe du Monde 2010 avec 13 pts, et même par le Bénin qui
s'est classé deuxième avec 11 pts.


La troisième place du groupe D, avec 9 pts a permis au Maliens d'être
présent à la CAN dans sa 27ème édition qui débutera le 10 janvier prochain.
L'attaque malienne a marqué 8 buts et sa défense a concédé 7 buts.

Face aux Maliens, l'Algérie a joué dix sept fois dont deux rencontres
amicales disputées en France. L'Algérie a remporté huis matches pour autant
de défaites.

Le dernier rendez-vous entres les deux sélections est revenu à la
sélection Algérienne qui s'est imposée dans un match amical par le score de
3-2 à Rouen ( France).

 

 

info10 sport - 14.01.10

SCANDALEUX - RIEN NE VA PLUS ?

La défaite humiliante de l'Algérie face au Malawi, lundi pour son entrée lice dans la CAN, fait d'énormes remous en interne. Bagarre, claquements de porte, départ... Retour sur trois jours cauchemardesques, relatés grâce à notre envoyé spécial en Afrique.Lundi, dans l'après-midi : Malawi 3 - 0 Algérie
Les Fennecs, après l'émulation générée par une qualification in extremis pour la CAN, reviennent sur terre en se faisant écraser par le modeste Malawi (0-3). Bougherra mais surtout Chaouchi, héros face à l'Egypte en novembre, passent à côté de l'événement.

Lundi, en conférence de presse : Saâdane évoque la chaleur
Personne ne sait comment expliquer cette contre-performance. Sauf Rabah Saâdane, qui tente d'apporter un élément de réponse assez mince : «
Mes joueurs ont souffert de la chaleur et des conditions climatiques». Pour rappel, les Fennecs avaient fait leur préparation, au Castellet, dans le sud de la France où le mois de décembre a frôlé les 0°C. A Luanda, lieu du match, il faisait plus de 30°C.

Lundi, en début de soirée : Raouraoua met le feu aux poudres
Le président de la Fédération algérienne, consterné par ce qu'il a vu, veut que les Fennecs prennent conscience de l'humiliation qu'ils ont faite subir à tout le peuple algérien. «Vous avez fait un grand tapage à cause de l'argent et les primes de qualification au Mondial. Vous avez lavé votre linge sale à l'extérieur. Vous avez pensé à l'argent et oublié de vous concentrer sur la préparation et le jeu. Vous êtes devenus un sujet de plaisanterie et de critiques de la part de tout le monde».

Mardi, après l'entraînement : Chaouchi pète un plomb
Dépité et fou de rage après les trois buts concédés - dont deux lui incombent personnellement - Faouzi Chaouchi aurait pété les plombs au moment où Mohamed Ousserir, le portier du CR Belcourt, lui aurait apporté son soutien moral. Hors de lui, Chaouchi aurait asséné plusieurs coups de poing à son coéquipier après l'entraînement, mardi. Contactés, plusieurs membres de la fédération algérienne n'ont pas souhaité s'exprimer.   

Mercredi : Lemouchia claque la porte
L'ambiance délétère qui règne dans le vestiaire est bien réelle. Autre preuve de cette implosion, Khaled Lemouchia a emboîté le pas de son gardien. A la suite d'une discussion très musclée avec son entraîneur, le milieu de terrain de l'Entente de Setif (28 ans), formé à l'Olympique Lyonnais, a décidé de plier bagages.

Mercredi soir : La Fédération algérienne noie le poisson
Le joueur formé à Lyon joint les actes à la parole. Toujours selon nos informations, Lemouchia veut prendre un avion en direction de Lisbonne et annonce qu'il quitte définitivement la sélection ! La Fédération algérienne a publié un communiqué en indiquant que Lemouchia doit quitter ses partenaires pour raisons familiales.

Mercredi soir : Lemouchia prend l'avion pour Lisbonne
Considéré comme l'un des meilleurs milieux de terrain évoluant dans le championnat algérien, le natif de Givors pensait certainement être aligné demain, face au Mali. Pourtant très apprécié par Saâdane - celui qui lui a ouvert les portes des Fennecs - Lemouchia aurait pris un vol en direction de Lisbonne dans la nuit. 
«Il a quitté l'hôtel en dépit que certains joueurs aient tenté de le retenir au moins jusque demain matin. Mais, il n'a rien voulu savoir. C'est dommage, Khaled est très apprécié par de nombreux joueurs, même si des tensions persistent toujours au sein du groupe. Il ne faut pas oublier qu'il a joué contre l'Egypte très affaibli. Tout le monde se souvient des images de son crâne ensanglanté après le caillassage du bus. Il ne mérite pas d'être traité de la sorte», nous a confié un cadre de la sélection sous couvert d'anonymat.  

Jeudi : Saïfi part à son tour ?
Rafik Saïfi, qui devrait être remplaçant jeudi face au Mali, pourrait également partir car il ne supporte plus cette situation délétère. Et pourtant, il y a bien un match à gagner face aux Maliens. Sinon, l'élimination sera cette fois officielle

Jeudi : Saïfi limogé de son club
Rien ne va plus pour Rafik. Sur le point de quitter la sélection, l'ancien lorientais vient d'être limogé par son club d'Al Khor (Qatar). Raison invoquée : une incompatibilité de calendrier. Un peu just comme explication...


 

1 vote. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site